• Politique
  • Société

Tribunal suprême, un centenaire très actif

15 septembre 2018 - 14h04

Derrière ce terme de Tribunal suprême, on trouve une institution à laquelle Albert Ier a donné naissance et dont l’activité s’exerce dans des domaines très divers, le contrôle de constitutionnalité n’en étant qu’un aspect.

Si dans l’environnement des Cours constitutionnelles, tout le monde sait que le Tribunal suprême a été l’une des toutes premières institutions de cette nature à avoir été créée dans le monde, comme le rappelle son président le professeur de droit Didier Linotte, son rôle ou du moins l’ensemble de son activité est souvent moins connue en Principauté. Une récente intervention à CREM à l’initiative de sa présidente Louisette Azzoaglio Levy-Soussan a permis à Didier Linotte d’en dresser un panorama aussi complet que possible.

C’est le prince Albert Ier qui, dans le cadre de la Constitution de 1911, a pris l’initiative de créer un tribunal suprême chargé de veiller au respect des droits et libertés. Le Souverain a mis le moteur mais aussi l’embrayage, selon l’expression imagée de Didier Linotte, qui souligne que la fin du XIXème siècle dans le monde était marquée par le mouvement des droits et des libertés mais sans que les outils soient mis en place à l’exception de la Cour suprême des Etats-Unis et de certaines cours dans les pays nordiques. Créé pour s’assurer de la constitutionnalité, le Tribunal suprême a un rôle plus large et a vu sa compétence s’étendre au fil du temps. Il peut dans certains cas être la juridiction administrative supérieure ou recevoir des recours contre les excès de pouvoir. Enfin, il a la possibilité de se prononcer sur le montant des indemnités si l’acte invalidé a provoqué des dommages. Autres attributions : le Tribunal suprême est juge des conflits, en particulier entre l’ordre administratif et l’ordre judiciaire ou encore juge de cassation pour les décisions des juridictions administratives spécialisées. Parfois, le Tribunal suprême est même appelé à statuer pour des sursis à exécution ou des référés. Il le fit dans un dossier de supporters du club de foot de Bastia dont l’interdiction de venir à Monaco avait été prononcée. Il examine souvent aussi des référés dans des dossiers de permis de construire ou plus généralement dès qu’une décision urgente s’impose, afin que des changements n’interviennent pas avant la décision au fond.

Qui peut la saisir ?

Qui peut saisir le Tribunal suprême ? Les Monégasques, évidemment, mais aussi les résidents, les salariés et plus généralement tous ceux qui ont un intérêt à agir, par exemple le propriétaire non résident d’un bien fût-il de moindre importance en Principauté. Seule condition : il faut agir dans un délai de deux mois après la publication de l’ordonnance, de la décision ou de la notification, plus généralement du fait objet du recours.

Le Tribunal suprême peut procéder à une annulation totale ou partielle ou poser des réserves d’interprétation. Ainsi, on a vu parfois des ordonnances souveraines annulées pour des questions de légalité ou de constitutionnalité. C’est rare mais il en existe, commente Didier Linotte, ce fut le cas pour deux articles de la loi sur la garde à vue. Au passage, le président du Tribunal suprême insiste sur l’indépendance de la justice à Monaco et précise qu’il ne viendrait à l’idée de personne de lui parler d’un dossier…

Qui juge ?

« Nous jugeons à cinq, en parvenant à un consensus voire à l’unanimité le plus souvent », précise-t-il. Ces cinq membres et deux suppléants sont nommés par le Prince mais présentés (deux par siège) par le Conseil national, le Conseil d’Etat, le Conseil de la Couronne, la Cour d’appel, le tribunal civil de première instance à chaque fois hors de l’institution concernée. Actuellement, le président nommé par le Prince et les membres sont tous des Français spécialistes du droit à divers titres choisis en fonction de leur compétence. Rien n’empêche en théorie qu’ils soient d’une autre nationalité mais la francophonie paraît indispensable. Des Monégasques ? Cela devrait devenir réalité à terme avec le développement d’une magistrature nationale. Pour l’heure, en tout cas, ce sont des Français dont le président se demande s’il est préférable qu’ils soient proches ou éloignés de la Principauté. Dans la seconde hypothèse, on a davantage de recul. Dans la première, on comprend parfois mieux le problème et la situation (lui-même réside d’ailleurs en Principauté), notamment en matière d’urbanisme.

Quels dossiers ?

Ce secteur est d’ailleurs l’une des principales sources de dossiers avec les contentieux des étrangers (retraits de cartes de résident, refoulements…). Mais le Tribunal suprême intervient dans des domaines très variés : suspensions de permis de conduire, avancements de fonctionnaires, créations de syndicats ou d’associations… La liste est longue. Le Tribunal suprême est enfin chargé de veiller à la conformité du règlement intérieur du Conseil national avec les dispositions constitutionnelles. A ce titre, il est intervenu en 2015 et 2016 à l’occasion de la mise en place d’un nouveau règlement intérieur et a annulé plusieurs articles. Dans ce cadre, il veille notamment à ce que ce règlement ne soit pas en contradiction avec les principes de la monarchie constitutionnelle.

Il a donc une fonction qui touche aussi bien les plus hautes institutions que les milieux économiques ou les personnes privées. D’où l’importance de son indépendance. Si elle était déjà garantie par son statut, elle l’est davantage encore par la durée du mandat de huit ans mais non renouvelable, préférée à deux fois quatre ans. Le professeur Didier Linotte, qui est membre du Tribunal suprême depuis 2010, le préside depuis 2012. C’est « devenu en quelque sorte un tribunal de professeurs à l’instar du Tribunal constitutionnel allemand » comme l’explique le professeur Joël-Benoît d’Onorio dans son ouvrage Monaco Monarchie et Démocratie*, la Principauté ne fait pas exception.

*Presses Universitaires d’Aix-Marseille (2ème édition) 2016

Noël Mettey

Photo Principale © CREM

A lire aussi...

  • Economie
  • Société

SBM : les fruits d’une stratégie

20 septembre 2019 - 17h18

Les actionnaires de la SBM ont approuvé ce matin les comptes de l’exercice 2018/2019 en sensible amélioration par rapport à l’exercice précédent. À cette occasion, le président délégué, Jean-Luc Biamonti,…

Lire la suite
  • Extension en mer
  • Société

Grimaldi Forum, premier producteur d'énergie verte de la Principauté

20 septembre 2019 - 15h56

Le centre de congrès et d’évènements a inauguré ce matin un espace de 2 500m2 de panneaux solaires sur sa toiture. Ce projet d’envergure s’inscrit dans la politique de transition…

Lire la suite
LIVE !
Numéro d’information pour les victimes de violences
20 septembre 2019 - 16h20
Un nouveau numéro d’information vient d’être mis en place pour les victimes de violences, qui pourront disposer de renseignements gratuitement en composant le 0 800 91 90 10 depuis un téléphone fixe ou mobile sur le territoire monégasque.
Nolwenn Leroy en concert ce samedi
19 septembre 2019 - 10h11
L’auteure-compositrice-interprète et multi-instrumentiste française enchantera la scène de l’Espace Léo Ferré ce week-end. Un interview avec l’artiste sera disponible prochainement.
Présentation de la rentrée culturelle de la Médiathèque à 18h30
19 septembre 2019 - 10h10
J-1 Concert de chants corses par Jean Menconi au Jardin exotique
19 septembre 2019 - 09h10
Cet évènement a été organisé dans le cadre du dixième anniversaire du jumelage entre Monaco et Lucciana. D’autres manifestations auront lieu jusqu’au 21 septembre.
Démontage de la fontaine de Guy Lartigue au Larvotto
18 septembre 2019 - 11h38
Intitulée « Hommage à la Princesse Grace », cette fontaine fait partie des collections du NMNM et est actuellement en cours de démontage. Le chantier mené par Brice Lartigue, fils de l’artiste, a démarré au mois de juin 2019. Cette semaine ont lieu le découpage et la dépose des grandes colonnes d’eau, qui seront mises en caisses et transportées vers un atelier spécialisé de restauration. « Hommage à la Princesse Grace » sera intégralement restaurée, dans l'optique de sa future réinstallation en Principauté.
Le corps des Sapeurs-Pompiers reçoit la visite du général commandant la brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris
18 septembre 2019 - 10h00
A l'ordre du jour de ce déplacement : un échange sur de nombreux sujets opérationnels d'actualité et sur le recrutement, une démonstration statique de matériels d'intervention spécifiques au sein des deux centres de secours, une présentation du concept d'emploi et d'engagement des moyens en Principauté, un bilan sur la convention de partenariat opérationnel signée le 19 juillet 2017 entre les deux unités.
Atelier ludique et éducatif « Lego Technic » à 16h à la Bibliothèque Caroline
18 septembre 2019 - 09h15
Animation musicale « Chantons ! » à 14h à la Bibliothèque Caroline
18 septembre 2019 - 09h00
VIDEOS

Pouce La Vie #2

RetourEnImages Le concert #PouceLaVie2 a rassemblé plus de 200 personnes 🥁 Une belle réussite pour la Fondation Flavien qui a levé à ce jour 500 000 ...

2 avril 2019 - 16h05

La Gazette de Monaco Immo