• Politique
  • Société

Tribunal suprême, un centenaire très actif

15 septembre 2018 - 14h04

Derrière ce terme de Tribunal suprême, on trouve une institution à laquelle Albert Ier a donné naissance et dont l’activité s’exerce dans des domaines très divers, le contrôle de constitutionnalité n’en étant qu’un aspect.

Si dans l’environnement des Cours constitutionnelles, tout le monde sait que le Tribunal suprême a été l’une des toutes premières institutions de cette nature à avoir été créée dans le monde, comme le rappelle son président le professeur de droit Didier Linotte, son rôle ou du moins l’ensemble de son activité est souvent moins connue en Principauté. Une récente intervention à CREM à l’initiative de sa présidente Louisette Azzoaglio Levy-Soussan a permis à Didier Linotte d’en dresser un panorama aussi complet que possible.

C’est le prince Albert Ier qui, dans le cadre de la Constitution de 1911, a pris l’initiative de créer un tribunal suprême chargé de veiller au respect des droits et libertés. Le Souverain a mis le moteur mais aussi l’embrayage, selon l’expression imagée de Didier Linotte, qui souligne que la fin du XIXème siècle dans le monde était marquée par le mouvement des droits et des libertés mais sans que les outils soient mis en place à l’exception de la Cour suprême des Etats-Unis et de certaines cours dans les pays nordiques. Créé pour s’assurer de la constitutionnalité, le Tribunal suprême a un rôle plus large et a vu sa compétence s’étendre au fil du temps. Il peut dans certains cas être la juridiction administrative supérieure ou recevoir des recours contre les excès de pouvoir. Enfin, il a la possibilité de se prononcer sur le montant des indemnités si l’acte invalidé a provoqué des dommages. Autres attributions : le Tribunal suprême est juge des conflits, en particulier entre l’ordre administratif et l’ordre judiciaire ou encore juge de cassation pour les décisions des juridictions administratives spécialisées. Parfois, le Tribunal suprême est même appelé à statuer pour des sursis à exécution ou des référés. Il le fit dans un dossier de supporters du club de foot de Bastia dont l’interdiction de venir à Monaco avait été prononcée. Il examine souvent aussi des référés dans des dossiers de permis de construire ou plus généralement dès qu’une décision urgente s’impose, afin que des changements n’interviennent pas avant la décision au fond.

Qui peut la saisir ?

Qui peut saisir le Tribunal suprême ? Les Monégasques, évidemment, mais aussi les résidents, les salariés et plus généralement tous ceux qui ont un intérêt à agir, par exemple le propriétaire non résident d’un bien fût-il de moindre importance en Principauté. Seule condition : il faut agir dans un délai de deux mois après la publication de l’ordonnance, de la décision ou de la notification, plus généralement du fait objet du recours.

Le Tribunal suprême peut procéder à une annulation totale ou partielle ou poser des réserves d’interprétation. Ainsi, on a vu parfois des ordonnances souveraines annulées pour des questions de légalité ou de constitutionnalité. C’est rare mais il en existe, commente Didier Linotte, ce fut le cas pour deux articles de la loi sur la garde à vue. Au passage, le président du Tribunal suprême insiste sur l’indépendance de la justice à Monaco et précise qu’il ne viendrait à l’idée de personne de lui parler d’un dossier…

Qui juge ?

« Nous jugeons à cinq, en parvenant à un consensus voire à l’unanimité le plus souvent », précise-t-il. Ces cinq membres et deux suppléants sont nommés par le Prince mais présentés (deux par siège) par le Conseil national, le Conseil d’Etat, le Conseil de la Couronne, la Cour d’appel, le tribunal civil de première instance à chaque fois hors de l’institution concernée. Actuellement, le président nommé par le Prince et les membres sont tous des Français spécialistes du droit à divers titres choisis en fonction de leur compétence. Rien n’empêche en théorie qu’ils soient d’une autre nationalité mais la francophonie paraît indispensable. Des Monégasques ? Cela devrait devenir réalité à terme avec le développement d’une magistrature nationale. Pour l’heure, en tout cas, ce sont des Français dont le président se demande s’il est préférable qu’ils soient proches ou éloignés de la Principauté. Dans la seconde hypothèse, on a davantage de recul. Dans la première, on comprend parfois mieux le problème et la situation (lui-même réside d’ailleurs en Principauté), notamment en matière d’urbanisme.

Quels dossiers ?

Ce secteur est d’ailleurs l’une des principales sources de dossiers avec les contentieux des étrangers (retraits de cartes de résident, refoulements…). Mais le Tribunal suprême intervient dans des domaines très variés : suspensions de permis de conduire, avancements de fonctionnaires, créations de syndicats ou d’associations… La liste est longue. Le Tribunal suprême est enfin chargé de veiller à la conformité du règlement intérieur du Conseil national avec les dispositions constitutionnelles. A ce titre, il est intervenu en 2015 et 2016 à l’occasion de la mise en place d’un nouveau règlement intérieur et a annulé plusieurs articles. Dans ce cadre, il veille notamment à ce que ce règlement ne soit pas en contradiction avec les principes de la monarchie constitutionnelle.

Il a donc une fonction qui touche aussi bien les plus hautes institutions que les milieux économiques ou les personnes privées. D’où l’importance de son indépendance. Si elle était déjà garantie par son statut, elle l’est davantage encore par la durée du mandat de huit ans mais non renouvelable, préférée à deux fois quatre ans. Le professeur Didier Linotte, qui est membre du Tribunal suprême depuis 2010, le préside depuis 2012. C’est « devenu en quelque sorte un tribunal de professeurs à l’instar du Tribunal constitutionnel allemand » comme l’explique le professeur Joël-Benoît d’Onorio dans son ouvrage Monaco Monarchie et Démocratie*, la Principauté ne fait pas exception.

*Presses Universitaires d’Aix-Marseille (2ème édition) 2016

Noël Mettey

Photo Principale © CREM

A lire aussi...

  • Société

Journée portes ouvertes à The Office

20 mars 2019 - 16h35

Le nouveau centre d’affaires au style new yorkais propose une journée portes ouvertes demain de 9h à 18h. Avis aux challengers souhaitant ouvrir une entreprise en Principauté ! Ce nouveau centre…

Lire la suite
  • Politique
  • Société

Circulation modifiée en raison de la visite du président de Chine à Monaco

20 mars 2019 - 10h01

Ce dimanche, le Prince accueillera Xi Jinping, président de la République Populaire de Chine, en visite d’Etat. De nombreux dispositifs de circulation et de sécurité seront mis en place afin…

Lire la suite
LIVE !
Montage de la première tribune du circuit F1 aujourd’hui par l’Automobile Club de Monaco
20 mars 2019 - 15h31
Film « Les aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin »
20 mars 2019 - 12h12
Jack Burton accompagne son ami Wang Chi à l'aéroport de San Francisco afin d'accueillir Miao Yin, la fiancée de ce dernier. Mais Miao Yin est convoitée par Lo Pan, un puissant sorcier désincarné qui pense pouvoir récupérer son enveloppe charnelle en épousant une chinoise aux yeux verts. Jack, simple camionneur, se retrouve au cœur de Chinatown, au beau milieu d'une lutte surnaturelle entre les puissances du Bien et du Mal orientales. Rendez-vous à 19h à la Sonothèque José Notari.
BNP Paribas sensibilise ses équipes à la transition énergétique
20 mars 2019 - 11h45
La banque BNP Paribas Wealth Management Monaco organisait hier en présence de la Mission pour la transition énergétique (MTE), devant plus de 90 salariés, une présentation sur ses engagements en la matière. Depuis plusieurs années, l’établissement développe de nombreuses actions dans cette perspective, notamment via la signature du Pacte National de la transition énergétique en 2018. Plusieurs membres de la MTE ont répondu aux différentes questions des salariés et recueilli de nouvelles signatures du Pacte National.
Conférence « Avec Voix et Éloquences » à la Maison de France
20 mars 2019 - 10h12
Cycle Culture et Francophonie 2019 : Conférence sur le thème "Avec Voix et Éloquences" par Jean-Philippe Lafont. Rendez-vous à 18h30.
La mission permanente de Monaco à l’ONU accueille Marc Rosen
20 mars 2019 - 09h26
Le mois de mars est traditionnellement celui de la femme à l’ONU, pendant lequel se déroule la commission de la condition de la femme. A cette occasion, Marc Rosen, designer de flacons de parfum iconiques a été invité. Le comité d’accueil des délégations onusiennes a pu découvrir le travail de conception des flacons de parfum. Marc Rosen a été vainqueur de septs Prix FIFI, équivalent des Oscars pour l’industrie du parfum. Il est le président chaque année du Luxe Pack.
Un guide pour la protection des tortues marines
20 mars 2019 - 08h10
Plongeurs, associations de plaisanciers, pêcheurs, capitaineries et autres pratiquants réguliers des eaux monégasques étaient présents hier au Musée océanographique pour acquérir les bons réflexes en cas de rencontre avec une tortue de mer. Retrouvez le guide ici.
Film « Free Zone » au Théâtre des Variétés ce soir
19 mars 2019 - 14h38
Projection organisée par l’Institut audiovisuel de Monaco à 20h.
Nouveaux horaires à la Bibliothèque Princesse Caroline et à la Ludothèque
18 mars 2019 - 14h09
A compter dès aujourd’hui : - Lundi :14h à 18h30 - Mardi, jeudi et vendredi : 10h à 12h – 14h à 18h30 - Mercredi : 10h à 12h – 13h à 18h30
VIDEOS

Simulation d'attentat au CHPG

Retour en images sur l'exercice qui s'est déroulé au CHPG, du jeudi 21 jusqu'au samedi 23 février, simulant divers incidents majeurs. Ici, plusieurs attaques ...

23 février 2019 - 17h02