• Art & Culture

« Nous avons constitué un véritable patrimoine chorégraphique »

29 septembre 2018 - 17h43

Chorégraphe-directeur des Ballets de Monte-Carlo, Jean-Christophe Maillot s’exprime, à la veille du lancement de la nouvelle saison, tout à la fois sur les principaux évènements des prochains mois, mais également plus largement sur sa vision de son art, sur ses méthodes pour mettre en place un calendrier axé autour de manifestations en Principauté mais aussi largement tourné vers l’international. Et ne cache pas sa fierté à l’égard de la structure qu’il dirige.

 

La saison qui s’annonce pour les Ballets s’avère intense et riche. Quels en sont les moments forts ?

Je dirais qu’il y a trois temps forts. Le premier se déroulera les 8 et 9 décembre à la salle Garnier pour un évènement baptisé « En compagnie de Nijinsky » et composé de quatre ballets créés par des chorégraphes différents autour des ballets russes. Il s’agit d’un évènement exceptionnel, et ce d’autant plus qu’il se déroulera en collaboration avec l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo dirigé par Kazuki Yamada. Ce spectacle sera redonné au Théâtre parisien des Champs-Elysées en février 2019. Cette collaboration me plaît vraiment et je dois souligner le plaisir que nous avons à travailler avec Kazuki Yamada, directeur musical et artistique de l’orchestre car, fait rare pour un chef d’orchestre, il montre une vraie passion pour la danse. Il y a donc une véritable synergie, un partage formidable dont profitent nos deux arts. Deuxième temps fort, les Créations, du 25 au 28 avril avec Goyo Montero. Enfin, La Mégère Apprivoisée constituera pour nous un moment particulièrement important car, à l’issue des spectacles des 26, 27 et 28 juillet au Grimaldi Forum, nous réaliserons un film de cette production pour une diffusion internationale. Avec le Monaco Dance Forum et le gala de l’Académie Princesse Grace, ce seront donc les principaux temps forts en Principauté.

 

©DR

 

Il est vrai que vous allez passer une grande partie de l’année en tournée…

Oui, presque tout le reste du temps. Sur 78 spectacles, nous allons en réaliser 60 dans le cadre des tournées ! C’est un choix. Depuis longtemps, nous alternons une année au cours de laquelle nous passons beaucoup de temps à Monaco et une année avec de grandes tournées. Cela répond à une logique. J’attache une importance primordiale au volet création. L’année principalement passée en Principauté est dès lors consacrée à beaucoup de création, l’année suivante, nous exportons ces créations à travers le monde. Par ailleurs, les tournées étant très éprouvantes et fatigantes pour les danseurs, il importe de respecter un temps de respiration et le fait de poser un peu ses valises « à la maison » s’avère important. C’est une recette qui fonctionne bien. Par ailleurs, je ne vous cache pas qu’existe également une raison budgétaire car les tournées coûtent cher.

 

©DR

 

Mais ces tournées sont un fabuleux vecteur d’image pour Monaco à l’international…

Absolument et nous attachons beaucoup d’importance à cela. Il est, à ce titre, important de souligner que, malgré le nombre important cette année de ces tournées, nous avons été contraints de faire des choix et de les limiter car nous avons plus de demandes que nous ne pouvons réaliser de dates, ce qui prouve à loisir l’image de qualité des Ballets de Monte-Carlo. A force de travail, nous avons constitué un véritable patrimoine chorégraphique que nombre de grands lieux culturels sur la planète se disputent. Et c’est précisément là que se pose cette année une problématique particulière pour nous car nous n’avons que 44 danseurs en lieu et place des 48 habituels pour diverses raisons et nous avons une année plus riche en spectacles que jamais ! Nous avons atteint un niveau de reconnaissance exceptionnel. L’ambition et le défi désormais, c’est de le maintenir. Ce niveau de reconnaissance est tel qu’en plus de 25 ans de carrière en Principauté, je n’ai jamais connu de refus d’un chorégraphe lorsque je le sollicite pour collaborer avec nous. Les Ballets ressemblent ainsi à Monaco : petits par la taille mais connus dans le monde entier. Il existe aujourd’hui, c’est un fait que nous pouvons affirmer, une ambition des danseurs du monde entier pour intégrer les Ballets de Monte-Carlo. Et ce d’autant plus que nous sommes également des révélateurs de talents chorégraphiques qui, ensuite, se voient courtisés par de grandes compagnies.

 

©DR

 

Vous évoquez les chorégraphes avec lesquels vous collaborez. Comment les choisissez-vous ?

Je privilégie tant la qualité humaine que le talent. Je ne veux travailler qu’avec des personnes dont je suis persuadé qu’elles vont s’entendre avec les danseurs. Je le dis clairement : je n’invite pas de chorégraphe, aussi exceptionnel soit-il dans son métier, qui n’ait de véritables valeurs humaines. Je n’ai jamais cru à la création dans la douleur. Lorsque vous travaillez pendant plusieurs mois en étroite collaboration avec une personne, il est important que les relations se passent bien !

Avec le temps, vous avez également développé des liens particuliers avec certains d’entre eux…

Oui, et cela facilite le travail mais cela peut également devenir un piège : ne plus sortir de sa zone de confort ! En création artistique, il convient de savoir se renouveler, prendre des risques.

 

©DR

 

Les Ballets sont, en Principauté et à la différence de l’Opéra ou de l’Orchestre, l’une des seules institutions culturelles d’une telle ampleur à ne pas disposer de son propre lieu pour se produire. Un handicap ?

Nous avons la chance, à Monaco, de disposer d’une liberté artistique exceptionnelle et rare. Nous avons également la chance de pouvoir travailler dans d’excellentes conditions avec le support et le soutien de nombreuses personnes y compris au plus haut niveau de l’Etat. Mais il est vrai que les Ballets connaissent une problématique en termes de lieu. Nous devons composer sans cesse avec la disponibilité des différents sites, disponibilité qui tend à s’amenuiser d’année en année compte tenu des très nombreux évènements qui se développent sur le territoire. Le rêve serait donc pour nous de disposer d’un théâtre de dimension modeste, 500 à 600 places. Cela nous permettrait de proposer davantage au public monégasque qui considère souvent que nous ne sommes pas assez présents en Principauté. Ce public a raison même si, malgré les nombreuses tournées, nous privilégions toujours notre public monégasque. Pour le faire davantage, il nous faudrait donc un lieu. Par ailleurs, cela nous serait précieux sur un plan budgétaire car le fait de devoir transporter, installer, préparer, nous adapter, démonter… sans cesse dans des sites différents génère un coût non-négligeable que nous n’aurions pas dans une structure dédiée. Pour la population, nous ne parvenons pas à imposer notre lieu de vie, il existe une problématique d’identification de la compagnie.

 

Georges-Olivier Kalifa

Photo Principale ©Felix Dol-Maillot

A lire aussi...

  • Art & Culture

Un voyage artistique au cœur de la Principauté

20 mars 2019 - 14h23

La deuxième édition de la Monaco Art Week se déroulera du 24 au 28 avril. Pour cette occasion, une dizaine de galeries et maisons de ventes réparties en plusieurs lieux…

Lire la suite
  • Art & Culture

Week-end irlandais à Cap-d’Ail

20 mars 2019 - 11h25

A l’occasion de la Saint-Patrick, le Prince a assisté, samedi, à un concert au Château des Terrasses, lieu où 150 personnes ont festoyé le lendemain. L’ambiance, la prédominance de vert…

Lire la suite
LIVE !
Montage de la première tribune du circuit F1 aujourd’hui par l’Automobile Club de Monaco
20 mars 2019 - 15h31
Film « Les aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin »
20 mars 2019 - 12h12
Jack Burton accompagne son ami Wang Chi à l'aéroport de San Francisco afin d'accueillir Miao Yin, la fiancée de ce dernier. Mais Miao Yin est convoitée par Lo Pan, un puissant sorcier désincarné qui pense pouvoir récupérer son enveloppe charnelle en épousant une chinoise aux yeux verts. Jack, simple camionneur, se retrouve au cœur de Chinatown, au beau milieu d'une lutte surnaturelle entre les puissances du Bien et du Mal orientales. Rendez-vous à 19h à la Sonothèque José Notari.
BNP Paribas sensibilise ses équipes à la transition énergétique
20 mars 2019 - 11h45
La banque BNP Paribas Wealth Management Monaco organisait hier en présence de la Mission pour la transition énergétique (MTE), devant plus de 90 salariés, une présentation sur ses engagements en la matière. Depuis plusieurs années, l’établissement développe de nombreuses actions dans cette perspective, notamment via la signature du Pacte National de la transition énergétique en 2018. Plusieurs membres de la MTE ont répondu aux différentes questions des salariés et recueilli de nouvelles signatures du Pacte National.
Conférence « Avec Voix et Éloquences » à la Maison de France
20 mars 2019 - 10h12
Cycle Culture et Francophonie 2019 : Conférence sur le thème "Avec Voix et Éloquences" par Jean-Philippe Lafont. Rendez-vous à 18h30.
La mission permanente de Monaco à l’ONU accueille Marc Rosen
20 mars 2019 - 09h26
Le mois de mars est traditionnellement celui de la femme à l’ONU, pendant lequel se déroule la commission de la condition de la femme. A cette occasion, Marc Rosen, designer de flacons de parfum iconiques a été invité. Le comité d’accueil des délégations onusiennes a pu découvrir le travail de conception des flacons de parfum. Marc Rosen a été vainqueur de septs Prix FIFI, équivalent des Oscars pour l’industrie du parfum. Il est le président chaque année du Luxe Pack.
Un guide pour la protection des tortues marines
20 mars 2019 - 08h10
Plongeurs, associations de plaisanciers, pêcheurs, capitaineries et autres pratiquants réguliers des eaux monégasques étaient présents hier au Musée océanographique pour acquérir les bons réflexes en cas de rencontre avec une tortue de mer. Retrouvez le guide ici.
Film « Free Zone » au Théâtre des Variétés ce soir
19 mars 2019 - 14h38
Projection organisée par l’Institut audiovisuel de Monaco à 20h.
Nouveaux horaires à la Bibliothèque Princesse Caroline et à la Ludothèque
18 mars 2019 - 14h09
A compter dès aujourd’hui : - Lundi :14h à 18h30 - Mardi, jeudi et vendredi : 10h à 12h – 14h à 18h30 - Mercredi : 10h à 12h – 13h à 18h30
VIDEOS

Simulation d'attentat au CHPG

Retour en images sur l'exercice qui s'est déroulé au CHPG, du jeudi 21 jusqu'au samedi 23 février, simulant divers incidents majeurs. Ici, plusieurs attaques ...

23 février 2019 - 17h02