• Info Pratique
  • Société

Yachting : Monaco incontournable

22 septembre 2018 - 16h20

Le yachting est une activité-phare en Principauté. Le Yacht Club en est le séduisant emblème, le Monaco Yacht Show l’évènement qui en témoigne. Chaque année, les trois-quarts des superyachts passent sur la Côte d’Azur, Monaco jouit d’une situation privilégiée et agrandit sa zone avec Vintimille. Etudes de yachting, conférences témoignent de l’intérêt porté à cette activité, les Rendezvous du Cluster Yachting avaient pour thème la sécurité en juin, la Jeune Chambre Economique consacrait un Business Time au yachting en juillet dans le tunnel Riva. L’occasion de rappeler que la moitié des ultra-riches ont un yacht…

En ce mois de septembre 2018, la Principauté s’apprête à accueillir la 28ème édition du Monaco Yacht Show qui s’est très vite affirmé comme l’un des évènements monégasques phares. Un rendez-vous désormais incontournable du yachting international. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 120 superyachts, 40 lancements, une valeur des yachts exposés estimée à plus de trois milliards d’euros, 580 exposants, plus de 36 000 participants l’an dernier… Sans oublier les 500 journalistes accrédités et la présence de télévisions du monde entier, comme le souligne Gaëlle Tallarida, directeur général du MYS. Pour autant, l’objectif n’est pas de faire grossir le Monaco Yacht Show mais de l’optimiser à tous égards. Qualité des exposants, satisfaction des différents participants, efficacité des contacts… « Nous sommes devenus des facilitateurs de contacts », résume Gaëlle Tallarida, tandis que tous les professionnels soulignent que le Monaco Yacht Show a largement favorisé le développement du yachting à Monaco.

Yachting, 4e industrie

Le yachting est la 4ème industrie de la Principauté, souligne Edouard Mousny, vice-président du Cluster Yachting Monaco, avec un chiffre d’affaires supérieur à 700 millions d’euros, il emploie plus de 1 500 personnes pour une masse salariale qui dépasse 80 millions. Un secteur représenté par quelque 300 sociétés dont les 15 plus importantes ont vu leur chiffre d’affaires progresser de 250% depuis 2005. Que recouvre cette activité du yachting en Principauté ? Pour l’essentiel, celle réalisée par le courtage (achat, vente, affrètement) dont Monaco accueille les principaux groupes mondiaux, explique Edouard Mousny, mais on y trouve aussi les designers, les sociétés de gestion, le port, certains chantiers et même le Yacht Club.

Le yachting en Principauté s’est développé, selon lui, assez spontanément sous la pression de plusieurs facteurs : l’explosion des superyachts à compter des années 2000 qui ont donné de facto une nouvelle dimension au secteur avec des unités atteignant pour les plus grandes près de 200 mètres et des valeurs de plusieurs centaines de millions comparables à celles des grandes unités commerciales. Les propriétaires ou affréteurs de ces superyachts sont naturellement attirés par la Riviera où Monaco dispose d’une place et d’une image privilégiées. Enfin ou surtout le rendez-vous qu’est le Monaco Yacht Show a donné, comme nous l’indiquions, une visibilité à la Principauté devenue incontournable pour les acteurs de ce secteur.

L’enjeu du pavillon monégasque

Seule ombre au tableau dans ce contexte porteur, selon le vice-président du Cluster yachting : le fait que le pavillon monégasque n’ait pas évolué depuis les années 1950 alors qu’il devrait figurer en bonne place dans la liste établie par le Mémorandum de Paris. Il faudrait le moderniser et l’ouvrir pour qu’il soit pleinement le pavillon de la plaisance, insiste Edouard Mousny. Beaucoup de professionnels du yachting seraient aussi favorables à de nouveaux modes de financement tel le crédit-bail comme c’est le cas dans les pays voisins, la France et l’Italie notamment, ce qui permettrait d’être à un niveau de compétitivité équivalent, en particulier sur le plan fiscal en raison de la TVA applicable.

Autre sujet qui peut faire débat : le statut social des équipages. Ceux des bateaux sous pavillon monégasque relèvent des caisses monégasques dans le cadre d’un régime mis en place à la fin des années 1960. De même pour les pays de l’Union européenne, c’est la règlementation de l’Etat du pavillon qui prime mais parfois aussi le lieu du domicile de l’employeur et des équipages.

Quant aux yachts sous pavillons hors Union européenne qui mouillent à Monaco et naviguent souvent dans les eaux voisines, leurs équipages ou la majorité d’entre eux seraient généralement résidents en France et dès lors soumis aux règles françaises. Lesquelles s’inscrivent dans le cadre du décret du 9 mars 2017, poursuit Edouard Mousny. Celui-ci prévoit l’affiliation des gens de mer résidents en France et embarqués sur un navire sous pavillon étranger au régime français des gens de mer, l’ENIM. Un décret qui avait fait grand bruit et aurait même eu des répercussions sur la fréquentation azuréenne l’an dernier. Depuis, un assouplissement est intervenu dans le cadre de la loi du 30 décembre 2017 de financement de la sécurité sociale pour 2018 avec la possibilité soit de s’inscrire à ce régime, soit de prendre une assurance privée avec des garanties similaires. Une faculté de choix qui semble avoir satisfait les professionnels sachant que le régime français serait d’ailleurs parfois beaucoup plus compétitif qu’il n’y paraît.

Les cyber menaces

Le Yacht Club de Monaco et le Cluster Yachting contribuent largement aux réflexions qui peuvent avoir lieu sur ces différents sujets. En octobre 2017, le Yacht Club avait organisé son premier Captains’ Club Superyachts Workshop en collaboration avec les trois grandes associations de capitaines (GEPY, Italian Yacht Master et PYA), mais aussi avec l’assureur OnlyYacht. Le décret précité y avait été présenté tandis qu’étaient évoquées, sur un autre plan, les cyber menaces qui peuvent atteindre les yachts, lesquels sont de plus en plus connectés.

En juin dernier, les Rendez-vous 2018 du Cluster Yachting devaient d’ailleurs être largement consacrés aux divers problèmes de sécurité. Après plusieurs exposés sur le thème de « la sécurité, un atout à Monaco », plusieurs conférenciers devaient intervenir sur les menaces liées à la connexion, aux nouvelles technologies, aux drones et traiter de la cybersécurité. L’architecte naval Espen Oeino, vice-président, lui aussi, du Cluster Yachting qui clôturait ces rendez-vous, nous a indiqué : « Comme tout le monde le sait, l’un des atouts majeurs de la Principauté reste sa sécurité. La cybersécurité est autre chose, elle reste plus complexe à traiter. C’est un sujet vaste et difficile à aborder car l’on ne peut pas trop divulguer de choses. L’objectif était d’alerter toute la communauté du yachting sur les dangers que représente l’insécurité au niveau des interceptions, interférences que ce soit sur les messages ou les systèmes qui peuvent modifier le cap d’un bateau. Nous avons eu le cas malheureusement avec un capitaine ici au port de Cap-d’Ail, qui était en charter et n’a pas pu venir témoigner lors du Cluster. Il avait été victime d’un piratage avec un soudain changement de cap. A bord du yacht, personne n’a compris ce qui se passait. Ce sont des réels dangers. J’appréhendais un petit peu ces rendez-vous et, finalement, la journée a été un grand succès ».

Comment se protéger

Impossible d’aborder tous les thèmes évoqués à cette occasion. Nous avons néanmoins demandé à plusieurs intervenants de revenir sur les sujets qu’ils avaient présentés : Cal Leeming, fondateur de River Oakfield, une société qui propose des solutions de cybersécurité ; Ilhami Aygun, bien connu en Principauté pour ses activités dans les télécommunications par satellite, lequel insiste sur la sécurité des télécommunications ; mais aussi Johannes Pinl, fondateur de MARSS Group qui indique notamment comment se protéger des drones. Pour sa part, l’avocat expert maritime Henri Najjar explique quelles peuvent être les responsabilités en cas de cyber-attaques. Laissons le mot de la fin à Espen Oeino : « Il est évident que tous les bateaux aujourd’hui sont, au même titre que nos voitures et maisons, bourrés de microprocesseurs liés à l’Internet en permanence, donc on s’expose tous et à tous les niveaux. On ne peut plus faire un bateau sans microprocesseurs, ils sont présents dans les portes coulissantes automatiques, dans les machines à café, les moteurs… On a bien évidemment sur le bateau, et plus particulièrement les super et megayachts, un membre de l’équipage spécialiste de l’électronique à bord. Cela n’existait pas il y a une dizaine d’années. Au sein de notre agence, nous envisageons également d’embaucher une personne spécialisée ».

Sur mer comme sur terre, l’Internet a ses mérites et ses avantages souvent considérables, il a aussi ses inconvénients et ses risques dont il faut savoir se protéger.

Délia Dupouy 

Photo ©MC Clic

A lire aussi...

  • Société

La réouverture du centre nautique Albert II annoncée

18 janvier 2019 - 16h14

Après avoir dû, temporairement, fermer ses portes pour une remise en état, le centre nautique Albert II reprendra ses activités le 4 février prochain. L’annonce était attendue. Dans la nuit…

Lire la suite
  • Société

Joe Kals, un moral retrouvé

18 janvier 2019 - 13h23

Ce n’était qu’un mauvais passage à vide. Alors qu’il avait annoncé, il y a peu, mettre un terme à ses projets, le paraplégique de 57 ans repartira aux Etats-Unis pour…

Lire la suite
LIVE !
La liste des nommés aux Laureus World Sports Awards dévoilée, avec Kylian Mbappé et les Bleus
18 janvier 2019 - 17h15
Le 18 février, les plus chanceux recevront en Principauté les statuettes tant convoitées, synonymes de consécration aux Laureus World Sport Awards. De grands noms font partie de cette liste, dont Kylian Mbappé, l'équipe de France de football, Lewis Hamilton ou encore les Golden State Warriors.
Une journée de sensibilisation organisée par les étudiants de l’I.F.S.I.
18 janvier 2019 - 14h44
Cette journée de sensibilisation par les étudiants en Soins infirmiers (promotion Tony Varo), dont le thème était « Alerter, masser, défibriller », s’est déroulée le 17 janvier dans divers endroits stratégiques de Monaco, comme la place du Marché, la gare et la galerie commerciale de Fontvieille, avec l’aide de la section secourisme de la Croix-Rouge monégasque et du corps des Sapeurs-Pompiers de Monaco.
Les préventes pour l’exposition "Dali, une histoire de la peinture" au Grimaldi Forum sont disponibles
17 janvier 2019 - 15h57
Exposition prévue du 6 juillet au 8 septembre à l’espace Ravel, il est d’ores et déjà possible d'acquérir une prévente en ligne ou directement à la billetterie du Grimaldi Forum, au tarif de 6 euros par personne.
Le Marché de La Condamine se met à l’heure du cirque le samedi 19 janvier
17 janvier 2019 - 14h48
Dans le cadre du 43e Festival International du Cirque de Monte-Carlo, une animation sera proposée par la troupe des « Clowns en Folie » samedi 19 janvier de 11h à 12h30 sur la place d’Armes et à l'intérieur de la Halle du Marché de La Condamine.
Les Ballets de Monte-Carlo au Théâtre des Champs Elysées à Paris : du 8 au 10 février
16 janvier 2019 - 12h22
Le 43e Festival International du Cirque de Monte-Carlo ouvre ses portes du 17 au 27 janvier
16 janvier 2019 - 10h55
Plus de 150 artistes, originaires de 15 pays, se produiront sur la célèbre piste du chapiteau de Fontvieille pour gagner les récompenses suprêmes, les Clowns d’Or, d’Argent de Bronze qui récompenseront leurs carrières.
Victoire de l’ASM Basket face à l’équipe serbe KK Partizan NIS en Eurocup (72-68)
16 janvier 2019 - 10h53
La meilleure demifondeuse en Europe, Sifan Hassan sera présente pour le 5km Herculis
16 janvier 2019 - 10h51
La détentrice des records d'Europe du 5 000m sur piste et du semi-marathon sera présente le 17 février à Monaco pour le 5km Herculis.
VIDEOS

La Gazette de Monaco

19 décembre 2018 - 10h16