• Environnement
  • Société

Méduses : le Musée océanographique donne l’alerte

4 août 2020 - 16h12

Les méduses ont toujours fasciné la communauté scientifique. Leur métabolisme passionne, mais leur abondance peut s’avérer inquiétante, à la fois pour les vacanciers, mais surtout pour les professionnels du monde marin qui y décèlent le signe d’un déséquilibre des océans. Le Musée océanographique de Monaco alerte ainsi sur leur propagation et revient sur son origine.

« L’océan se gélifie », selon les observations de la plupart des spécialistes. Et cette dérégulation naturelle est liée directement aux comportements de l’Homme qui, en polluant les océans, favorise en réalité leur prolifération. Aujourd’hui, les méduses ont un impact direct sur le tourisme mais également sur les activités maritimes. De nombreuse pêcheries se retrouvent détruites par l’amas de colonies de méduses et les fermes aquacoles recensent une perte de productivité puisque ces dernières se nourrissent de larves de poissons. Ces organismes, d’apparence pourtant fragile, peuvent même provoquer l’arrêt de centrales nucléaires, comme en 1984 et à nouveau en 2011, à la centrale de Sainte-Lucie en Floride.

Des créatures résistantes…

Pour Robert Calcagno, directeur de l’Institut océanographique et auteur de l’ouvrage Méduses, à la conquête des océans, elles sont « les révélateurs de nos excès » et « donnent un aperçu concret de ce que pourrait être un océan déséquilibré ». Plus qu’une conséquence du dérèglement climatique, leur invasion des océans s’inscrit dans un cercle vicieux inhérent aux activités humaines. La surpêche entraînant une raréfaction des poissons, et donc de leurs prédateurs, profite au développement continuel de la population des méduses, dépourvue de toute régulation naturelle. Résistantes à l’eutrophisation des océans, résultat des quantités d’engrais déversées via les cours d’eaux, les méduses prennent le pas sur les autres animaux marins qui sont étouffés par une telle concentration de nutriments. Elles sont aussi insensibles aux hormones rejetées par l’Homme puisque capables de reproduction asexuée, contrairement aux poissons, qui voit la leur perturbée.

 

 

… et qui font preuve d’adaptation

Les méduses possèdent une résilience dont l’Homme ne bénéficie pas. Malgré un appétit insatiable et un épuisement de leurs ressources alimentaires, elles ont la capacité de réduire leur taille et de décroître, allant jusqu’à consommer leurs organes sexuels, les ramenant alors à un stade juvénile. Entre tactiques de survie et techniques d’embuscades, les méduses peuvent s’enkyster si leurs conditions de vie sont défavorables à leur évolution. Cette méthode leur offre une armure permettant d’attendre des jours meilleurs.

De la fascination à leur étude

L’étude des méduses s’est accélérée ces dernières décennies quant aux désagréments qu’elles peuvent occasionner : « Lors de la grande réunion organisée en 1983 par le programme des Nations Unies pour l’Environnement sur les problèmes que posent les méduses en Méditerranée, les experts rassemblés ont surtout constaté leur ignorance et proposé les idées les plus farfelues pour expliquer les abondances de la méduse Pelagia noctiluca. Il a fallu que la gêne devienne de plus en plus sensible ces dernières décennies pour les usagers de la mer pour que la recherche se développe », explique Robert Calcagno.

Espoirs de jouvence

Même si la pullulation de ces organismes n’est pas signe d’un milieu marin en bonne santé, ils sont source de nombreux espoirs et l’objet de recherches scientifiques. Robert Calcagno rappelle que nous partageons « 60% de notre ADN avec elles ». Leur collagène, par exemple, est utilisé pour reproduire de la fausse peau, afin de soulager les victimes de brûlures et il est notamment étudié en cosmétique à des fins de lutte contre le vieillissement cutané. Leur capacité à revenir à un stade de jeune méduse suscite l’engouement des chercheurs dans la quête de la jeunesse éternelle et par extension celle de l’immortalité. La compréhension de leur mécanisme biologique constitue un objectif scientifique majeur pour les prochaines années.

Shoona WOOLLEY et Délia KRIEL

© DR

© DR

A lire aussi...

  • Environnement
  • Politique

Le Comité national de suivi des Aires Marines Protégées s’est réuni pour la seconde fois

29 septembre 2020 - 13h10

Hier, le Comité national de suivi des Aires Marines Protégées (AMP) s’est réuni au ministère d’Etat. Cette rencontre avait lieu afin de pouvoir échanger autour de la gestion des AMP,…

Lire la suite
  • Environnement
  • Politique

Monaco représenté à la conférence générale de l’AIEA

29 septembre 2020 - 10h49

Du 20 au 25 septembre se déroulait la semaine de travail annuelle de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), pour définir les grandes lignes de l’année à venir.  L’AIEA et…

Lire la suite
LIVE !
Présentation des lettres de créance au directeur général de l’OIAC
29 septembre 2020 - 11h08
Isabelle Berro-Amadeï a remis ses lettres de créance le 24 septembre dernier à Fernando Arias, directeur de l’Organisation internationale pour les armes chimiques (OIAC), en qualité d’ambassadeur de la Principauté auprès de cette organisation. La cérémonie s’est tenue au siège de l’OIAC, à la Haye. L’ambassadeur et le directeur de l’OIAC ont notamment signé l’accord renouvelant la contribution de Monaco en faveur du Fonds d’affection spéciale pour les missions de l’OIAC en Syrie, afin notamment de mettre un terme à l’arsenal d’armes chimiques syrien.
Fermetures exceptionnelles à la piscine Saint-Charles la semaine prochaine
29 septembre 2020 - 10h30
La piscine Saint-Charles sera exceptionnellement fermée le lundi 5 octobre toute la journée et le mercredi 7 octobre en matinée. La réouverture aura lieu à 14h pour les activités bébés nageurs et les leçons de natation, puis à 17h30 pour le public.
Concert évènement de l’OPMC en hommage à Beethoven, ce soir à 18h à l’Auditorium Rainier III
27 septembre 2020 - 10h19
La direction du Travail, le service de l’Emploi et l’inspection du Travail changent d’adresse
27 septembre 2020 - 09h15
Dès demain, ces services administratifs accueilleront leur public dans de nouveaux locaux situés au 17, rue Princesse Florestine.
L’exposition féline internationale se déroule ce week-end au chapiteau de Fontvieille
27 septembre 2020 - 08h09
Initialement installée à l’Espace Léo Ferré, l’exposition a dû changer de lieu puisque le centre national de dépistage PCR y a été ouvert mardi 15 septembre.
Concert évènement de l’OPMC en hommage à Beethoven, ce soir à 20h à l’Auditorium Rainier III
26 septembre 2020 - 10h18
Basket : le MBA joue son 2e match de la saison, à domicile, à 20h
26 septembre 2020 - 09h12
L'équipe monégasque qui évolue en NF1 joue ce match à huis clos mais il est possible de le suivre via la plateforme Twitch.
L’exposition féline internationale se déroule ce week-end au chapiteau de Fontvieille
26 septembre 2020 - 09h05
Initialement installée à l’Espace Léo Ferré, l’exposition a dû changer de lieu puisque le centre national de dépistage PCR y a été ouvert mardi 15 septembre.
La Gazette de Monaco Immo