• Sport

Maxime et Carla Maillet ont donné le « la »

10 novembre 2018 - 17h23

Licenciés à la Société Nautique de Monaco et unis à la ville, Maxime et Carla Maillet ont respectivement été médaillés d’argent et de bronze au Canada, mi-octobre. En plus de l’aviron, ils partagent une autre passion commune : la musique classique.

Vol DL 0144, reliant Seattle à Amsterdam. 20h56, au-dessus de la Baie d’Hudson. Les hôtesses débarrassent les restes d’un repas servi quelques instants plus tôt. Au bruit du plastique finissant sa course dans une poubelle, succédera bientôt le silence. Alors que les paupières se font lourdes pour certains, Maxime Maillet regarde paisiblement un film. A ses côtés, Carla Maillet, son épouse, fait de même. Non loin de lui, aussi, sa médaille d’argent remportée deux jours plus tôt en quatre de couple. Celle qui a fait de lui un vice-champion du monde d’aviron de mer, à Sidney, au Canada, trois ans après son sacre dans la même compétition, à Lima (Pérou). « La récompense d’un effort et d’une persévérance au quotidien, évoque-t-il, dans un large sourire. Mais voir Carla performer au niveau international est également un sentiment très intense ».

Engagée dans la même discipline que son mari, elle s’est hissée sur la dernière marche du podium avec ses coéquipières. Et ce, pour leur première participation. « J’ai pris conscience que j’allais participer aux Mondiaux peu avant le départ des séries qualificatives. Je me disais que les garçons pouvaient gagner quelque chose, mais je n’y croyais pas tellement pour nous. Nous ne connaissions pas nos adversaires et ressentions de la pression. Cette médaille de bronze nous rend donc très fières », savoure Carla Maillet.

Au Canada, le couple, très complice, se plie aux exigences de la compétition. Horaires de courses et de repas différents, et même chambres à part, chacun dormant avec son équipage. « Les entraîneurs ont pris une bonne décision. Nous avons été respectueux des objectifs de l’un comme de l’autre, tout en ne s’ignorant pas. Et puis, dormir avec ses coéquipiers, cela soude les liens. Nous discutons en amont et après les courses, parfois même juste avant de se coucher. Rester avec eux avait du sens », affirme celui qui est administrateur auprès du Directeur des Services Judiciaires. Sa conjointe abonde en son sens : « L’on se déplace comme une équipe, pas comme une succession d’individualités ».

Aviron toulousain et Gabriel Fauré

Professeur d’histoire-géographie au Lycée Technique et Hôtelier, Carla Maillet a découvert l’aviron dans son adolescence. Quittant la région parisienne avec ses parents, elle atterrit à Toulouse et observe les rameurs sur la Garonne. La séance d’essai effectuée, elle signe une licence loisir à l’Aviron toulousain : « Quelques mois plus tard, l’entraîneur des filles me propose d’intégrer le huit (un bateau à huit rameurs et un barreur, surnommé le bateau-roi, NDLR). C’est en rejoignant la section compétition que j’ai rencontré Maxime ».

Né en Principauté, le Monégasque a grandi dans la Ville Rose où ses parents, médecins psychiatres, exerçaient. Au club, son regard « se porte rapidement » sur la jeune femme. Les deux se découvrent une autre passion commune : la musique classique. Elle, violoncelliste. Lui, pianiste. Ce qui donne lieu à une belle histoire. « Nous étions chez elle un soir, avec un groupe issu de l’aviron. Il y avait un piano droit, sur lequel trônait une partition d’Élégie de Gabriel Fauré. Carla a pris son violoncelle, j’étais au piano et, partageant le même tabouret, nous avons joué les premières mesures devant nos amis », se souvient Maxime Maillet, qui ne se lasse jamais de conter cette anecdote. « Cette soirée était très étonnante, lâche sa compagne dans un éclat de rire. Nous avons joué ce début de morceau à quatre heures du matin ».

Si le couple partage aisément le tabouret et fait corps pour s’adonner à quelques notes, la situation est plus complexe lorsqu’il s’agit de ramer ensemble. Ils se sont essayés à l’exercice lors d’entraînements, mais jamais en compétition. Trop risqué et difficile, bien que l’aviron soit un sujet de discussion récurrent entre eux. « Il peut y avoir des petites tensions lorsque l’on rame en couple. Les entraîneurs en rigolent. Ils disent voir rapidement qui est en couple ou pas ! Dans notre cas, nous sommes tous les deux très exigeants », justifie Maxime, quand Carla évoque « des manières différentes de ramer ». « Je ne sais pas si c’est possible en couple, beaucoup de gens disent que c’est compliqué. Peut-être que l’on y parviendra un jour ! », poursuit-elle en souriant.

L’avion plonge peu à peu dans l’obscurité. Seules les lumières émises par les écrans trahissent les voyageurs n’ayant pas encore rejoint les bras de Morphée. Dans le silence, Maxime Maillet -qui, à 30 ans, définit l’aviron comme une passion « chronophage » et souhaite « savourer l’instant présent »– finit son film, la tête de Carla posée sur son épaule. Dans un peu plus de 15 heures, le couple retrouvera son domicile en Principauté et reprendra le cours normal de sa vie après des championnats du monde forts en émotions. L’an prochain, Hong Kong accueillera la compétition. Et qui sait, peut-être que Maxime et Carla Maillet s’aligneront en double mixte, nouvelle épreuve lancée cette année au Canada, et dicteront le rythme de la course…

Jérémie Bernigole

Photo ©Jérémie Bernigole

A lire aussi...

  • Environnement
  • Sport

Un débardeur 100% recyclé à la Monaco Run

14 février 2020 - 07h29

Cofondée par Jérôme Chevret et Olivier Legras en septembre 2019, Vetyver Sports est une marque de vêtements de sport durable et engagée qui sera représentée pour la première fois ce…

Lire la suite
  • Environnement
  • Sport

Hockeyeurs amateurs et professionnels se sont rencontrés pour le climat

13 février 2020 - 16h07

Le match de hockey sur glace « The Last Game for the Arctic » a eu lieu hier soir, sur la patinoire du Quai Albert 1er. L’évènement, qui s’inscrit dans la série…

Lire la suite
LIVE !
Exposition d'Icônes Brodées jusqu’au 3 avril à la Cathédrale de Monaco
16 février 2020 - 10h27
Exposition d'Icônes Brodées de l’Atelier Prikosnovenie de Moscou en collaboration avec le Consulat de Russie.
« Sacha Guitry Mon Amour » à 16h30 au Théâtre des Muses
16 février 2020 - 08h02
Spectacle de déclaration amoureuse et théâtrale par Anthéa Sogno.
Tarkan en concert à 22h30 à la Salle des Etoiles du Sporting Monte-Carlo
15 février 2020 - 11h17
Buhurt Prime de 10h à 19h30 à l’Espace Fontvieille
15 février 2020 - 10h33
2e Tournoi International Buhurt Prime. Combat Médiéval, foire et ateliers d'artisanat médiévaux.
« Sacha Guitry Mon Amour » à 20h30 au Théâtre des Muses
15 février 2020 - 09h53
Spectacle de déclaration amoureuse et théâtrale par Anthéa Sogno.
Anecdotes et chansons de Edith Piaf à 15h au Théâtre des Variétés
15 février 2020 - 08h59
Concert par Marie-Pierre Oudol et ses musiciens retraçant les anecdotes et chansons de Edith Piaf. En 1re partie : chansons françaises, Bossa et Jazz par le groupe Combojazzy, organisé par l'Association Monaco-Art-Music.
« Régate du Port d’Hercule » de 9h30 à 16h dans la Baie de Monaco
15 février 2020 - 08h27
Régate d’aviron de mer internationale, organisée par la Société Nautique de Monaco.
Football Ligue 1 : AS Monaco-Montpellier ce soir au Stade Louis-II
14 février 2020 - 10h15
L’AS Monaco (7e) reçoit ce soir Montpellier (5e). Une rencontre qui marque le coup d’envoi de la 25journée de Ligue 1. Après deux victoires consécutives en championnat, les hommes de Robert Moreno auront l’occasion ce soir de passer devant les Montpelliérains et de se rapprocher encore un peu plus du podium. Un match à suivre à 20h45 au Stade Louis-II.
VIDEOS

Retour en images sur l’édition 2019 du Monaco Yacht Show

1 octobre 2019 - 16h13

La Gazette de Monaco Immo