• Immobilier

L’échafaudage, un secteur encadré et d’avenir

19 août 2019 - 17h30

Si l’on parle souvent de chantiers à Monaco, on évoque plus rarement les systèmes d’échafaudage. En Principauté, elles sont environ quatre ou cinq entreprises spécialisées dans le domaine. Un nombre qui n’est pas de trop quand on sait à quel point la demande est importante. Coup de projecteur sur ce milieu particulier

C’est au gré de travaux sur le Kremlin à Moscou, dans les années 70, puis à New-York et en Italie, où il a fondé son entreprise en 1987, que Roberto Ricchitelli a forgé son expérience. Il y a quatre ans, sa société monégasque, Sertec, a vu le jour. Depuis, il a ainsi pu travailler sur un nombre important de chantiers : des immeubles tels que Le Simona, Les Abeilles, Le Stella, Les Cigognes, le One Monte-Carlo… et d’autres en cours comme L’Exotique ou l’Hélios… C’est fort de toute cette pratique qu’il est aujourd’hui en mesure d’affirmer que les entreprises du bâtiment monégasques sont exigeantes et rigoureuses en matière de chantiers. Un propos que rejoint Alex Caracchini, gérant de la société L’Echafaudage Monégasque, installée en Principauté depuis février 2017 et qui est notamment intervenue sur de gros chantiers comme celui de l’Hôtel de Paris ou Les Jardins d’Apolline.

Un secteur fortement régulé

Pour autant, tous les deux attestent que la réglementation en vigueur reste similaire à la loi française. L’installation d’un échafaudage requiert une demande d’occupation de l’espace public ; ces démarches administratives sont amorcées par le client lui-même ou par l’entreprise sur demande. D’autre part, leurs entreprises restent soumises aux législations de tout chantier classique : c’est-à-dire, par exemple, qu’il faut transmettre des informations sur les ouvriers présents sur le chantier (nombre, identités…) afin qu’ils obtiennent leurs badges. Si à Monaco, les entreprises ne sont pas soumises à des normes NF relatives au matériel, elles peuvent en disposer, c’est le cas de L’Echafaudage Monégasque. Autre point évoqué par Roberto Ricchitelli : les nouvelles normes relatives aux nuisances sonores en Principauté. Ces dernières ont contraint les entreprises à utiliser des bâches acoustiques sur leurs récentes installations afin de réduire le bruit.

Des enjeux de sécurité

L’objet de la réglementation, c’est aussi bien sûr d’assurer la sécurité des ouvriers. En moyenne, ils sont trois pour un échafaudage classique mais les équipes varient de sept à douze ouvriers par jour pour des chantiers plus conséquents. Ils disposent d’une formation de montage d’échafaudages qu’ils doivent actualiser régulièrement. Chez L’Echafaudage Monégasque notamment, décision a été prise de faire aussi recevoir une formation pour le port de harnais. D’ailleurs, tous les équipements font l’objet d’une vérification minutieuse. De plus, les gérants confient tous les deux ne pas laisser monter leurs ouvriers sur les échafaudages en cas de conditions météorologiques peu favorables. « Je pense que c’est typique du Sud de la France mais ici, dès qu’il pleut, on est un peu embêté avec les échafaudages », déclare Alex Caracchini. A l’heure où les normes se multiplient, et avec l’évolution des techniques, les accidents ont-ils pour autant diminué ? A Monaco, les bureaux de contrôle connaissent bien les systèmes d’échafaudages et les surveillent avec un maximum d’attention.

Des techniques singulières

Les entreprises sont à même de réaliser différents systèmes d’échafaudages. Du plus classique, l’échafaudage de façade, au plus complexe (étaiement pour supporter des poids conséquents), en passant par les passerelles, les escaliers publics ou de chantier ou encore les ascenseurs de chantier (monte-charges). On distingue également les échafaudages fixes et roulants, sur des petites hauteurs (maximum 10m). Enfin, il apparaît évident que l’on n’ancre pas un échafaudage de la même manière dans toutes les façades. « On s’adapte à chaque bâtiment. Selon la composition des murs, en pierre ou en béton, les systèmes de fixation sont différents », explique Alex Caracchini. Il ajoute ensuite que son entreprise fait appel à des bureaux d’études qui donnent la marche à suivre ; une procédure qui n’est pas systématique mais cadrée et normalisée, et qui devient obligatoire lorsque les échafaudages dépassent une certaine hauteur (24m).

Monaco, une « bonne école »

« Je suis content d’être à Monaco parce que j’ai retrouvé la rigueur que l’on perd en France, sur les chantiers. Il est vrai que même sur les marchés publics où il s’agit de gros chantiers, nous n’avons pas des contraintes similaires », explique Alex Caracchini. Par contraintes, il entend le nombre d’intervenants sur un même chantier, et en même temps, « une sécurité maximale ». Les délais, de même, sont très serrés : « Bien plus à Monaco qu’ailleurs, nous avons des délais qui sont très durs à respecter. Ici, on construit et on rénove beaucoup plus vite. » L’étroitesse du territoire pose aussi problème, surtout en ce qui concerne l’approvisionnement de matériel selon les deux gérants. « Le problème qui est énorme, pour nous, c’est le stationnement des véhicules. On perd énormément de temps », développe Alex Caracchini. Pour autant, travailler en Principauté reste une « bonne école » selon le gérant de l’Echafaudage Monégasque. « Ici, chaque chantier est une découverte et j’ai réalisé des échafaudages que je n’aurais jamais montés en France », admet-il en se remémorant le jour où, sur le chantier de l’Hôtel de Paris, il a dû suspendre un échafaudage montant jusqu’à 38 mètres afin de laisser passer une canalisation.

Margaux Boscagli

© L’Echafaudage Monegasque

A lire aussi...

  • Immobilier
  • Urbanisme

Appartements domaniaux : combien ? Quelles caractéristiques ?

9 août 2020 - 07h47

Le logement des Monégasques est une priorité nationale. De nombreux projets sont en cours. Quelle est la situation actuelle ? L’IMSEE avec « Monaco en chiffres » permet de connaître l’importance du parc…

Lire la suite
  • Immobilier
  • Urbanisme

Rénovation et surélévation des Mélèzes

28 juillet 2020 - 15h55

Le 11 mars 2019 était lancé le plan national pour le logement. Depuis, au fil des mois, ses composantes ont fait l’objet d’études pour aboutir à des projets finalisés. C’est…

Lire la suite
LIVE !
Fermeture de la galerie des Moulins entre 22h et 6h
11 août 2020 - 12h26
Depuis hier soir et jusqu’à demain soir inclus, une opération de nettoyage, rendue nécessaire à cause de la forte humidité présente dans la galerie et aggravée par la chaleur, entraîne la fermeture de la galerie entre 22h et 6h. Une déviation pour piétons est mise en place durant ces horaires de fermeture.
Quête pour Beyrouth
8 août 2020 - 10h28
Le diocèse de Monaco informe qu’à travers l’association Caritas, confédération internationale d'organisations catholiques à but caritatif présente dans plus de 200 pays et territoires, il organise une levée de fonds en faveur des habitants de Beyrouth touchés par les explosions de mardi dernier. Une quête sera organisée ce week-end à la sortie des messes dominicales dans toutes les églises de Monaco et de la paroisse du Saint-Esprit (Beausoleil, Cap d’Ail, La Turbie, Peille).
Solidarité : la Croix-Rouge monégasque offre 100000 euros au Liban
7 août 2020 - 14h29
Les explosions de mardi qui ont provoqué la mort de plus d’une centaine de personnes et un total de plus de 5000 blessés à Beyrouth ont entraîné une vague de solidarité, y compris en Principauté où l’on dénombre une communauté de plusieurs centaines de résidents libanais. Dans ce contexte, la Croix-Rouge monégasque consacre une enveloppe de 100000 euros pour venir en aide à la population du pays déjà frappée par une crise économique, sociale et sanitaire.
Concert au Palais princier ce soir à 21h30
6 août 2020 - 16h30
L’Orchestre Philarmonique de Monte-Carlo donne ce soir l’un de ses deux concerts de cette saison (seulement sur invitation) dans la cour du Palais princier. Sous la direction de Juraj Valčuha avec le violoniste Maxim Vengerov. Œuvres de Bizet, Schreker et Mendelssohn.
Nouvelle arrivée au sein de l’effectif de la Roca Team
5 août 2020 - 16h30
Un nouveau renfort sur la ligne arrière vient de signer pour l’AS Monaco Basket. Le club monégasque s’est assuré les services d’Abdoulaye Ndoye. Formé par le Cholet Basket (CB) depuis ses 15 ans, le Français, aujourd’hui âgé de 22 ans, a fait ses débuts en Jeep Elite à 18 ans. Il s’est ensuite peu à peu installé dans le cinq majeur du CB. « Je suis attiré par l’exigence qui est celle au quotidien d’un club comme l’ASM, je suis venu pour sortir de ma zone de confort. Monaco, pour moi, c’est un pas en avant et c’était à mes yeux le meilleur choix », a commenté le joueur à l’annonce de sa signature. 
Monaco Vidéo Electrique, nouvelle société qualifiée « PASSI » en cybersécurité
5 août 2020 - 16h04
Monaco compte désormais quatre sociétés qualifiées de Prestataire d’Audit de la Sécurité des Systèmes d’Information (PASSI). Dominique Riban, directeur de l’Agence Monégasque de Sécurité Numérique (AMSN), a remis à Cristiano Toso, directeur de la société Monaco Vidéo Electrique, ce diplôme, comme l’indique un communiqué du gouvernement.
L’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo se produit au Fort Antoine à 21h30
4 août 2020 - 09h18
Sous la direction de Kazuki Yamada, l’Orchestre Philharmonique interprétera un spectacle intitulé Sérénade au Clair de lune. Les bois de l’Orchestre reprendront Mozart, Debussy ainsi que Gounod. Kazuki Yamada, qui dirige l’Orchestre philharmonique monégasque depuis septembre 2016, a d’abord suivi des études de musique à l’University of Fine Art and Music à Tokyo, puis les a poursuivies à l’Académie internationale d’été du Mozarteum de Salzbourg, en Autriche. Sa rapide notoriété internationale lui a permis de diriger les orchestres philharmoniques de Saint-Pétersbourg, de Stockholm et de Paris. En 2017, il réussit à remplir la Philharmonie de Paris avec la toute première représentation de l’Orchestre Philharmonique de la Principauté dans la capitale.
Khatia Buniatishvili en concert à l’Opéra Garnier à 20h30
3 août 2020 - 12h27
La talentueuse pianiste d’origine géorgienne se produira ce soir à la salle Garnier, offrant un récital oscillant entre Mendelssohn, Schubert, Debussy ou encore Franck. Initiée au piano par sa mère à l’âge de trois ans, Khatia Buniatishvili a donné son premier concert à l’âge de six ans. Ayant joué pour l’orchestre symphonique de la BBC ou encore celui de Paris, la pianiste émérite est également soliste et chambriste. Signé sous le label de Sony Classical, son dernier album sorti en 2019, intitulé Schubert, est disponible sur les plateformes de téléchargement légal.
La Gazette de Monaco Immo