• Sport

Julien Lamour : « Je vis quelque chose d’inimaginable »

15 mars 2019 - 14h44

Le résident monégasque prépare le Marathon des Sables (5-15 avril), où il représentera la Fondation Flavien. Il est actuellement à Iten (Kenya), berceau de la course à pied et terre de champions.

C’est par l’application WhatsApp que Julien Lamour a répondu à nos questions. Le réseau Internet est très rare à Iten, au Kenya, où le résident monégasque a choisi de se rendre pour terminer sa préparation de huit mois, avant de prendre le départ de la 34e édition du Marathon des Sables (Maroc). Longue d’environ 250km, cette course à pied par étapes se fait en autosuffisance alimentaire, sous la chaleur extrême du désert. A chaque arrivée, Julien Lamour a prévu de brandir le drapeau orange de la Fondation Flavien. Pour cela, il s’astreint à des séances qui surprennent parfois à Iten, où il vit un rêve éveillé malgré l’exigence de sa préparation.

Vous êtes actuellement en plein stage à Iten. Pourquoi avoir choisi de vous rendre dans cette ville kenyane ?

M’entraîner au Kenya, sur cette terre riche d’histoire et de champions, a toujours fait partie de mes ambitions. Iten était même un rêve. Cette ville, perchée sur un plateau à 2 500m d’altitude, est considérée comme le berceau de la course à pied. J’ai profité de ma préparation pour m’y rendre, je voulais me mettre dans la difficulté, car tout est dur ici. Pour faire une bonne préparation, il fallait que je sois dans la privation. Ce stage de 15 jours me permet de me mettre pratiquement dans les conditions de course, c’est-à-dire le sacrifice et le minimum vital. Cela fait du bien de retrouver simplicité et partage. Je vis quelque chose d’inimaginable, je pourrais en parler pendant des heures.

Comment vous sentez-vous depuis votre arrivée sur place ?

Les trois premiers jours ont été difficiles, j’ai dû me lancer directement dans les séances et les sorties car c’est peu, deux semaines. Ici, les athlètes restent minimum deux mois pour bien se préparer. Dès mes premières foulées, j’ai ressenti des sensations atroces, comme si on me retirait souffle et force, mais j’ai été obligé de serrer les dents pour garder le rythme. Je suis installé dans un camp avec une multitude d’athlètes de tous niveaux. Il n’y a rien. On lave notre linge à la main, on mange le strict minimum, il n’y a ni télévision, ni Internet. Seulement du calme, du travail et du partage. Le soir, dans la salle de sport, on se réunit, on travaille le gainage, on s’étire ensemble et c’est en sortant de ces séances que j’apprends que j’étais avec Joyceline Jepkosgei, recordwoman du semi-marathon, ou encore Victor Kimutai, lièvre de Eliut Kipchoge. J’apprends chaque jour leur façon de travailler, de se préparer. Je rentre dans ma chambre et je prends des notes.

 

© DR

 

Il vous reste encore cinq jours de stage. Quel est le programme avant le retour en Principauté ?

Je commence à retrouver de bonnes sensations et à ne plus avoir le mal de l’altitude. Depuis mon arrivée, je cours entre 25 et 30km chaque jour. Avant mon départ, avec Jean-Baptiste Wiroth, on a établi un plan d’entraînement sur deux semaines, la dernière ligne droite après huit mois de préparation. Je fais une à deux séances de course à pied par jour, dont une à jeun au lever du soleil où, pour l’anecdote, tu peux être accompagné pendant plusieurs minutes par des enfants d’une dizaine d’années, en chaussures de ville et avec leur cartable, se rendant à l’école… Ensuite, j’enchaîne des séances de fartleck sur les pistes (jeux de courses de durées et d’intensité variées, N.D.L.R.), ou une sortie longue de trois à quatre heures avec un sac chargé à six kilos, qui ne passe pas inaperçu à Iten. Ils m’appellent même le « coureur blanc militaire », car mon sac leur fait penser à un sac de militaire. Ils n’ont jamais vu ça. Ma préparation est totalement différente de ce que l’on peut trouver ici. Ils ne connaissent pas le trail et les courses de longue distance. Pour eux, c’est impensable. De même, leur foulée et la rapidité avec laquelle ils s’entraînent ne se retrouvent nulle part ailleurs. Je vais profiter de ma présence à Iten pour travailler ma foulée, en intégrant également un groupe d’athlètes le matin pour travailler en pliométrie.

Il restera alors 16 jours avant le Marathon des Sables. Comment allez-vous occuper ces deux semaines ?  

Je vais déjà retrouver mon confort familial et reprendre le travail, commencer ma phase de récupération tout en préparant mon sac et mes repas lyophilisés pour la course. Essayer de me reposer un maximum car là-bas, dans le désert, les nuits se feront à même le sol. Faire et refaire le sac, aussi, afin de gagner le moindre gramme. Chaque détail a son importance.

Vous prendrez, pour la seconde fois, le départ de cette compétition au Maroc où vous représenterez la Fondation Flavien. A quoi vous attendez-vous ?

C’est grâce à Albanu Monaco qui tenait absolument à soutenir la Fondation Flavien par le biais d’un projet sportif, afin de récolter des fonds par la vente de bracelets. Je suis donc porteur de ce projet avec honneur, où j’ai promis à la Fondation de franchir chaque ligne d’arrivée en brandissant le drapeau orange avec fierté. C’est une course folle, considérée comme l’une des plus dures au monde, où l’on ne peut rien prévoir, ni classement, ni temps. Seule la ligne d’arrivée compte… et cela est déjà un exploit. Toutes les difficultés sont réunies et la tactique de course va entrer en compte pour pouvoir terminer chaque étape.

Propos recueillis par Jérémie Bernigole

Photo © DR

A lire aussi...

  • Sport

Xiaoxin Yang : « Je me bats contre moi-même tous les jours »

12 août 2020 - 06h55

C’est le seul nom féminin parmi les sept qui figurent sur la liste des athlètes du Comité Olympique Monégasque : Xiaoxin Yang. Naturalisée monégasque en 2017, la pongiste née à Pékin…

Lire la suite
  • Sport

Première victoire de la saison pour Max Verstappen

9 août 2020 - 16h45

Le Néerlandais s’est adjugé le cinquième Grand Prix de la saison, à l’occasion de la course du 70e anniversaire de la création du championnat du monde. Sur le podium, on…

Lire la suite
LIVE !
Fermeture de la galerie des Moulins entre 22h et 6h
11 août 2020 - 12h26
Depuis hier soir et jusqu’à demain soir inclus, une opération de nettoyage, rendue nécessaire à cause de la forte humidité présente dans la galerie et aggravée par la chaleur, entraîne la fermeture de la galerie entre 22h et 6h. Une déviation pour piétons est mise en place durant ces horaires de fermeture.
Quête pour Beyrouth
8 août 2020 - 10h28
Le diocèse de Monaco informe qu’à travers l’association Caritas, confédération internationale d'organisations catholiques à but caritatif présente dans plus de 200 pays et territoires, il organise une levée de fonds en faveur des habitants de Beyrouth touchés par les explosions de mardi dernier. Une quête sera organisée ce week-end à la sortie des messes dominicales dans toutes les églises de Monaco et de la paroisse du Saint-Esprit (Beausoleil, Cap d’Ail, La Turbie, Peille).
Solidarité : la Croix-Rouge monégasque offre 100000 euros au Liban
7 août 2020 - 14h29
Les explosions de mardi qui ont provoqué la mort de plus d’une centaine de personnes et un total de plus de 5000 blessés à Beyrouth ont entraîné une vague de solidarité, y compris en Principauté où l’on dénombre une communauté de plusieurs centaines de résidents libanais. Dans ce contexte, la Croix-Rouge monégasque consacre une enveloppe de 100000 euros pour venir en aide à la population du pays déjà frappée par une crise économique, sociale et sanitaire.
Concert au Palais princier ce soir à 21h30
6 août 2020 - 16h30
L’Orchestre Philarmonique de Monte-Carlo donne ce soir l’un de ses deux concerts de cette saison (seulement sur invitation) dans la cour du Palais princier. Sous la direction de Juraj Valčuha avec le violoniste Maxim Vengerov. Œuvres de Bizet, Schreker et Mendelssohn.
Nouvelle arrivée au sein de l’effectif de la Roca Team
5 août 2020 - 16h30
Un nouveau renfort sur la ligne arrière vient de signer pour l’AS Monaco Basket. Le club monégasque s’est assuré les services d’Abdoulaye Ndoye. Formé par le Cholet Basket (CB) depuis ses 15 ans, le Français, aujourd’hui âgé de 22 ans, a fait ses débuts en Jeep Elite à 18 ans. Il s’est ensuite peu à peu installé dans le cinq majeur du CB. « Je suis attiré par l’exigence qui est celle au quotidien d’un club comme l’ASM, je suis venu pour sortir de ma zone de confort. Monaco, pour moi, c’est un pas en avant et c’était à mes yeux le meilleur choix », a commenté le joueur à l’annonce de sa signature. 
Monaco Vidéo Electrique, nouvelle société qualifiée « PASSI » en cybersécurité
5 août 2020 - 16h04
Monaco compte désormais quatre sociétés qualifiées de Prestataire d’Audit de la Sécurité des Systèmes d’Information (PASSI). Dominique Riban, directeur de l’Agence Monégasque de Sécurité Numérique (AMSN), a remis à Cristiano Toso, directeur de la société Monaco Vidéo Electrique, ce diplôme, comme l’indique un communiqué du gouvernement.
L’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo se produit au Fort Antoine à 21h30
4 août 2020 - 09h18
Sous la direction de Kazuki Yamada, l’Orchestre Philharmonique interprétera un spectacle intitulé Sérénade au Clair de lune. Les bois de l’Orchestre reprendront Mozart, Debussy ainsi que Gounod. Kazuki Yamada, qui dirige l’Orchestre philharmonique monégasque depuis septembre 2016, a d’abord suivi des études de musique à l’University of Fine Art and Music à Tokyo, puis les a poursuivies à l’Académie internationale d’été du Mozarteum de Salzbourg, en Autriche. Sa rapide notoriété internationale lui a permis de diriger les orchestres philharmoniques de Saint-Pétersbourg, de Stockholm et de Paris. En 2017, il réussit à remplir la Philharmonie de Paris avec la toute première représentation de l’Orchestre Philharmonique de la Principauté dans la capitale.
Khatia Buniatishvili en concert à l’Opéra Garnier à 20h30
3 août 2020 - 12h27
La talentueuse pianiste d’origine géorgienne se produira ce soir à la salle Garnier, offrant un récital oscillant entre Mendelssohn, Schubert, Debussy ou encore Franck. Initiée au piano par sa mère à l’âge de trois ans, Khatia Buniatishvili a donné son premier concert à l’âge de six ans. Ayant joué pour l’orchestre symphonique de la BBC ou encore celui de Paris, la pianiste émérite est également soliste et chambriste. Signé sous le label de Sony Classical, son dernier album sorti en 2019, intitulé Schubert, est disponible sur les plateformes de téléchargement légal.
La Gazette de Monaco Immo