• Immobilier

Jerome Hein : « J’espère apporter ma pierre à l’édifice »

23 mars 2019 - 15h30

Dernier architecte à avoir officiellement rejoint l’Ordre des Architectes de Monaco le 9 mai dernier, Jerome Hein s’est installé au Gildo Pastor Center. Ce Monégasque, qui a vécu une dizaine d’années à Paris, revient sur sa trajectoire professionnelle et son retour en Principauté.

Vous avez intégré l’Ordre, quelles sont vos ambitions pour la profession ?

Cela va bientôt faire un an ! La première étape pour moi est d’apprendre. Il y a des figures et des profils très différents au sein de l’Ordre, ce qui est enrichissant. J’ai conscience que je dois m’intégrer et acquérir une certaine légitimité. Une fois ce stade atteint, j’espère bien pouvoir apporter ma pierre à l’édifice, car l’Ordre est voué à évoluer. Il s’agit d’un métier d’apprentissage et il faut être très ouvert d’esprit. Aussi, j’ai reçu une éducation familiale et professionnelle qui induit la logique suivante : il faut certes que l’on soit content de son projet, qu’il soit le plus esthétique et fonctionnel, mais tout doit être fait dans l’intérêt du client.

Quel est votre parcours ?

Je suis parti de Monaco directement après mon bac. J’ai intégré l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine pour une licence et un master. Durant mes études, j’ai eu l’opportunité de partir un an en Erasmus à Valence en Espagne. Cela a été un enrichissement supplémentaire car, dans ce pays, ils ont un regard sur les proportions, la technique et le dessin qui est différent. Après mon master, j’ai décidé de suivre en alternance une année d’habilitation à la maîtrise d’œuvre (HMO, obligatoire pour pouvoir exercer en son nom propre, N.D.L.R.). Je dirais que cela a été ma meilleure année ! J’estime que les expériences professionnelles sont davantage propices à l’apprentissage.

Dans quelle agence avez-vous réalisé cette année HMO ?

J’ai réalisé cette HMO au sein de l’agence Wilmotte & Associés. Je me suis éclaté ! Ce qui est intéressant dans une entreprise de cette envergure c’est qu’elle est tellement imposante que l’on a l’impression qu’il y a plusieurs agences dans l’agence. Pour ma part, j’étais dans une équipe pluridisciplinaire d’une dizaine de personnes. Et finalement, j’y suis resté quatre ans et demi, puisque j’ai été embauché. J’ai travaillé sur pas mal de centres commerciaux pour de grands groupes de promotion immobilière française, des projets de logement, un stade pour la Coupe du Monde en Russie et des projets urbains. Le seul hic de ce genre d’entreprises, c’est que je faisais très peu de chantiers.

Est-ce la raison pour laquelle vous avez quitté votre emploi chez Wilmotte & Associés ?

J’ai eu un contact qui m’a proposé de suivre un chantier sur Montréal. J’ai sauté sur l’occasion, j’ai tout quitté à Paris pour partir au Canada. C’était une mission courte d’un an, car le chantier était déjà lancé. Cela m’a permis aussi de passer du côté clients, puisque j’avais un rôle de consulting, et de mieux comprendre leur fonctionnement. Il s’agissait de la construction d’une tour de logements dans le centre de Montréal, là aussi très intéressant puisqu’il s’agit d’un chantier condensé où j’ai pu observer toutes les phases. Pendant qu’ils coulaient la dalle de béton au 40e étage, les ouvriers posaient les façades au 30e, toute la technique au 25e et les cuisines et finitions au 10e… C’est vraiment pour voir cela que j’ai voulu vivre cette expérience.

Quand avez-vous décidé de revenir sur Monaco ?

A la fin de ce projet, j’avais trois choix. Revenir sur Paris, rester à Montréal ou tenter l’expérience du retour. C’était un tournant, j’avais 30 ans, j’étais diplômé d’architecture et fils d’architecte naval (Richard Hein, son père, possède son entreprise à Monaco, N.D.L.R.). Nos métiers ont des connexions mais il n’y a pas de concurrence. Surtout, l’idée était de construire une identité familiale, même s’il a ses projets d’architecture navale, métier non réglementé et que j’ai, d’un point de vue juridique, ma structure en nom propre.

En si peu de temps, avez-vous eu l’opportunité de réaliser des projets en Principauté ?

Je tiens à préciser que j’ai vraiment apprécié la manière dont j’ai été intégré au sein de l’Ordre. Au départ, sur certains projets, mes confrères n’ont pas hésité à me donner un coup de pouce, comme ce fut le cas pour The Office, un projet de business center sur Fontvieille. Patrick Raymond (actuel président de l’Ordre des Architectes, N.D.L.R.) m’a appelé. Cela a de suite marché avec les trois clients, qui sont jeunes, dynamiques et représentent bien Monaco. Nous avons réalisé l’ensemble des 500m2 de bureaux : architecture intérieure, décoration, mais aussi le design du mobilier sur mesure. Chérif Jahlan m’a également appelé pour l’aider à réaliser le concours de réhabilitation des façades du Seaside Plaza lancé par le cabinet Wolzok. C’était intéressant de voir le doyen et le benjamin des architectes collaborer ensemble ! Nous avons aussi pas mal de projets de rénovation, notamment d’appartements privés et d’études de faisabilité en dehors des frontières. Mon objectif, un peu utopique peut-être, est de ne pas m’enfermer dans le cocon monégasque.

D’un point de vue architectural, qu’aimez-vous à Monaco ?

Je pense que sa diversité fait sa force. On ne peut pas faire autrement, l’exiguïté du territoire et la multitude de profils que l’on peut avoir ici se traduisent dans la construction de la ville. La situation est tellement spécifique que l’on ne peut faire que du cas par cas et difficilement généraliser. J’aime les architectures qui ont du cachet et de l’authenticité. Mes endroits fétiches sont le quartier de La Condamine et le boulevard des Moulins. En revanche, je suis pour vivre avec son temps. La greffe contemporaine ne me fait pas peur du tout !

Propos recueillis par Délia KRIEL

© The A Group

A lire aussi...

  • Immobilier
  • Urbanisme

L’appartement témoin du Winch accessible aux visites

3 juillet 2020 - 09h55

Cette opération mixte commercialisée par l’agence immobilière Rey & Nouvion à l’angle du boulevard Albert Ier et de la rue Princesse Antoinette est achevée. La Gazette de Monaco a pu…

Lire la suite
  • Immobilier

Le 26 Carré Or, le nec plus ultra à Monaco

19 juin 2020 - 07h38

Cette opération immobilière mixte made in Monaco du Groupe Segond - les travaux ont été confiés à Vinci Construction Monaco, la réalisation à l’architecte Alexandre Giraldi et les intérieurs au…

Lire la suite
LIVE !
Cinq nouvelles startups ont rejoint MonacoTech portant ainsi à 20 le nombre de startups qui y sont désormais incubées
8 juillet 2020 - 15h15
Demain de 8h30 à 18h, les Monégasques, résidents, scolaires et salariés de Monaco sont conviés à la session de rattrapage de dépistage à la covid 19, organisée à l’Espace Léo Ferré
6 juillet 2020 - 09h48
Une décision ministérielle publiée au Journal de Monaco autorise, par dérogation et sous conditions, les évènements jusqu’à 5 000 personnes
4 juillet 2020 - 11h15
Depuis le 28 avril 2020, une décision ministérielle interdit les rassemblement de plus de dix personnes sur les voies et espaces publics. Une nouvelle décision ministérielle du 26 juin, modifiant la précédente et portant instauration de mesures exceptionnelles dans le cadre de la reprise progressive des activités en vue de lutter contre l’épidémie de covid 19 indique « par dérogation, des évènements regroupant plus de dix personnes et dans le respect d'une jauge maximale de 5.000 personnes, pourront être ponctuellement autorisés dans le cadre de l'organisation d'une manifestation ou un évènement singulier. La demande d'autorisation correspondante devra être déposée préalablement auprès des services compétents de l'Administration, accompagnée d'un dossier complet incluant notamment le protocole de mesures sanitaires envisagées. »  
Le Monte-Carlo Film Festival de la Comédie est reporté du 5 au 10 octobre au Grimaldi Forum
3 juillet 2020 - 15h53
Cette 17e édition du Monte-Carlo Film Festival de la Comédie, conçu et dirigé par Ezio Greggio, était initialement prévue du 20 au 25 juillet.  
Zvezdan Mitrovic fait son grand retour en tant que coach de la Roca Team pour la saison 2020-2021
2 juillet 2020 - 14h32
Pas Croisés, une performance dansée des Ballets de Monte-Carlo au musée national Marc Chagall de Nice demain à 20h
2 juillet 2020 - 10h34
L’institution culturelle monégasque s’exporte hors les murs pour cette collaboration de Mimoza Koïke et Asier Edeso Eguia, artistes chorégraphiques des Ballets de Monte-Carlo. Cette performance dansée aura lieu demain à 20h dans les Jardins du Musée sur le thème « De Natura ». Réservation obligatoire puisque la capacité maximale est de 70 personnes. Prix : 10 euros pour les adultes et 5 euros pour les enfants.
La MTE signe un partenariat avec l’institut Efficacity
1 juillet 2020 - 15h49
La Mission pour la Transition Energétique vient de signer un partenariat avec l’Institut de Recherche & Développement Efficacity. Créé en 2014 sous l’égide du programme d’investissements d’avenir (PIA) soutenu par le gouvernement français, cet institut est dédié à la transition énergétique et écologique des villes. Il fédère une trentaine d’acteurs de tous horizons - publics et privés, industriels et académiques - et rassemble plus de 100 chercheurs et experts.
Le restaurant Joël Robuchon de l’hôtel Métropole Monte-Carlo rouvre ce jeudi 2 juillet tous les soirs du jeudi au dimanche inclus, uniquement pour les dîners
30 juin 2020 - 11h19
La Gazette de Monaco Immo