• Immobilier

Jean-Philippe Taslé d’Héliand : « Une architecture réussie sublime l’espace »

27 janvier 2019 - 10h47

Président d’Oddo banque privée à Paris, Jean-Philippe Taslé d’Héliand est également passionné de photographie. Exposé jusqu’au 15 février au sein de la galerie Bel OEil – Deco & Beyond, rue de Millo, et pour la première fois en Principauté, l’artiste se confie sur sa relation avec le 8ème art, son attirance pour l’urbanisme et l’architecture ainsi que sur ses futurs projets.

N é à Mortagne-au-Perche en Normandie, un petit village de quelques milliers d’âmes, Jean-Philippe Taslé d’Héliand a baigné dans le milieu artistique dès sa tendre enfance. Pourtant, il s’oriente vers les métiers de la finance. Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, il intègre rapidement Oddo banque privée au sein de laquelle il gravit les différents échelons, avant d’en devenir l’actuel président. Si cette activité est prenante, Jean-Philippe Taslé d’Héliand n’en oublie néanmoins pas la photographie, passion de toujours qu’il poursuit en parallèle. « Je me souviens encore de mon premier modèle d’appareil photo, un Fujica ST701 comme il n’en existe plus. Puis, je suis passé sur Nikon », confie-t-il, un brin de nostalgie dans la voix. Par son travail, il espère interroger son public : « L’idée est de faire questionner celui qui regarde. Pour moi une photo est réussie lorsqu’une personne aime une photo sans savoir pourquoi. Tout est dans l’instant décisif d’Henri Cartier-Bresson », raconte-t-il sans fausse modestie.

Une famille d’artistes

Il faut dire que le goût de l’art est héréditaire dans la famille et qu’il s’exporte à l’international ! « J’ai un frère cadet peintre à Los Angeles, un frère aîné fondateur de la Beyrouth Design Fair et une soeur dans la décoration à Bruxelles », révèle-t-il. Pour lui, ce sera la photographie. « Revisiter ce que tout le monde voit mais n’a plus le temps de voir » devient alors son credo : « J’aime l’idée de s’arrêter, d’arrêter le temps. La photo est une quête d’imaginaire et d’esthétique. Quand elle est née dans les années 1850-1860, elle était hyper réaliste en noir et blanc petit format et un peu par esprit de contradiction, j’apprécie l’abstrait, la couleur et le grand format ! », analyse-t-il. Pas avare en anecdotes, Jean-Philippe Taslé d’Héliand rappelle également que les peintres se sont servis de la photographie, les obligeant ensuite à repenser leur art pour partir sur une vision plus abstraite. « La peinture Impression, soleil levant de Claude Monet en 1874, symbole impressionniste vue pour la première fois par le public, est d’ailleurs exposée dans l’atelier du photographe Nadar en 1874. C’est amusant de savoir que la photo a pu aider vers l’émergence d’un art plus abstrait ».

Architecture et urbanisme

Largement inspiré par cet art abstrait, Jean-Philippe Taslé d’Héliand a lancé une série de photographies intitulée Reflets, qui présente du mobilier urbain de manière subtile. Le photographe admet, en effet, avoir un penchant pour les sujets liés à l’architecture et l’urbanisme. « J’ai toujours été attiré par les grands monuments, les gratte-ciels et les ponts. Ce sont des créations humaines gigantesques. Jean d’Ormesson dit “L’espace est la forme de la puissance des hommes, le temps la forme de leur impuissance”. L’architecture est une manière de s’approprier l’espace, de marquer le génie de l’humain. Une architecture réussie contribue à sublimer l’espace naturel », explique-t-il. Certaines de ses images sont d’ailleurs présentées dans le cadre de sa première exposition en terres monégasques qui se tient à la galerie Bel OEil – Deco & Beyond de Monaco jusqu’au 15 février prochain. Lors du vernissage de l’exposition, l’artiste s’est prêté au jeu des mondanités, encouragé par des invités séduits, curieux d’en apprendre davantage. Et lorsque son regard s’est posé sur Village Royal à Paris, l’une de ses photographies prise quelques mois plus tôt, Jean-Philippe Taslé d’Héliand dévoile tout naturellement l’histoire qui l’a poussé à prendre ce cliché : « J’aime le questionnement et l’esthétique. J’ai tout de suite pensé à déstructurer cette architecture classique ».

Monaco, un attachement particulier

Ambitieux et passionné, le quinquagénaire insiste également sur le côté pur de sa démarche photographique : « Tout le monde voit ce que je prends en photo. Rien n’est retouché ou préparé, il n’y a pas de composition en amont ou de retouches après. C’est du shooting en street art ». Familier de la Principauté pour y avoir séjourné et travaillé, Jean-Philippe Taslé d’Héliand admet que Monaco pourrait aussi être un sujet de choix : « Cela serait amusant de le faire sur Monaco. Il faudrait que je passe quelques jours ici, surles quatre saisons et justement mon travail ne reflètera pas les cartes postales de Monaco mais s’appuiera sur des détails. Il faudrait contrarier ces habitations pour aller chercher quelque chose de plus poétique que l’image d’Epinal de la baie de Monaco avec ses grands immeubles résidentiels. Cela mériterait d’être revisité pour disrupter cette image ». Une image plus lyrique en phase avec cette pensée d’Henri Cartier-Bresson : « Photographier, c’est mettre sur la même ligne la tête, l’oeil et le coeur ».

Délia Kriel

®Fabrice de Silans

A lire aussi...

  • Immobilier

Rainier Boisson : « Espérer un classement auprès de l’UNESCO s’avère difficile »

21 avril 2019 - 11h31

Officiellement installé le 17 janvier dernier, le Conseil du Patrimoine est composé de dix membres issus de différentes instances sur leur proposition. A ne pas confondre avec l’Institut du Patrimoine,…

Lire la suite
  • Immobilier

Tania Maré Rodrigues :  « Réaliser un hôtel me tient à cœur »

13 avril 2019 - 14h10

Enfant du pays, Tania Maré Rodrigues a installé son agence d’architecture intérieure rue de la Turbie, depuis 2013. Si son studio, à la devanture pastelle, attire une clientèle cosmopolite, c’est…

Lire la suite
LIVE !
Apéro Concert à l'Espace Léo Ferré
26 avril 2019 - 16h43
Apéro Concert à 18h30 à l'Espace Léo Ferré avec les groupes Blood Sugar (tribute to Red Hot Chili Peppers), New Jersey (tribute to Bon Jovi) et Squealers (tribute to AC/DC).
"Le Squat" au Théâtre des Variétés
26 avril 2019 - 15h57
Ce soir à 20h30 au Théâtre des Variétés, représentation "Le Squat" de Jean-Marie Chevret par Le Studio de Monaco.
Conférence au Musée d'Anthropologie préhistorique
26 avril 2019 - 14h20

Ce soir à 18h, conférence au Musée d’Anthropologie préhistorique sur le thème "La Méditerranée, d’où vient-elle ? Où va-t-elle ?" par Jean Mascle, Directeur de Recherches au CNRS (Émérite), organisée par l’Association monégasque de Préhistoire.

"Un coeur simple" au Théâtre des Muses
26 avril 2019 - 13h32
Trois représentations ce soir et samedi 27 avril à 20h30 ainsi que dimanche 28 avril à 16h30 de "Un coeur simple" de Gustave Flaubert au Théâtre des Muses.
Exposition au NMNM - Villa Sauber
26 avril 2019 - 11h45
Aujourd'hui jusqu'au dimanche 29 septembre, le Nouveau Musée National de Monaco - Villa Sauber propose de découvrir l'exposition "Step by Step, un regard sur la collection d’un marchand d’art".
Les Ballets de Monte-Carlo présentent Corpus
26 avril 2019 - 09h26
Les Ballets de Monte-Carlo présentent un programme composé de deux pièces proposées par Jean-Christophe Maillot et Goyo Montero, ce soir et samedi à 20h et dimanche à 16h dans la salle des Princes du Grimaldi Forum .
Débat Enjeux et Société à l’Agora Maison Diocésaine à 19h30
25 avril 2019 - 16h14
« Vers une banalisation de la violence ? » animé par le journaliste Louis de Courcy avec la participation de Christine Laouénan, spécialiste de la violence chez les adolescents, Patrice Ribeiro, commandant divisionnaire de la Police Nationale, et Christophe Soullez, directeur de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales.
"Un coeur simple" de Gustave Flaubert au Théâtre des Muses à 20h30
25 avril 2019 - 12h00
VIDEOS

Pouce La Vie #2

RetourEnImages Le concert #PouceLaVie2 a rassemblé plus de 200 personnes 🥁 Une belle réussite pour la Fondation Flavien qui a levé à ce jour 500 000 ...

2 avril 2019 - 16h05

La Gazette de Monaco Immo