• Immobilier

Jean-Philippe Taslé d’Héliand : « Une architecture réussie sublime l’espace »

27 janvier 2019 - 10h47

Président d’Oddo banque privée à Paris, Jean-Philippe Taslé d’Héliand est également passionné de photographie. Exposé jusqu’au 15 février au sein de la galerie Bel OEil – Deco & Beyond, rue de Millo, et pour la première fois en Principauté, l’artiste se confie sur sa relation avec le 8ème art, son attirance pour l’urbanisme et l’architecture ainsi que sur ses futurs projets.

N é à Mortagne-au-Perche en Normandie, un petit village de quelques milliers d’âmes, Jean-Philippe Taslé d’Héliand a baigné dans le milieu artistique dès sa tendre enfance. Pourtant, il s’oriente vers les métiers de la finance. Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, il intègre rapidement Oddo banque privée au sein de laquelle il gravit les différents échelons, avant d’en devenir l’actuel président. Si cette activité est prenante, Jean-Philippe Taslé d’Héliand n’en oublie néanmoins pas la photographie, passion de toujours qu’il poursuit en parallèle. « Je me souviens encore de mon premier modèle d’appareil photo, un Fujica ST701 comme il n’en existe plus. Puis, je suis passé sur Nikon », confie-t-il, un brin de nostalgie dans la voix. Par son travail, il espère interroger son public : « L’idée est de faire questionner celui qui regarde. Pour moi une photo est réussie lorsqu’une personne aime une photo sans savoir pourquoi. Tout est dans l’instant décisif d’Henri Cartier-Bresson », raconte-t-il sans fausse modestie.

Une famille d’artistes

Il faut dire que le goût de l’art est héréditaire dans la famille et qu’il s’exporte à l’international ! « J’ai un frère cadet peintre à Los Angeles, un frère aîné fondateur de la Beyrouth Design Fair et une soeur dans la décoration à Bruxelles », révèle-t-il. Pour lui, ce sera la photographie. « Revisiter ce que tout le monde voit mais n’a plus le temps de voir » devient alors son credo : « J’aime l’idée de s’arrêter, d’arrêter le temps. La photo est une quête d’imaginaire et d’esthétique. Quand elle est née dans les années 1850-1860, elle était hyper réaliste en noir et blanc petit format et un peu par esprit de contradiction, j’apprécie l’abstrait, la couleur et le grand format ! », analyse-t-il. Pas avare en anecdotes, Jean-Philippe Taslé d’Héliand rappelle également que les peintres se sont servis de la photographie, les obligeant ensuite à repenser leur art pour partir sur une vision plus abstraite. « La peinture Impression, soleil levant de Claude Monet en 1874, symbole impressionniste vue pour la première fois par le public, est d’ailleurs exposée dans l’atelier du photographe Nadar en 1874. C’est amusant de savoir que la photo a pu aider vers l’émergence d’un art plus abstrait ».

Architecture et urbanisme

Largement inspiré par cet art abstrait, Jean-Philippe Taslé d’Héliand a lancé une série de photographies intitulée Reflets, qui présente du mobilier urbain de manière subtile. Le photographe admet, en effet, avoir un penchant pour les sujets liés à l’architecture et l’urbanisme. « J’ai toujours été attiré par les grands monuments, les gratte-ciels et les ponts. Ce sont des créations humaines gigantesques. Jean d’Ormesson dit “L’espace est la forme de la puissance des hommes, le temps la forme de leur impuissance”. L’architecture est une manière de s’approprier l’espace, de marquer le génie de l’humain. Une architecture réussie contribue à sublimer l’espace naturel », explique-t-il. Certaines de ses images sont d’ailleurs présentées dans le cadre de sa première exposition en terres monégasques qui se tient à la galerie Bel OEil – Deco & Beyond de Monaco jusqu’au 15 février prochain. Lors du vernissage de l’exposition, l’artiste s’est prêté au jeu des mondanités, encouragé par des invités séduits, curieux d’en apprendre davantage. Et lorsque son regard s’est posé sur Village Royal à Paris, l’une de ses photographies prise quelques mois plus tôt, Jean-Philippe Taslé d’Héliand dévoile tout naturellement l’histoire qui l’a poussé à prendre ce cliché : « J’aime le questionnement et l’esthétique. J’ai tout de suite pensé à déstructurer cette architecture classique ».

Monaco, un attachement particulier

Ambitieux et passionné, le quinquagénaire insiste également sur le côté pur de sa démarche photographique : « Tout le monde voit ce que je prends en photo. Rien n’est retouché ou préparé, il n’y a pas de composition en amont ou de retouches après. C’est du shooting en street art ». Familier de la Principauté pour y avoir séjourné et travaillé, Jean-Philippe Taslé d’Héliand admet que Monaco pourrait aussi être un sujet de choix : « Cela serait amusant de le faire sur Monaco. Il faudrait que je passe quelques jours ici, surles quatre saisons et justement mon travail ne reflètera pas les cartes postales de Monaco mais s’appuiera sur des détails. Il faudrait contrarier ces habitations pour aller chercher quelque chose de plus poétique que l’image d’Epinal de la baie de Monaco avec ses grands immeubles résidentiels. Cela mériterait d’être revisité pour disrupter cette image ». Une image plus lyrique en phase avec cette pensée d’Henri Cartier-Bresson : « Photographier, c’est mettre sur la même ligne la tête, l’oeil et le coeur ».

Délia Kriel

®Fabrice de Silans

A lire aussi...

  • Immobilier
  • Urbanisme

L’appartement témoin du Winch accessible aux visites

3 juillet 2020 - 09h55

Cette opération mixte commercialisée par l’agence immobilière Rey & Nouvion à l’angle du boulevard Albert Ier et de la rue Princesse Antoinette est achevée. La Gazette de Monaco a pu…

Lire la suite
  • Immobilier

Le 26 Carré Or, le nec plus ultra à Monaco

19 juin 2020 - 07h38

Cette opération immobilière mixte made in Monaco du Groupe Segond - les travaux ont été confiés à Vinci Construction Monaco, la réalisation à l’architecte Alexandre Giraldi et les intérieurs au…

Lire la suite
LIVE !
Cinq nouvelles startups ont rejoint MonacoTech portant ainsi à 20 le nombre de startups qui y sont désormais incubées
8 juillet 2020 - 15h15
Demain de 8h30 à 18h, les Monégasques, résidents, scolaires et salariés de Monaco sont conviés à la session de rattrapage de dépistage à la covid 19, organisée à l’Espace Léo Ferré
6 juillet 2020 - 09h48
Une décision ministérielle publiée au Journal de Monaco autorise, par dérogation et sous conditions, les évènements jusqu’à 5 000 personnes
4 juillet 2020 - 11h15
Depuis le 28 avril 2020, une décision ministérielle interdit les rassemblement de plus de dix personnes sur les voies et espaces publics. Une nouvelle décision ministérielle du 26 juin, modifiant la précédente et portant instauration de mesures exceptionnelles dans le cadre de la reprise progressive des activités en vue de lutter contre l’épidémie de covid 19 indique « par dérogation, des évènements regroupant plus de dix personnes et dans le respect d'une jauge maximale de 5.000 personnes, pourront être ponctuellement autorisés dans le cadre de l'organisation d'une manifestation ou un évènement singulier. La demande d'autorisation correspondante devra être déposée préalablement auprès des services compétents de l'Administration, accompagnée d'un dossier complet incluant notamment le protocole de mesures sanitaires envisagées. »  
Le Monte-Carlo Film Festival de la Comédie est reporté du 5 au 10 octobre au Grimaldi Forum
3 juillet 2020 - 15h53
Cette 17e édition du Monte-Carlo Film Festival de la Comédie, conçu et dirigé par Ezio Greggio, était initialement prévue du 20 au 25 juillet.  
Zvezdan Mitrovic fait son grand retour en tant que coach de la Roca Team pour la saison 2020-2021
2 juillet 2020 - 14h32
Pas Croisés, une performance dansée des Ballets de Monte-Carlo au musée national Marc Chagall de Nice demain à 20h
2 juillet 2020 - 10h34
L’institution culturelle monégasque s’exporte hors les murs pour cette collaboration de Mimoza Koïke et Asier Edeso Eguia, artistes chorégraphiques des Ballets de Monte-Carlo. Cette performance dansée aura lieu demain à 20h dans les Jardins du Musée sur le thème « De Natura ». Réservation obligatoire puisque la capacité maximale est de 70 personnes. Prix : 10 euros pour les adultes et 5 euros pour les enfants.
La MTE signe un partenariat avec l’institut Efficacity
1 juillet 2020 - 15h49
La Mission pour la Transition Energétique vient de signer un partenariat avec l’Institut de Recherche & Développement Efficacity. Créé en 2014 sous l’égide du programme d’investissements d’avenir (PIA) soutenu par le gouvernement français, cet institut est dédié à la transition énergétique et écologique des villes. Il fédère une trentaine d’acteurs de tous horizons - publics et privés, industriels et académiques - et rassemble plus de 100 chercheurs et experts.
Le restaurant Joël Robuchon de l’hôtel Métropole Monte-Carlo rouvre ce jeudi 2 juillet tous les soirs du jeudi au dimanche inclus, uniquement pour les dîners
30 juin 2020 - 11h19
La Gazette de Monaco Immo