• Immobilier

Jean-François Riehl : « Il existe une pression sur les chantiers »

10 août 2019 - 9h10

Président de la Chambre Patronale du Bâtiment, Jean-François Riehl est également président délégué de l’Entreprise Monégasque de Couverture depuis une quinzaine d’années. Né à Strasbourg, ce Monégasque est un homme de convictions au franc-parler caractéristique. Il revient avec passion sur le cœur d’activité de son entreprise comptant une trentaine de salariés et rappelle les actions du syndicat patronal, dont il est à la tête depuis six ans.

Quel est votre parcours ?

J’étais un mauvais élève ! (Rires) J’ai eu mon BAC S, au rattrapage, puis j’avais le souhait d’intégrer une filiale technique. Je suis entré aux Compagnons du Devoir à 18 ans où j’ai fait deux ans en tant qu’apprenti. Après mon CAP-BEP Charpente Couverture, j’ai intégré un BTS, même spécialité, dans le Jura. Je voulais entrer à la direction des Travaux Publics, comme mon père qui était dans le BTP, et puis j’ai trouvé EMC. Je me suis dit pourquoi pas faire une expérience dans le privé. Finalement, cela fait 15 ans !

Vous avez racheté l’Entreprise Monégasque de Couverture en 2004 avec votre associé Thomas Goinard, société fondée en 1981 par Christophe Spiliotis-Saquet. Quel est aujourd’hui le cœur d’activité d’EMC ?

Notre activité principale reste la charpente, couverture et zinguerie, c’est-à-dire que l’on fait tout le couvert des bâtiments. C’est un métier historique, sans faire de connotations religieuses, Joseph est charpentier ! (Rires) Avec le temps qui avance, nous essayons de développer tout ce qui est bardage puisque l’isolation par l’extérieur apporte des solutions en termes de gain de surface et d’énergie. Souvent on réalise un bardage, soit en terre cuite soit en résine, dit « rapporté », c’est-à-dire que l’on fait une isolation contre la façade que l’on vient habiller, à l’instar de la Villa Thérèse à l’entrée de Monaco ou U Pavayùn à Saint-Roman. Nous essayons d’agrandir notre champ d’action, mais le cœur de l’activité reste la couverture et la charpente. L’avenir du bois est aussi dans les surélévations. Nous avons réalisé pour la Villa Claudine, rue Plati, une surélévation, ce qui a évité toutes les sous-reprises en sous-œuvre et renforts. Le résultat est assez extraordinaire.

Quelles sont les réalisations importantes dont EMC peut s’enorgueillir en Principauté ?

Nous avons fait la couverture en zinc de l’Hermitage, celles du Balmoral et des villas du Sporting ainsi que le dôme de la synagogue, qui est une réalisation, en termes de charpente pure et dure, extrêmement plaisante. Un de nos beaux chantiers en cours est celui de la Villa Les Aigles, avenue d’Ostende. Nos équipes travaillent actuellement sur ce dôme à la limite de l’artistique. Tout d’abord par sa forme, il s’agit d’un dôme impérial possédant une double courbure. Et ensuite par sa couverture, très spécifique, nous l’appelons tuile écaille émaillée. C’est une terre cuite peinte et cuite deux fois pour donner ce rendu vernissé très traditionnel des dômes. Cela demande beaucoup plus de technicité d’autant plus que l’on travaille sur une forme cylindrique. Il faut, en effet, calepiner dans le sens du dôme ainsi que sa périmétrie. Nous sommes obligés d’être très minutieux dès le départ pour ne pas avoir de mauvaises surprises à la fin.

Comment procédez-vous de manière chronologique lorsque vous avez une commande pour une charpente ?

Nous procédons aux relevés sur site pour se caler au millimètre près qu’il s’agisse d’une rénovation ou d’une réalisation neuve. Une fois à l’atelier, nous avons un dépôt à Beausoleil, où nous taillons la charpente sur l’épure, c’est-à-dire que l’on dessine la charpente au sol. Selon la complexité du projet et de l’essence de bois utilisée, par exemple une charpente de type chêne réputée « dure », le temps s’allonge. Tailler une charpente reste quelque chose que l’on ne voit pas forcément car cela se réalise en atelier. C’est une spécificité très pointue et d’ailleurs, trouver des charpentiers à l’heure actuelle est un défi. A l’époque, nous tracions des épures et l’on construisait par-dessus. Aujourd’hui avec les ordinateurs, on construit en 3D, mais l’épure reste historiquement le signe du charpentier.

Depuis six ans, vous êtes président de la Chambre Patronale du Bâtiment, qui tenait son cocktail annuel le 5 décembre dernier. Lors de votre discours, vous vous êtes notamment félicité de l’entrée en vigueur de la règlementation visant à encadrer les activités du bâtiment…

La corporation s’est battue ! Nous sommes représentants des entreprises du bâtiment de Monaco classées par catégories, A et B principalement. Nous ne nous adressons pas exclusivement aux Monégasques, je tiens à le préciser, car certains pensent différemment. Notre but est de défendre la corporation en relation avec le gouvernement. Mes prédécesseurs se sont battus pour créer une réglementation de corporation qui était jusqu’à présent ouverte à tout le monde sous prétexte qu’être maçon était simple. Après des années, nous avons réussi à l’obtenir. Il s’agit d’un véritable sujet pour la corporation du bâtiment et donne une vraie valeur à notre métier. C’est une des grandes avancées. Ensuite, nous réglons les sujets entre les appels d’offre public du gouvernement et les entreprises, soit en phase d’attribution de lots, soit en amont. Le gouvernement nous sollicite pour donner notre avis sur l’allotissement des différents gros marchés en veillant à l’application du vade-mecum, la charte entre le gouvernement et notre corporation. Nous demandons aux adhérents qu’ils soient avant tout compétents.

Qu’en est-il des deux arrêtés ministériels, sur l’encadrement des chantiers ainsi que les nuisances sonores, récemment publiés ? 

L’encadrement chantier consiste à réguler le temps de travail sur chantier dont l’interdiction de travailler les samedis, que nous avons d’ailleurs appris par voie de presse. Dans le bâtiment, historiquement, nous travaillons le samedi, ce qui nous permet de rattraper le temps perdu dans les délais déjà comprimés. Dans les contrats de travail des ouvriers, il est spécifié qu’ils travaillent le samedi. Du jour au lendemain, nous avons dû leur annoncer qu’ils ne travaillaient plus ! Même sur le plan social, cela ne se fait pas. Et c’est juste magnifique, les dérogations concernent notamment toutes les opérations d’Etat ! En ce qui concerne le second arrêté ministériel, il nous impacte moins. Une entreprise subit un cahier des charges, s’il est indiqué qu’il faut prévoir un mur acoustique, à nous de nous adapter. En revanche, c’est plus gênant pour le client qui assume des surcoûts, financier et de planning, clairs. Pour 2019, nous souhaitons nous faire entendre et faire amender ces deux sujets majeurs.

Propos recueillis par Délia Kriel

©DK

A lire aussi...

  • Immobilier
  • Urbanisme

L’appartement témoin du Winch accessible aux visites

3 juillet 2020 - 09h55

Cette opération mixte commercialisée par l’agence immobilière Rey & Nouvion à l’angle du boulevard Albert Ier et de la rue Princesse Antoinette est achevée. La Gazette de Monaco a pu…

Lire la suite
  • Immobilier

Le 26 Carré Or, le nec plus ultra à Monaco

19 juin 2020 - 07h38

Cette opération immobilière mixte made in Monaco du Groupe Segond - les travaux ont été confiés à Vinci Construction Monaco, la réalisation à l’architecte Alexandre Giraldi et les intérieurs au…

Lire la suite
LIVE !
Lewis Hamilton remporte le Grand Prix de Styrie (Autriche)
12 juillet 2020 - 16h55
Lewis Hamilton finit premier devant Valterri Bottas, deuxième, et Max Verstappen, troisième, sur la ligne d'arrivée. Charles Leclerc ne finit pas la course.
Boris Herrmann, victime d'une avarie de grand-voile
12 juillet 2020 - 10h58
En tête hier matin de la Vendée-Acrtique-Les Sables d'Olonne, Boris Herrmann sur Seaexplorer-Yacht Club de Monaco a cassé son chariot de têtière de grand-voile. Le skipper va bien et n'a pas eu besoin d'assistance, mais il sera ralenti pour le reste de la course.
Cinq nouvelles startups ont rejoint MonacoTech portant ainsi à 20 le nombre de startups qui y sont désormais incubées
8 juillet 2020 - 15h15
Demain de 8h30 à 18h, les Monégasques, résidents, scolaires et salariés de Monaco sont conviés à la session de rattrapage de dépistage à la covid 19, organisée à l’Espace Léo Ferré
6 juillet 2020 - 09h48
Une décision ministérielle publiée au Journal de Monaco autorise, par dérogation et sous conditions, les évènements jusqu’à 5 000 personnes
4 juillet 2020 - 11h15
Depuis le 28 avril 2020, une décision ministérielle interdit les rassemblement de plus de dix personnes sur les voies et espaces publics. Une nouvelle décision ministérielle du 26 juin, modifiant la précédente et portant instauration de mesures exceptionnelles dans le cadre de la reprise progressive des activités en vue de lutter contre l’épidémie de covid 19 indique « par dérogation, des évènements regroupant plus de dix personnes et dans le respect d'une jauge maximale de 5.000 personnes, pourront être ponctuellement autorisés dans le cadre de l'organisation d'une manifestation ou un évènement singulier. La demande d'autorisation correspondante devra être déposée préalablement auprès des services compétents de l'Administration, accompagnée d'un dossier complet incluant notamment le protocole de mesures sanitaires envisagées. »  
Le Monte-Carlo Film Festival de la Comédie est reporté du 5 au 10 octobre au Grimaldi Forum
3 juillet 2020 - 15h53
Cette 17e édition du Monte-Carlo Film Festival de la Comédie, conçu et dirigé par Ezio Greggio, était initialement prévue du 20 au 25 juillet.  
Zvezdan Mitrovic fait son grand retour en tant que coach de la Roca Team pour la saison 2020-2021
2 juillet 2020 - 14h32
Pas Croisés, une performance dansée des Ballets de Monte-Carlo au musée national Marc Chagall de Nice demain à 20h
2 juillet 2020 - 10h34
L’institution culturelle monégasque s’exporte hors les murs pour cette collaboration de Mimoza Koïke et Asier Edeso Eguia, artistes chorégraphiques des Ballets de Monte-Carlo. Cette performance dansée aura lieu demain à 20h dans les Jardins du Musée sur le thème « De Natura ». Réservation obligatoire puisque la capacité maximale est de 70 personnes. Prix : 10 euros pour les adultes et 5 euros pour les enfants.
La Gazette de Monaco Immo