• Extension en mer

Jardan, le rempart

16 avril 2018 - 16h04

Inaugurée en son époque sur l’extension de Fontvieille, la technique dite des chambres Jarlan demeure la plus efficace à la fois pour « casser » la houle et réduire les nuisances sonores dans le cadre d’une construction à façade verticale avec la mer. Près d’un demi siècle après Fontvieille, la technique sera donc répétée au droit de l’anse du Portier où six hectares vont être gagnés sur la Méditerranée.

Un constat. Sur plus de 500 mètres de longueur, les 18 caissons béton qui composeront, à terme, le support de la dalle du futur quartier gagné sur la mer et le pourtour de cette extension, offrent des parois verticales face à l’élément liquide. La houle qui, jour après jour et, surtout en période de conditions météorologiques violentes, viendra « s’écraser » contre ces murs de béton, pourrait avoir des conséquences multiples et particulièrement contraignantes, ainsi que le détaille Jacques Resplendino, de la direction technique de l’infrastructure maritime de Bouygues TP Monaco. Tout d’abord en termes de solidité et de longévité de l’ouvrage lui-même, soumis en permanence à de tels assauts. Puis en termes de nuisances sonores, le bruit découlant de ces heurts pourrait atteindre des niveaux assez élevés. Ou encore de manoeuvrabilité, notamment aussi proche de l’entrée d’un port comme Hercule et ses plusieurs centaines d’arrivées/départs annuels de grands navires de croisière : si elle n’était pas brisée, l’onde des vagues frappant la structure verticale se répercuterait sur le plan d’eau, générant de nouveaux aléas pour ces navires. Enfin, la faune et la flore ne pourraient, bien évidemment, pas se développer de manière satisfaisante sur des caissons fermés.

Double effet dissipatif

C’est là qu’intervient donc la méthode de la chambre Jarlan. Le principe s’avère simple, la technique complexe et l’efficacité redoutable. Il s’agit, en effet, de réserver des vides à l’intérieur- même du caisson en béton, ces caissons aux dimensions gigantesques actuellement en cours de construction au Grand Port Maritime de Marseille et atteignant pour certains près d’une trentaine de mètres de hauteur, soit un immeuble d’une dizaine d’étages. En s’engouffrant dans ces multiples cavités, l’eau va alors venir se briser en leur sein, dissipant une partie importante de l’énergie apportée par la houle. L’effet dissipatif est dès lors doublé grâce à l’ingéniosité du procédé et la précision de sa mise en oeuvre. En effet, le résultat se veut d’autant plus efficace que la vague qui entre dans ce vide va venir « s’écraser » dans le fond de la cavité, se pulvériser en milliers de petites gouttelettes qui, se mélangeant alors à l’air vont générer une forme d’émulsion qui va à son tour agir comme un coussin amortisseur pour la vague suivante. Par ailleurs, les chambres Jarlan vont absorber une importante partie des bruits générés par les chocs violents des vagues. Et puisque des creux, c’est-à-dire des cavités, sont ainsi créés, pourquoi ne pas en profiter pour y aménager, en partie basse, des habitats spécifiques pour favoriser l’implantation de la faune et de la flore ? C’est l’idée retenue dans le cadre du nouveau projet d’extension en mer. Les chambres Jarlan, de dimensions moyennes de six mètres par six mètres, couvrent les profondeurs allant de -4 à +4 mètres par rapport au niveau de la mer. Sur la zone située entre -4 et la surface, des modules seront ainsi stratégiquement disposés pour y accueillir faune et flore.

Construction minutieuse

Pour faire simple, la technique ne consiste pas à réserver des vides lors du coulage du béton mais à opérer par phases successives. Le radier (socle), puis les premiers mètres de voile béton sont élevés par le procédé du coffrage glissant (voir numéros précédents). Le caisson est ensuite « équipé » de poteaux d’un mètre de section, permettant ainsi de mettre en forme les chambres Jarlan. La formulation du béton demeure identique pour ces deux phases, ce qui assure notamment l’homogénéité de l’ouvrage. En revanche, une petite différence subsiste. Pour des raisons esthétiques, si les parties immergées ne sont pas visibles, celles émergées doivent arborer une teinte particulièrement travaillée pour être des plus agréables à l’oeil. De nombreuses études ont été réalisées qui ont conduit, dès 2015, à la validation d’une teinte spécifique, afin, comme l’explique Jacques Resplendino, de répondre « aux importants enjeux esthétiques d’un tel projet ».

Georges-Olivier Kalifa

Photo © DR

 

A lire aussi...

  • Extension en mer

Record européen dans le cadre de l’extension en mer

5 mars 2019 - 15h56

La pose de deux émissaires dits R280 et EP Extension par l’entreprise Trasomar est actuellement en cours dans l’anse du Portier. Jouant le rôle d’exutoire de la chambre destinée à…

Lire la suite
  • Extension en mer

Le 7e caisson en cours de pose

22 février 2019 - 16h14

La pose du 7e caisson de l’extension en mer du territoire monégasque a débuté ce matin et devrait être achevée avant la fin de la journée. Le visage du futur…

Lire la suite
LIVE !
Montage de la première tribune du circuit F1 aujourd’hui par l’Automobile Club de Monaco
20 mars 2019 - 15h31
Film « Les aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin »
20 mars 2019 - 12h12
Jack Burton accompagne son ami Wang Chi à l'aéroport de San Francisco afin d'accueillir Miao Yin, la fiancée de ce dernier. Mais Miao Yin est convoitée par Lo Pan, un puissant sorcier désincarné qui pense pouvoir récupérer son enveloppe charnelle en épousant une chinoise aux yeux verts. Jack, simple camionneur, se retrouve au cœur de Chinatown, au beau milieu d'une lutte surnaturelle entre les puissances du Bien et du Mal orientales. Rendez-vous à 19h à la Sonothèque José Notari.
BNP Paribas sensibilise ses équipes à la transition énergétique
20 mars 2019 - 11h45
La banque BNP Paribas Wealth Management Monaco organisait hier en présence de la Mission pour la transition énergétique (MTE), devant plus de 90 salariés, une présentation sur ses engagements en la matière. Depuis plusieurs années, l’établissement développe de nombreuses actions dans cette perspective, notamment via la signature du Pacte National de la transition énergétique en 2018. Plusieurs membres de la MTE ont répondu aux différentes questions des salariés et recueilli de nouvelles signatures du Pacte National.
Conférence « Avec Voix et Éloquences » à la Maison de France
20 mars 2019 - 10h12
Cycle Culture et Francophonie 2019 : Conférence sur le thème "Avec Voix et Éloquences" par Jean-Philippe Lafont. Rendez-vous à 18h30.
La mission permanente de Monaco à l’ONU accueille Marc Rosen
20 mars 2019 - 09h26
Le mois de mars est traditionnellement celui de la femme à l’ONU, pendant lequel se déroule la commission de la condition de la femme. A cette occasion, Marc Rosen, designer de flacons de parfum iconiques a été invité. Le comité d’accueil des délégations onusiennes a pu découvrir le travail de conception des flacons de parfum. Marc Rosen a été vainqueur de septs Prix FIFI, équivalent des Oscars pour l’industrie du parfum. Il est le président chaque année du Luxe Pack.
Un guide pour la protection des tortues marines
20 mars 2019 - 08h10
Plongeurs, associations de plaisanciers, pêcheurs, capitaineries et autres pratiquants réguliers des eaux monégasques étaient présents hier au Musée océanographique pour acquérir les bons réflexes en cas de rencontre avec une tortue de mer. Retrouvez le guide ici.
Film « Free Zone » au Théâtre des Variétés ce soir
19 mars 2019 - 14h38
Projection organisée par l’Institut audiovisuel de Monaco à 20h.
Nouveaux horaires à la Bibliothèque Princesse Caroline et à la Ludothèque
18 mars 2019 - 14h09
A compter dès aujourd’hui : - Lundi :14h à 18h30 - Mardi, jeudi et vendredi : 10h à 12h – 14h à 18h30 - Mercredi : 10h à 12h – 13h à 18h30
VIDEOS

Simulation d'attentat au CHPG

Retour en images sur l'exercice qui s'est déroulé au CHPG, du jeudi 21 jusqu'au samedi 23 février, simulant divers incidents majeurs. Ici, plusieurs attaques ...

23 février 2019 - 17h02