• Extension en mer

Incontournables plongeurs

15 mars 2018 - 16h48

Ils seront plus d’une quarantaine au plus fort de l’activité. Si les monumentaux navires et autres grandes barges constituent l’aspect le plus spectaculaire pour l’observateur, sous l’eau, le rôle des scaphandriers demeure primordial. Transplantation des espèces, suivi de leur adaptation à leur nouveau milieu, déplacement des émissaires, préparation du remblai des caissons, pose d’instruments de mesure… les missions recouvrent une kyrielle d’opérations spécifiques.

« Peu de chantiers au monde font intervenir autant de scaphandriers simultanément ». Pour Benjamin Dubois de Mont Marin, directeur de la société monégasque de travaux maritimes Trasomar, l’organisation en surface et sous l’eau ne devra supporter aucune faille. « A partir de juin prochain et jusqu’à la fin janvier, trois équipes de quatre plongeurs vont se relayer 12 heures par jour et 6 jours sur 7 rien que pour la pose des caissons de ceinture du chantier en collaboration avec la société Eiffage Génie Civil Marine. La pose de l’émissaire dit R280 devant l’hôtel Fairmont, occupera encore dix scaphandriers tandis que huit autres tourneront sur les autres pans du projet ». Et ce, sans compter la dizaine de personnes oeuvrant pour le compte d’une autre société monégasque, Prodive, qui ont à réaliser diverses opérations, d’entretien et de maintenance notamment, pour le compte de Bouygues TP Monaco. Ni les plongeurs des équipes de Créocéan et de Thalès en charge de la transplantation des espèces, plus d’une demi-douzaine de personnes au total. Certes, sur ce plan, la période la plus intense de l’activité est intervenue de la fin 2016 au début 2017. Mais si le déplacement en lui-même est désormais achevé, la mission se poursuit sur l’observation et le suivi de ces espèces transplantées. « Nous avons déplacé un total de 143 grandes nacres », explique Jean de Vaugelas. Selon le chercheur au laboratoire Ecomers de Nice, « l’opération s’est déroulée en deux temps. Entre mi-novembre et mi-décembre 2016, plus de 130 d’entres elles ont été transplantées mais la mission s’est poursuivie jusqu’en avril car une dizaine de spécimens isolés supplémentaires ont été découverts par la suite. Le travail se prolonge désormais par un suivi de ces nacres ». Et les résultats en ce début d’année 2018 font le bonheur du scientifique : « Alors qu’habituellement ce type d’opération occasionne des pertes de 25 à 30% en moyenne, nous ne constatons actuellement qu’un taux de 7% de mortalité, ce qui est rare ».

Au cours des prochains mois, le pic d’activité des plongeurs

Satisfaction également pour Pierre Decamps, spécialiste de la société Andromède Océanologie, en charge du déplacement des posidonies et du nettoyage du tombant des Spélugues. « Nous sommes arrivés dès 2014 lors de la phase d’étude d’impact. Nous avons notamment été missionnés pour l’éradication de la caulerpa taxifolia et le déplacement de 500 mètres carrés de posidonie. Une campagne d’une ampleur inédite au monde avec des résultats très satisfaisants. Il s’agit, en effet, d’une opération d’ingénierie environnementale unique au cours de laquelle de nombreuses choses ont été inventées ici et vont ensuite pouvoir servir sur d’autres projets dans le monde ». Neuf plongeurs se sont ainsi relayés, plongeurs vivant, le temps de l’opération, sur un catamaran basé à Fontvieille, auquel il convient d’ajouter deux autres personnes localisées dans des bureaux et ayant en charge la collecte et l’analyse des résultats. Mais le travail se poursuit au-delà de ces opérations par « le suivi de l’état de santé des écosystèmes : sédimentation, lumière, turbidité et autres, explique Pierre Decamps. Nous avons également pris en charge le nettoyage du tombant des Spélugues, une zone mise en évidence lors de l’étude d’impact car il est alors apparu qu’elle avait été fortement dégradée au cours des 50 dernières années. Elle méritait donc une bonne restauration afin de permettre aux espèces d’y revenir ». Mais c’est au cours des prochains mois que se produira le pic d’activité des plongeurs. Et notamment, comme le détaille Benjamin Dubois de Mont Marin, avec l’arrivée des premiers caissons et dans les semaines précédentes. Les plongeurs devront alors procéder à l’écrêtage et à la réalisation de la couche de réglage du remblai d’assise (près de 1,5 million de tonnes) afin de préparer la pose desdits caissons. Une mission sous haute tension : de ce travail de précision dépendra toute la suite du chantier : pose des caissons et donc tenue de la ceinture qui elle-même constitue un élément fondamental de l’ensemble de l’infrastructure et, par voie de conséquence des superstructures qui viendront ensuite prendre place sur le nouveau quartier ainsi créé.

Georges-Olivier Kalifa

Photo © DR

 

A lire aussi...

  • Extension en mer

Malgré la météo, un calendrier respecté

16 février 2020 - 07h28

Si une avance très confortable sur le calendrier avait été envisagée concernant les travaux de génie civil de la ceinture de caisson, celle-ci s’est avérée entamée par les différents évènements…

Lire la suite
  • Extension en mer

Traitement des sols, une opération des plus importantes

10 février 2020 - 09h39

L’atelier de comblement du terre-plein achevé, les équipes de Bouygues TP Monaco ont entamé, depuis quelques semaines, le traitement des sols. Fondamentale en termes de tenue future de ces sols,…

Lire la suite
LIVE !
Coronavirus, le principe de précaution appliqué
24 février 2020 - 19h02
Alertés par un résident présentant des symptômes notamment fiévreux, les sapeurs-pompiers de Monaco sont intervenus cet après-midi à proximité de l'avenue Hector Otto. L'ensemble du protocole de précaution a alors été déployé et respecté. Transporté à l'hôpital Princesse Grace, la personne fait l'objet d'une attention particulière et va subir un certain nombre de tests dans le cadre de la procédure prévue de détection du coronavirus, désormais baptisé Covid-19.
Récital « Diva on Detour », jeudi 27 février à 20h à la Salle Garnier de l’Opéra de Monte-Carlo
24 février 2020 - 11h53
Par Patricia Racette, soprano avec Craig Terry, piano, organisé par l'Opéra de Monte-Carlo. Au programme : chansons de Cole Porter, Stephen Sondheim, George Gershwin et Edith Piaf.
Tout l'Art du Cinéma - Projection du film « La ruée vers l'or » de Charlie Chaplin demain à 20h au Théâtre des Variétés
24 février 2020 - 08h51
Organisée par l'Institut audiovisuel de Monaco.
Patinoire à ciel ouvert jusqu’au 1er mars sur le port de Monaco
24 février 2020 - 07h52
Opéra « Street Scene » à 15h à la Salle Garnier de l’Opéra Monte-Carlo
23 février 2020 - 09h29
De Kurt Weill avec Geoffrey Dolton, Jeni Bern, Scott Wilde, Lucy Schaufer, Harriet Williams, Mandisinde Mbuyazwe, Patricia Racette, Joel Prieto, Tyler Clarke, Paulo Szot, Gerardo Bullon, Pierre Emmanuel Roubet, Marta Fontanals-Simmons, Richard Burkhard, Mary Bevan, le Choeur de l’Opéra de Monte-Carlo, le Chœur d’enfants de l’Académie Rainier III et l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Lee Reynolds, organisé par l'Opéra de Monte-Carlo.
Dernier jour de la 14e Rencontre artistique Monaco - Japon 2020 à l’Auditorium Rainier III
23 février 2020 - 08h41
Cette exposition présente près de 200 œuvres d’artistes japonais et d’artistes monégasques. Organisée par La Direction des Affaires Culturelles et la Direction du Tourisme et des Congrès.
Circuit de voitures radioguidées de 8h à 12h sur le port de Monaco
23 février 2020 - 07h53
14e Rencontre artistique Monaco - Japon 2020 à l’Auditorium Rainier III
22 février 2020 - 08h25
Cette exposition présente près de 200 œuvres d’artistes japonais et d’artistes monégasques. Organisée par La Direction des Affaires Culturelles et la Direction du Tourisme et des Congrès.
VIDEOS

Retour en images sur l’édition 2019 du Monaco Yacht Show

1 octobre 2019 - 16h13

La Gazette de Monaco Immo