• Economie

Horizon dégagé pour le secteur de la croisière

26 janvier 2020 - 8h00

Alors que la compagnie MSC vient tout juste de confirmer cette semaine la construction de nouveaux paquebots auprès des Chantiers de l’Atlantique pour un montant total de 2,5 milliards d’euros, ce « contrat du siècle » selon les mots de Patrick Pourbaix, directeur général France, Belgique et Luxembourg de la compagnie, laisse à penser que le secteur se porte plutôt bien. Ce que confirme Pierre Pélissier, président administrateur délégué de la SAM Cruiseline au travers d’une analyse étayée.

 

Pierre Pélissier, président administrateur délégué de la SAM Cruiseline © DR

 

« La totalité des chantiers navals du monde affichent des carnets de commandes pleins sur les dix prochaines années. » Spécialiste de la croisière de longue date, Pierre Pélissier porte un regard attentif et aiguisé sur les tendances dans un secteur qui connaît une quasi-insolente croissance sur la dernière décennie. « Cette croissance tient une cadence régulière de 3 à 4% annuelle et tous les indicateurs semblent démontrer que cette tendance va se poursuivre au moins sur les dix années à venir », se félicite celui dont l’entreprise, basée à Fontvieille ne cesse d’embaucher au rythme d’une quarantaine de collaborateurs par an. Avec trois sites répartis sur le quartier industriel monégasque, Cruiseline doit composer avec le manque de disponibilité de locaux malgré des besoins en constante progression. « Nous avons fait voyager 140 000 passagers en 2018, 160 000 l’an dernier pour un chiffre d’affaires atteignant 190 millions d’euros en 2019 contre 154 en 2018. » Et pour cause ! La société de Pierre Pélissier, devenue leader de la réservation de croisière en ligne, multiplie les ouvertures de nouveaux bureaux à l’étranger en surfant sur la vague de croissance du marché : plus de 5% sur l’ensemble du marché européen l’an dernier.

Fort rajeunissement

Et le président administrateur délégué de balayer avec force démonstration les arguments de ceux qui considèrent la croisière comme « un produit de vieux » ou qui craignent « d’être submergés de monde à bord de bateaux pouvant accueillir jusqu’à plus de 6 000 passagers ». Selon Pierre Pélissier, la moyenne d’âge des croisiéristes a ainsi chuté de cinq ans en moins de dix années, la moyenne d’âge se situant désormais à 48 ans en France et même 42 en Italie. « La population a très sensiblement rajeuni et cette tendance, elle aussi, se poursuivra sans nul doute au cours des saisons à venir. » Quant au risque de se sentir « étouffé » à bord, il n’en est rien à en croire le spécialiste : « Bien évidemment et naturellement, l’accroissement de la capacité des navires, la course au gigantisme qui fait que nous sommes passés de navires d’une capacité moyenne d’un millier de passagers il y a 30 ans à des unités capables d’accueillir désormais plus de 6 000 personnes peut faire peur. Mais le volume global des paquebots a évolué encore plus vite et l’espace à bord par passager n’a jamais été aussi important. Par ailleurs, les nombreuses animations et éléments de confort font que l’on ne se bouscule jamais à bord. Il faut avoir fait une croisière sur l’une des unités les plus récentes du marché pour se rendre compte à quel point il règne une atmosphère de sérénité, une ambiance décontractée. »

Confort en hausse, tarifs stables

Ce confort ne risque-t-il pas de faire s’envoler les tarifs ? Absolument pas, à en croire Pierre Pélissier, pour qui le prix moyen par passager, actuellement d’un millier d’euros la semaine en formule tout compris, devrait être stable malgré des prestations toujours en hausse. Les raisons ? Une optimisation de la gestion des réservations, un nombre croissant de passagers mais également des navires dont le fonctionnement se veut toujours plus économique au fil des évolutions. Sur ce dernier point d’ailleurs, si les compagnies se sont souvent retrouvées accusées de générer une forte pollution, il est intéressant de noter que les progrès en la matière battent en brèche certaines idées reçues. Concernant la propulsion du navire, en effet, les moteurs fonctionnant au gaz naturel liquéfié ne rejetant aucune particule de souffre dans l’atmosphère se sont généralisés. Les consommations évoluent à la baisse. Et la règlementation 2020 interdit désormais toute propulsion au fioul lourd. En termes d’énergie du bord une fois à quai, la plupart des ports commence à s’équiper de branchements pour fournir de l’électricité aux paquebots afin que ces derniers n’aient plus à laisser leurs polluants générateurs fonctionner durant l’escale. Et pour la partie assainissement, « plus aucun bateau ne rejette désormais d’eau non traitée en mer », assure Pierre Pélissier, le parc de navires récent disposant de stations d’épuration à bord. « Nous vivons de la mer et personne ne veut en faire une poubelle. De très lourds investissements sont réalisés chaque année par les armateurs en ce sens, y compris pour réimplanter des coraux dans des zones qui, pour diverses raisons, ont pu être détruites, voire même pour dépolluer et réhabiliter certaines îles comme Cococay, aux Bahamas, qui a longtemps été une île poubelle pour le continent américain. » Des démarches volontaires et importantes même s’il convient de relativiser, la part de la croisière dans le trafic maritime mondial étant inférieure à 13%.

Georges-Olivier KALIFA

© DR

A lire aussi...

  • Economie
  • Société

Clientèle française et européenne pour le Musée océanographique

6 août 2020 - 10h48

Depuis sa réouverture, le 2 juin, le Musée océanographique enregistre de plus en plus d’entrées. Avec cette année, une clientèle davantage locale.  Du 2 juin, date de la réouverture après…

Lire la suite
  • Economie

FRC : un actif de 5,7 milliards fin 2019

5 août 2020 - 07h32

Le Fonds de Réserve constitutionnel devrait, cette année, être utilisé pour financer le déficit budgétaire généré par la crise de la covid 19. Un déficit ramené de 477 millions à…

Lire la suite
LIVE !
Quête pour Beyrouth
8 août 2020 - 10h28
Le diocèse de Monaco informe qu’à travers l’association Caritas, confédération internationale d'organisations catholiques à but caritatif présente dans plus de 200 pays et territoires, il organise une levée de fonds en faveur des habitants de Beyrouth touchés par les explosions de mardi dernier. Une quête sera organisée ce week-end à la sortie des messes dominicales dans toutes les églises de Monaco et de la paroisse du Saint-Esprit (Beausoleil, Cap d’Ail, La Turbie, Peille).
Solidarité : la Croix-Rouge monégasque offre 100000 euros au Liban
7 août 2020 - 14h29
Les explosions de mardi qui ont provoqué la mort de plus d’une centaine de personnes et un total de plus de 5000 blessés à Beyrouth ont entraîné une vague de solidarité, y compris en Principauté où l’on dénombre une communauté de plusieurs centaines de résidents libanais. Dans ce contexte, la Croix-Rouge monégasque consacre une enveloppe de 100000 euros pour venir en aide à la population du pays déjà frappée par une crise économique, sociale et sanitaire.
Concert au Palais princier ce soir à 21h30
6 août 2020 - 16h30
L’Orchestre Philarmonique de Monte-Carlo donne ce soir l’un de ses deux concerts de cette saison (seulement sur invitation) dans la cour du Palais princier. Sous la direction de Juraj Valčuha avec le violoniste Maxim Vengerov. Œuvres de Bizet, Schreker et Mendelssohn.
Nouvelle arrivée au sein de l’effectif de la Roca Team
5 août 2020 - 16h30
Un nouveau renfort sur la ligne arrière vient de signer pour l’AS Monaco Basket. Le club monégasque s’est assuré les services d’Abdoulaye Ndoye. Formé par le Cholet Basket (CB) depuis ses 15 ans, le Français, aujourd’hui âgé de 22 ans, a fait ses débuts en Jeep Elite à 18 ans. Il s’est ensuite peu à peu installé dans le cinq majeur du CB. « Je suis attiré par l’exigence qui est celle au quotidien d’un club comme l’ASM, je suis venu pour sortir de ma zone de confort. Monaco, pour moi, c’est un pas en avant et c’était à mes yeux le meilleur choix », a commenté le joueur à l’annonce de sa signature. 
Monaco Vidéo Electrique, nouvelle société qualifiée « PASSI » en cybersécurité
5 août 2020 - 16h04
Monaco compte désormais quatre sociétés qualifiées de Prestataire d’Audit de la Sécurité des Systèmes d’Information (PASSI). Dominique Riban, directeur de l’Agence Monégasque de Sécurité Numérique (AMSN), a remis à Cristiano Toso, directeur de la société Monaco Vidéo Electrique, ce diplôme, comme l’indique un communiqué du gouvernement.
L’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo se produit au Fort Antoine à 21h30
4 août 2020 - 09h18
Sous la direction de Kazuki Yamada, l’Orchestre Philharmonique interprétera un spectacle intitulé Sérénade au Clair de lune. Les bois de l’Orchestre reprendront Mozart, Debussy ainsi que Gounod. Kazuki Yamada, qui dirige l’Orchestre philharmonique monégasque depuis septembre 2016, a d’abord suivi des études de musique à l’University of Fine Art and Music à Tokyo, puis les a poursuivies à l’Académie internationale d’été du Mozarteum de Salzbourg, en Autriche. Sa rapide notoriété internationale lui a permis de diriger les orchestres philharmoniques de Saint-Pétersbourg, de Stockholm et de Paris. En 2017, il réussit à remplir la Philharmonie de Paris avec la toute première représentation de l’Orchestre Philharmonique de la Principauté dans la capitale.
Khatia Buniatishvili en concert à l’Opéra Garnier à 20h30
3 août 2020 - 12h27
La talentueuse pianiste d’origine géorgienne se produira ce soir à la salle Garnier, offrant un récital oscillant entre Mendelssohn, Schubert, Debussy ou encore Franck. Initiée au piano par sa mère à l’âge de trois ans, Khatia Buniatishvili a donné son premier concert à l’âge de six ans. Ayant joué pour l’orchestre symphonique de la BBC ou encore celui de Paris, la pianiste émérite est également soliste et chambriste. Signé sous le label de Sony Classical, son dernier album sorti en 2019, intitulé Schubert, est disponible sur les plateformes de téléchargement légal.
Le Stade Nautique Rainier III, Hercule Fitness Club et A Casa di Soci obtiennent le label Monaco Safe
1 août 2020 - 10h38
Trois sites municipaux recevant du public viennent d’obtenir le label Monaco Safe : le Stade Nautique Rainier III, Hercule Fitness Club et A Casa di Soci – la Maison des Associations. Mis en place il y a quelques jours par le gouvernement et plus particulièrement la direction de l’Action sanitaire en collaboration avec le Welcome Office, le label Monaco Safe est destiné à garantir aux clients et visiteurs de la Principauté des conditions d’accueil optimales dans le respect des règles sanitaires en vigueur pour lutter contre la propagation du virus de la covid 19. Au travers de cette labellisation, le gouvernement souligne les efforts consentis par les équipes du Stade Nautique Rainier III, d’Hercule Fitness Club et d’A Casa di Soci pour permettre le meilleur accueil de leurs clients.
La Gazette de Monaco Immo