• Immobilier

Gilles Bonan : « Roche Bobois est prolifique ! »

10 février 2019 - 9h37

Président du directoire du groupe Roche Bobois, entreprise française d’ameublement haut de gamme, Gilles Bonan est régulièrement de passage à Monaco, où la marque a depuis bientôt deux ans ouvert un showroom au sein de la galerie l’Espace 22, boulevard d’Italie. Par monts et par vaux, il revient, avec le naturel qui le caractérise, sur son ascension professionnelle et se confie, le temps d’une parenthèse monégasque, sur ses hobbies auxquels il peut s’adonner lorsque le devoir ne l’appelle pas.

 

Tout fraîchement débarqué de Düsseldorf, Gilles Bonan s’accorde une halte dans les salons calfeutrés de l’iconique hôtel Métropole où nous le retrouvons. Un moment hors du temps pour le président du directoire de Roche Bobois dont l’agenda ne se désemplit jamais : inauguration du showroom antibois le soir même, retour sur Paris le lendemain, déplacements prévus en Suisse la semaine suivante… Tout sourire malgré la fatigue perceptible, Gilles Bonan se présente aux antipodes des clichés que l’on se fait des grands patrons. A la tête d’une entreprise familiale telle que Roche Bobois, cela semblerait presque couler de source. « Il faut une certaine dose d’humanité. C’est un métier de commerçants avec des points de vente, donc nous dépendons des gens sur le terrain. On ne peut pas rester dans sa tour d’ivoire à piloter à distance ! Je ne pense pas que dans l’absolu cela soit efficace et encore moins dans la culture d’entreprise de Roche Bobois, où les fondateurs étaient tous les samedis avec leurs équipes », commente humblement Gilles Bonan. Il poursuit : « A titre personnel, je ne suis pas dans le protocole, la porte de mon bureau est toujours ouverte. Je préfère travailler dans un climat chaleureux, il n’y a pas de raison de créer artificiellement de la distance. »

 

Une rencontre, une opportunité

Né à Paris, Gilles Bonan dit avoir rêvé de devenir journaliste de sport dans son enfance. Le jeune homme s’oriente finalement vers HEC dont il sort diplômé en 1992 avant d’obtenir une maîtrise de droit des affaires de l’Université Paris Nanterre. Il débute alors sa carrière chez Mazars, une société d’audit puis devient analyste financier chez General Motors. « Rapidement j’ai voulu sortir du “ghetto de la finance”, qui n’était absolument pas une fin en soi pour moi, même si c’est formateur et cela m’aide tous les jours. Je ne voulais pas me confiner à cette discipline et je souhaitais m’ouvrir au business », confie-t-il. Le goût de l’international l’anime et sa rencontre avec François Roche, son futur mentor, l’incite à sauter le pas : « Il m’avait fait part de son intention de se retirer en assurant la pérennité du groupe familial. J’ai été recruté en 1999 en tant que directeur financier. Je me souviens qu’il m’a dit dans un avion de retour des Etats-Unis que je pourrais m’occuper de l’international, car je parlais notamment quatre langues, mais sous-entendu en plus de ce que je faisais déjà ! » Il accepte le challenge. « C’était singulier, on me proposait une boîte 100% familiale au sein de laquelle historiquement les dirigeants venaient des familles, alors que je sortais de chez General Motors, un des plus grands groupes mondiaux ! »

 

Roche Bobois, une référence française

Avec 255 magasins dans le monde dont 80 sur le territoire français et une cinquantaine de designers collaborateurs dont « une quinzaine de manière soutenue », la marque tricolore est un véritable emblème. « Nous sommes prolifiques ! », s’exclame Gilles Bonan. Et pour cause, Roche Bobois joue la carte de la modernité et de la créativité en se renouvelant tous les semestres. Avec 2 000 références en ligne, chacune personnalisable, le champ des possibilités se veut presqu’infini. Récemment, les collections « Globe-Trotter » de Marcel Wanders ou « Native » du talentueux designer franco-israélien Raphaël Navot ont été dévoilées. « Collaborer avec des noms issus de la mode tels que Missoni ou encore Christian Lacroix, augmente la désirabilité de Roche Bobois. Nous avons attiré une clientèle plus jeune, qui avait une idée fausse de la marque, la considérant comme trop bourgeoise », se félicite le président du directoire. Une clientèle rajeunie qui se fait plaisir grâce à des produits accessibles dont des accessoires. « Nous avons développé des coussins avec Kenzo Takada ou Jean-Paul Gauthier à partir de 100 euros », explique-t-il. Un succès qui ne fait pas encore de l’ombre au produit iconique de la marque : le fameux canapé Mah Jong sorti en 1971, revisité par plusieurs designers. « Il reste notre meilleure vente mondiale, il a traversé les décennies », admet Gilles Bonan avant d’ajouter : « Il y a un canapé plus récent, le Bubble, dessiné il y a trois ans par Sacha Lakic qui devient aussi iconique. Nous avons d’autres produits emblématiques avec la bibliothèque Légende dessinée par Christophe Delcourt », explique-t-il. Mais Roche Bobois fait également du sur-mesure, comme dernièrement auprès d’un hôtel parisien de renom : « Nous avons lancé le Gourmet Bar pour Fauchon qui consiste à revisiter le mini-bar qui n’est pas forcément très esthétique. Il s’agissait de faire de cette pièce majeure dans une suite d’hôtel un objet spécifiquement personnalisé pour notre client. »

 

Course permanente

Interrogé sur sa carrière, Gilles Bonan ne changerait rien et se montre reconnaissant : « On m’a donné ma chance, on m’a fait confiance. J’avais une sensibilité pour la décoration mais je n’y connaissais pas grand-chose. Ma mère était professeur de piano et mon père travaillait dans une banque. Rien ne me prédestinait à travailler dans ce secteur. » Passionné de musique, il s’adonne à la guitare classique à ses heures perdues : « Je m’y suis remis sérieusement depuis deux ans en prenant un professeur, c’est un vrai bonheur ! » Parmi ses autres exutoires, les nombreuses expositions culturelles qui animent la ville lumière, mais aussi le sport. Il avoue sans vergogne être un fervent supporter du PSG : « J’aime beaucoup le football, c’est mon hobby, avec le tennis et le rugby. » Et pour déconnecter de l’effervescence parisienne, c’est Honfleur, en Normandie, qu’il a choisie pour se ressourcer. Une ville paisible de 7 500 habitants qui fait face à l’estuaire de la Seine, notamment connue pour avoir séduit nombre de peintres impressionnistes par son charme pittoresque. Difficile de rivaliser, même si Gilles Bonan admet aussi que cette parenthèse monégasque est également idéale pour faire le plein d’énergie. Quelques heures hors du temps avant de reprendre le rythme effréné des déplacements.

 

Délia KRIEL

®DR

A lire aussi...

  • Immobilier
  • Urbanisme

Appartements domaniaux : combien ? Quelles caractéristiques ?

9 août 2020 - 07h47

Le logement des Monégasques est une priorité nationale. De nombreux projets sont en cours. Quelle est la situation actuelle ? L’IMSEE avec « Monaco en chiffres » permet de connaître l’importance du parc…

Lire la suite
  • Immobilier
  • Urbanisme

Rénovation et surélévation des Mélèzes

28 juillet 2020 - 15h55

Le 11 mars 2019 était lancé le plan national pour le logement. Depuis, au fil des mois, ses composantes ont fait l’objet d’études pour aboutir à des projets finalisés. C’est…

Lire la suite
LIVE !
Caritas Monaco a envoyé 10000 euros au Liban
15 août 2020 - 09h02
Grâce aux quêtes du week-end dernier dans les églises de Monaco et de la paroisse du Saint-Esprit, Caritas Monaco a pu adresser hier 10000 euros à deux bénéficiaires avec lesquels l’association et le diocèse de Monaco sont en contact à Beyrouth. 5000 euros seront versés à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth qui a notamment pris en charge près de 250 familles après l’explosion. Le contact sur place est le père Fadi Jandah, qui est resté plusieurs années en Principauté. Les 5000 autres euros seront versés à la paroisse Saint-Maron de Beyrouth du père Richard Abi Saleh qui se situe à 100m du port où l’explosion a eu lieu. Les dons peuvent être adressés en liquide ou par chèque à l’association Caritas Monaco, église Sainte-Dévote, place Sainte-Dévote 98000 Monaco ou par virement bancaire sur le c/c Crédit Foncier de Monaco agence de Monaco-Ville au nom de Archevêché Caritas Monaco en mentionnant « versement pour le Liban ».
Deux forfaits à Herculis pour cause de covid 19
14 août 2020 - 15h39
Le test covid 19 fait partie des conditions de participation au meeting Herculis EBS de ce soir. Tous les athlètes devaient en subir un sur place ou fournir le résultat négatif d’un PCR datant de moins de 72 heures. Deux d’entre eux ont été testés positif au coronvavirus et doivent renoncer à prendre part à la première manche de la Wanda Diamond League. Il s’agit de Conseslus Kipruto (3000m steeple) et Valentin Lavillenie (saut à la perche). « Mon test covid 19 effectué dans le cadre du protocole du meeting Herculis EBS 2020 s'est révélé positif, je suis actuellement asymptomatique », a écrit le frère de Renaud Lavillenie sur son compte instagram. Même son de cloche du côté du fondeur kenyan, qui a pour sa part fait savoir : « Je n'ai aucun symptôme, je suis même en pleine forme. L’athlétisme est de retour et je le serai aussi. »
L’Opéra Garnier reçoit le trio italien Il Volo
14 août 2020 - 14h22
Le groupe se produit ce vendredi en concert à la Salle Garnier de l’Opéra de Monte-Carlo, à 20h30. L’ouverture des portes se fera à 20h, avec dress code : veste requise. Véritables stars dans leur pays, les trois chanteurs n’ont pas tous la même hauteur de voix : Ignazio Boschetto et Piero Barone sont ténors tandis que Gianluca Ginoble est baryton. Il s’agit de la première apparition du trio, qui s’était fait connaître grâce à un télécrochet italien, sur une scène monégasque. Afin de marquer une décennie de complicité, le trio a notamment sorti, en 2019, un album retraçant sa carrière : The best of 10 years.
Assemblée générale de la SBM le 25 septembre
14 août 2020 - 12h03
La Société des Bains de Mer vient de publier sur son site l’avis de convocation des actionnaires à l’assemblée générale ordinaire appelée notamment à approuver les comptes sociaux et consolidés de l’exercice 2019/2020. Celle-ci se tiendra le vendredi 25 septembre.
La boutique de l’AS Monaco fermée temporairement
14 août 2020 - 11h12
En raison de la détection d’un cas covid 19, le club de foot monégasque a annoncé devoir temporairement fermer les portes de son magasin, situé sur la promenade Honoré II. « Toutes les mesures ont été prises afin de respecter les protocoles sanitaires en vigueur à Monaco », a écrit l’ASM sur son site. Les informations sur la réouverture prochaine de la boutique « seront communiquées dans les meilleurs délais ». 
Le Rocher en fête ce jeudi !
13 août 2020 - 09h27
Monaco-Ville et ses ruelles commerçantes attendent ce soir locaux et touristes, dans une ambiance festive et musicale. Avec les Jeudis du Rocher et grâce aux commerçants de la vieille ville, les boutiques ne fermeront qu’à 21h et un happy hour est proposé de 18h à 20h, tout cela en musique !
Fermeture de la galerie des Moulins entre 22h et 6h
11 août 2020 - 12h26
Depuis hier soir et jusqu’à demain soir inclus, une opération de nettoyage, rendue nécessaire à cause de la forte humidité présente dans la galerie et aggravée par la chaleur, entraîne la fermeture de la galerie entre 22h et 6h. Une déviation pour piétons est mise en place durant ces horaires de fermeture.
Quête pour Beyrouth
8 août 2020 - 10h28
Le diocèse de Monaco informe qu’à travers l’association Caritas, confédération internationale d'organisations catholiques à but caritatif présente dans plus de 200 pays et territoires, il organise une levée de fonds en faveur des habitants de Beyrouth touchés par les explosions de mardi dernier. Une quête sera organisée ce week-end à la sortie des messes dominicales dans toutes les églises de Monaco et de la paroisse du Saint-Esprit (Beausoleil, Cap d’Ail, La Turbie, Peille).
La Gazette de Monaco Immo