• Art & Culture

Fabrice Luchini pour lancer la saison du TPG

18 septembre 2018 - 14h14

Carole Bouquet, François Berléand, Mathilde Seigner ou encore Richard Berry… Les grands noms sont une nouvelle fois légion dans la programmation de la saison 2018/2019 du Théâtre Princesse Grace. Elle s’articulera autour de 25 pièces, jouées d’octobre à mai, dont de nombreux monologues et des sujets d’actualité.

Son style inimitable n’avait plus illuminé le Théâtre Princesse Grace depuis 2016, où il ouvrait la saison en poésie. Les 10 et 11 octobre, Fabrice Luchini évoquera les écrivains qui parlent d’argent. De Charles Péguy à Sacha Guitry, en passant par Marcel Pagnol et Emile Zola… « Il a refusé toute tournée pour 2018 et a gardé, pour le TPG, cette exclusivité de deux soirs, se réjouit Françoise Gamerdinger, directeur adjoint aux Affaires culturelles, sous les applaudissements du public. L’argent ne fait pas le bonheur, mais je pense que cette soirée y contribuera ! » Des débuts sur les chapeaux de roue, prolongés par le spectacle en collaboration avec la Fondation Prince Pierre A toi pour toujours, ta Marie-Lou de Michel Tremblay (une œuvre traduite en 35 langues !) le 18 et la venue de François Berléand pour Ramsès II une semaine plus tard au Grimaldi Forum. Un joli clin d’œil à l’exposition estivale…

Le TPG s’y exportera d’ailleurs à deux autres reprises. Le 7 mars, d’abord, pour La Nouvelle de Eric Assous, où Simon, alias Richard Berry, présentera à ses enfants sa nouvelle compagne, Mado (Mathilde Seigner), de 20 ans sa cadette. Puis, toujours dans le registre des sentiments, pour Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, le 24 avril. La mise en scène est signée Catherine Hiegel, tandis que Vincent Dedienne donnera la réplique à Laure Calamy et Clothilde Hesme dans ce grand classique de la littérature française. Jeu des masques et effets comiques provoqueront les rires, malgré l’évidente contestation sociale de l’époque.

Sujets « durs » et rôle du théâtre

Les sujets seront plus « durs » en novembre, avec trois pièces prévues les 8, 14 et 22. La première, Heureux les heureux, extraits du roman de Yasmina Reza, verra Carole Bouquet sur scène, incarnant des femmes et des hommes « se débattant avec un réel qui leur échappe et des désirs en faillite » dans de brefs monologues, tantôt avec mélancolie, tantôt avec humour. La deuxième, Vous n’aurez pas ma haine, fera ressurgir les démons des attentats de Paris en novembre 2015 et plus précisément du Bataclan. Son épouse Hélène tombée sous les balles dans la salle de concert, le journaliste et écrivain Antoine Leiris poste une lettre trois jours plus tard sur Facebook. « Vendredi soir, vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils, mais vous n’aurez pas ma haine », cite Françoise Gamerdinger. Raphaël Personnaz portera ainsi ce récit poignant sur les planches du TPG. Une interprétation récompensée par le Molière du meilleur seul sur scène. Enfin, pour conclure ce mois de novembre, Le ventre de la baleine de Stanislas Cotton aura pour thème les violences faites aux femmes, trois jours avant la journée internationale de lutte. « Le théâtre est également là pour ça. (…) Ne nous cachons pas derrière notre petit confort et osons mettre des mots sur ces situations dramatiques », déclare le directeur adjoint des Affaires culturelles. Décembre sera, lui, synonyme de légèreté entre Sulki & Sulku ont des conversations intelligentes de Jean-Michel Ribes (le 4), Le malade imaginaire de Molière (le 7), Terminus de Antoine Rault avec notamment Lorant Deutsch (le 20), sans oublier, entre temps, le spectacle jeune public Merlin, la légende de Caroline Ami et Flavie Péan (le 12), en attendant l’arrivée du Père Noël au TPG.

15 pièces de janvier à mi-mai

Le rythme des représentations s’intensifiera dès janvier. Trois pièces s’enchaîneront dans le mois dont deux monologues, particularité de cette saison : Madame Marguerite de Roberto Athayde le 9, Le sale discours de et avec David Wahl le 15 et, enfin, Le Fils de Florian Zeller. Ce dernier, primé par le prix Prince-Pierre en 2003, clôt sa trilogie familiale après Le père et La mère. Le 7 février, dans 12 hommes en colère de Reginald Rose, un jury à huit clos décidera du sort d’un adolescent accusé d’avoir assassiné son père. Une toute autre ambiance attendra les spectateurs cinq jours plus tard, avec la venue de Charles Berling, Jean-Pierre Darroussin et Alain Fromager. Les trois comédiens présenteront Art de Yasmina Reza, après quatre mois de représentations au Théâtre Antoine à Paris. « C’est un spectacle extrêmement drôle, racontant l’amitié entre trois hommes qui est en train de se déliter, résume Charles Berling. Il y a 25 ans, Fabrice Luchini faisait partie de la première distribution avec Pierre Arditi et Pierre Vaneck ». Son compère Alain Fromager enchaîne, malicieusement : « Nous sommes trois sur scène, mais nous avons le sentiment de jouer à quatre, avec le public. Si vous venez, vous comprendrez ce que je veux dire ». Pierre Arditi leur succèdera et viendra lire ses textes préférés le 25 février.

Outre Richard Berry et Mathilde Seigner, la Comédie-Française (Bajazet de Jean Racine, 5/03) et Francis Huster (Horowitz le pianiste du siècle, 23/03) seront également de passage en Principauté en mars. Une affiche résolument féminine, mise en scène par Salomé Lelouche, sera, elle, proposée le 14 mars avec Justice. Six comédiennes se relaieront pour dresser un portrait sans concession de notre société. « L’intrigue de la pièce s’inspire de la formule de Victor Hugo, pour qui la police est partout, la justice nulle part », précise Françoise Gamerdinger. Les 22 jours d’attente entre Ce que j’appelle oubli de Laurent Mauvignier avec Denis Podalydès (Comédie-Française) et la dernière soirée au Grimaldi Forum rappelleront que la saison du TPG touchera bientôt à son terme. Il ne restera alors que trois pièces à découvrir. Le couple Michel Fau – Mélanie Doutey se déchirera et cette dernière prendra la tangente avec trois amants dans Douce-amère, signée Jean Poiret, le 30 avril. Autrefois joué par Claude Brasseur et Claude Rich, Le Souper de Jean-Claude Brisville sera, le 2 mai, interprété par Mesguich père et fils, Daniel et William. Le 7, Alexis Michalik, « toujours aussi rythmé, créatif, original et doté d’une grande sensibilité », clôturera le bal avec sa pièce Intra Muros. Et Françoise Gamerdinger, pour conclure cette présentation, d’annoncer la création de la Société des Amis du Théâtre Princesse Grace… Que le spectacle commence !

 

Jérémie Bernigole

Photo ©Stéphanie Guertin

A lire aussi...

  • Art & Culture

Formation des artistes de chœur, le recrutement est ouvert

19 mai 2019 - 14h03

Dispensé par la Fipac-Monaco, ce cursus d’un an renouvelable a été spécifiquement conçu pour la nouvelle génération d’artistes de chœur. L’inscription des futurs élèves stagiaires a démarré. Avis aux futurs…

Lire la suite
  • Art & Culture

Andrey Ostashov dévoile « Les Personnages »

17 mai 2019 - 15h46

Hier, Andrey Ostashov, célèbre sculpteur originaire de l’Europe de l’Est, dévoilait sa nouvelle collection de sculptures en bronze, La Tranquillité intérieure, dans le salon Théâtre au sein de l’Hôtel Métropole.…

Lire la suite
LIVE !
Concert par l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo à 18h
19 mai 2019 - 07h00
Evènement au profit de l’AMADE. Rendez-vous à l’Auditorium Rainier III.
17e Soirée des Artistes Associés
18 mai 2019 - 15h30
Un concert est organisé à 20h15 au Théâtre des Variétés.
L’ASM Basket termine sa saison régulière à Antibes
18 mai 2019 - 14h02
Déjà assurée de disputer les play-offs grâce à l’incroyable remontée orchestrée par Sasa Obradovic, l’ASM Basket se déplace chez le voisin antibois à 20h pour clôturer sa saison régulière. L’objectif pour les Monégasques est de garder cette 2e place, également dans le viseur de Nanterre.
L’AS Monaco n’a pas le droit à l’erreur, ce soir face à Amiens
18 mai 2019 - 10h37
C’est le match de la peur pour l’AS Monaco, qui reçoit Amiens à 21h au stade Louis-II. Les hommes de Leonardo Jardim ne parviennent pas à sortir de leur spirale négative et la victoire est obligatoire face aux Amiénois, 16es avec deux points d’avance sur les Monégasques. Caen et Dijon, adversaires directs pour le maintien en L1, se déplacent respectivement à Lyon et Paris.
Monte-Carlo Fashion Week : programme du jour
18 mai 2019 - 09h16
Pour l’avant-dernier jour de la manifestation, le Fashion Market Place est organisé à 14h au Chapiteau de Fontvieille, puis Alberta Ferretti proposera un défilé à 19h au Yacht Club. A la même heure, un autre évènement, le défilé « Présent Ancestral », se tiendra au Meridien Beach Plaza Hotel, au profit de l’association mexicaine « Kaalàn Neék ».
Monte-Carlo Fashion Week : programme du jour
17 mai 2019 - 12h36
La journée débutera par le Fashion Show, de 14h à 18h au Chapiteau de Fontvieille, avec notamment Jiri Kalfar, Beach & Cashmere Monaco ou encore Carlotta Roma. La Fashio Awards Ceremony prendra le relai à 19h30 au Musée océanographique, avant de laisser place à un after programmé au Jimmy’z à partir de 23h.
Jules et Marcel, ce soir à 20h30 au Théâtre des Muses
17 mai 2019 - 09h14
Pièce d’environ 1h20, d’après les correspondances entre Marcel Pagnol et Jules Muraire, alias « Raimu ».
« Et pendant ce temps, Simone Veille » à 20h30 au Théâtre des Variétés
16 mai 2019 - 13h56
Cette pièce relate l’évolution de la condition féminine en France, au travers de trois lignées de femmes sur quatre générations, des années 1950 à nos jours, sous le regard historico-comique d’une Simone qui veille au pays de la Femme…
VIDEOS

Pouce La Vie #2

RetourEnImages Le concert #PouceLaVie2 a rassemblé plus de 200 personnes 🥁 Une belle réussite pour la Fondation Flavien qui a levé à ce jour 500 000 ...

2 avril 2019 - 16h05

La Gazette de Monaco Immo