• Société

Fabien Forchino, horizon 2040 !

13 janvier 2019 - 12h27

Monégasque installé depuis de nombreuses années à Paris dans le quartier de la Bastille, Fabien Forchino, polytechnicien, travaille dans les métiers de la finance. Fondateur d’un récent groupe de réflexion nommé « Monaco 2040 », il propose de se pencher sur l’avenir de la Principauté. Entretien.

Pouvez-vous décrire votre cursus avant d’arriver à l’Ecole Polytechnique ?

J’ai fait toute ma scolarité à Monaco (en dehors de deux années passées à Los Angeles entre sept et neuf ans) : Petit Cours Saint-Maur, Collège Charles III, Lycée Albert 1er.  J’ai ensuite effectué Maths sup et Maths spé au Lycée Masséna de Nice. A l’issue de ces trois années, j’ai tenté tous les grands concours d’ingénieurs : Centrale, Les Mines, Les Ponts et chaussées, Polytechnique. Et j’ai été reçu dans cette dernière école.

Vous aviez une vocation d’ingénieur ?

Adolescent, je rêvais d’être astrophysicien… Puis en classes préparatoires, le rythme de travail était tellement soutenu qu’on n’avait pas vraiment le temps de s’interroger sur soi. Mais j’ai adoré ces années très riches. Quant à l’enseignement à Polytechnique, il est très généraliste, tout en dispensant une culture scientifique à la française, où la maîtrise de l’outil mathématique est particulièrement privilégiée.

Fraîchement diplômé, quels ont été vos premiers pas professionnels ?

J’ai été embauché par une société de conseils, Altran, et j’ai effectué des missions dans le domaine du traitement de l’image : grâce au travail sur les algorithmes, on améliore l’imagerie médicale. Pour Thalès, j’ai travaillé dans le domaine de la biométrie. A un moment donné, on m’a proposé une mission dans un domaine tout à fait différent : la finance. Cela m’a immédiatement plu. C’est vrai que la crise de 2008 n’a pas aidé pour l’image des marchés financiers, mais c’est un univers très créatif, multidisciplinaire, très stimulant pour quelqu’un qui aime apprendre.

Vous étiez toujours missionné par Altran ?

Très rapidement, on m’a proposé de m’internaliser au sein du Crédit agricole. J’ai travaillé pour la société de gestion d’actifs, dans le département des risques de marché durant cinq ans. Puis j’ai bougé au sein du groupe et intégré Crédit agricole assurances. Il y a beaucoup d’argent à gérer en liquidité dans les assurances, 300  milliards. Après huit années, je viens juste de retourner dans la gestion des actifs du Crédit agricole, dans un poste de recherche. Il s’agit de développer des produits nouveaux, les plus performants possibles. Je suis amené à lire beaucoup de revues d’économistes…

Qu’est-ce qui a déclenché l’idée de lancer le groupe de réflexion « Monaco 2040 » ?

C’est à la faveur des dernières élections nationales de la Principauté : pour la première fois, les Monégasques vivant à l’étranger pouvaient voter par procuration. Je me suis impliqué. Il m’a semblé qu’il y avait un déficit de vision à long terme. Alors j’ai eu cette envie de proposer un espace de réflexion. Bernard Pasquier m’a rejoint en septembre 2018. Pour le moment, nous sommes petits, nous n’avons pas de moyens, nous faisons cela sur notre temps personnel, mais sur notre page Facebook, nous avons environ mille personnes qui nous suivent. Nous recevons des messages et des commentaires de personnes de tous bords politiques.

Quels sont les sujets abordés par Monaco 2040 ?

Nous avons fait une liste de 26 thèmes. Le logement en est un majeur. Le nombre de nationaux augmente dans la Principauté. La natalité se situe entre 2 et 3 enfants par femme, ce taux plus élevé que chez nos voisins s’explique en partie par la politique nataliste de Monaco. Il faut trouver des solutions innovantes pour loger les gens. Un autre sujet essentiel est celui des finances publiques, et particulièrement la question des retraites des fonctionnaires. Nous voulons inciter à la transparence budgétaire. Il y a un grand flou sur l’avenir. Nous n’avons pas de modèles pour projeter les dépenses et les recettes. Il manque un simulateur de finances publiques.

Vous vivez à Paris : pourquoi une telle envie de vous impliquer ainsi à Monaco ?

Je suis très bien où je suis avec mon épouse (psychologue clinicienne) et mes deux filles de dix et quatre ans, mais je n’ai pas envie de rester les bras croisés : Monaco m’a offert une excellente scolarité et j’y ai passé une belle enfance. J’ai envie de rendre ce qu’on m’a donné. Toute ma famille vit encore à Monaco, je viens les voir régulièrement. Mon arrière-arrière-grand-père était cocher ici, un de mes grands-pères était chef cuisinier au Lycée Technique et Hôtelier, l’autre dirigeait la piscine du port et a été président de la Fédération monégasque de boxe, mon père, lui, était croupier au Casino. Quant à ma mère, elle était secrétaire greffière au Tribunal du Travail de Monaco. Il y a quelques années, j’avais le projet de revenir en Principauté, mais cela ne s’est pas fait. Si j’avais le sentiment à l’avenir de pouvoir me rendre utile pour Monaco, je serais ravi de le faire !

 

Clara Laurent

©DR

A lire aussi...

  • Société

Simulation d’attentat au CHPG

22 février 2019 - 15h06

Un exercice est en cours au Centre hospitalier Princesse Grace. Baptisé Medical Response to Major Incident (MRMI), cet exercice a débuté hier et se poursuit jusqu’à demain. Cet exercice prend…

Lire la suite
  • Société
  • Technologie

XBODY, la machine révolutionnaire pour l’entraînement sportif

21 février 2019 - 15h21

C’est une exclusivité en ce moment en Principauté. Le XBody, nouvelle méthode d’entraînement par electrostimulation musculaire, est uniquement proposé au Spa Metropole by Givenchy. Et nous l’avons testé pour vous.…

Lire la suite
LIVE !
Oleg Petrov est le nouveau directeur général de l’AS Monaco FC
23 février 2019 - 12h15
Après avoir débarqué Vadim Vasilyev il y a une semaine, l’AS Monaco FC a annoncé, hier, la nomination de son remplaçant, Oleg Petrov, au poste de directeur général. Passé par divers secteurs d’activité comme l’électronique ou encore l’industrie du diamant, il maîtrise cinq langues (russe, anglais, grec, portugais et espagnol). « Nous nous connaissons depuis presque 20 ans. Dans tous les postes qu’il a occupés, Oleg a toujours obtenu d’excellents résultats », a notamment déclaré Dmitri Rybolovlev dans le communiqué du club.
Du tir à l’arc tout le week-end à l’Espace Saint-Antoine
23 février 2019 - 10h59
Gros week-end pour la Première Compagnie de Tir à l’Arc de Monaco, qui organise deux compétitions indoor. Le trophée départemental des mixtes se déroule cet après-midi à l’Espace Saint-Antoine, de 14h30 à 18h. Demain, au même endroit et de 9h à 17h30, plus d’une centaine d’archers, de Monaco ou de l’étranger, sont attendus pour disputer la XIIIe Coupe du Prince Albert II. Entrée libre et gratuite les deux jours (côté avenue Marquet, 2e étage).
Séance rencontre/dédicace avec Frédéric Laurent
22 février 2019 - 16h22
À l’occasion de la publication de son livre « Albert II, le destin d’un règne » (éd. Gilletta), l’écrivain Frédéric Laurent organise une séance rencontre/dédicace demain de 11h à 13h, au kiosque à journaux de la Place d’Armes à Monaco.
Formule 1 : Charles Leclerc attaque les essais pied au plancher
22 février 2019 - 13h55

À Barcelone (Espagne), Charles Leclerc a fait forte impression lors des essais d'avant-saison de F1 avec Ferrari. À bord de la nouvelle SF90, le pilote monégasque a réalisé le meilleur temps lors de la deuxième journée d'essais (1'18''247). En cumulé sur les quatre jours, Charles Leclerc pointe à la 8e position au niveau des chronos (1'18''046). Le retour sur les pistes est prévu pour le 26 janvier.

Le mini-golf du Parc Princesse Antoinette a été rénové
21 février 2019 - 17h14
Pendant trois mois, de nombreux travaux ont été effectués et ont permis la création d'un réseau de drainage pour l'évacuation des eaux de pluie, le terrassement de l’ensemble des aires de jeu, la remise en place de la sous-couche drainante, le damage ainsi que la remise en peinture des parties bétonnées.
Un exercice de simulation de catastrophe au CHPG dès aujourd’hui
21 février 2019 - 16h03
Du 21 au 24 février dans le cadre de l'IFSI au CHPG. Le MRMI (Medical Response to Major Incidents) est une méthode de simulation de catastrophe (attentats, accident de grande ampleur, catastrophe naturelle…). Cet exercice basé sur des magnets positionnables sur des tableaux blancs, permet aux différents acteurs (pompiers, secouristes, ambulanciers, médecins, infirmiers, directeurs d’hôpitaux…) de se rencontrer, de les faire travailler ensemble, de trouver des pistes d’améliorations de prise en charge et donne une méthodologie commune.
Happy Hour Musical ce soir
20 février 2019 - 15h38
Concert de musique de chambre aujourd’hui à 18h30 à l’Auditorium Rainier
Projection du film Stromboli ce soir
19 février 2019 - 12h24
Karen, une Lituanienne internée dans un camp de personnes déplacées en Italie, s’éprend d’un soldat. Grâce au mariage qui se célèbre peu après, Karen peut redevenir une femme libre. Dans l’île de Stromboli où Antonio est pêcheur, Karen est déçue. Tout la sépare de ceux qui l’entourent et même de son mari, depuis la langue qu’ils parlent jusqu’à la vie qu’ils mènent. Rendez-vous au Théâtre des Variétés à 20h.
VIDEOS

Simulation d'attentat au CHPG

Retour en images sur l'exercice qui s'est déroulé au CHPG, du jeudi 21 jusqu'au samedi 23 février, simulant divers incidents majeurs. Ici, plusieurs attaques ...

23 février 2019 - 17h02