• Sport

F1 : Quel bilan pour Charles Leclerc à la mi-saison ?

24 août 2019 - 15h05

Le pilote monégasque, qui dispute sa première saison avec la prestigieuse Scuderia Ferrari, n’a toujours pas gagné en Formule 1. Mais il a fait de gros progrès en qualifications et a bien titillé Sebastian Vettel, son quadruple champion du monde de coéquipier, bien que l’Allemand reste devant lui au classement général. Et c’est assez prometteur, comme sa rivalité avec Max Verstappen…

On l’avait quitté sur une quatrième place au Grand Prix de Hongrie, début août, à plus d’une minute du vainqueur Lewis Hamilton. Et ce, en ayant commis une nouvelle erreur (sans conséquences) en qualifications, la deuxième en deux courses, après sa sortie de piste en Allemagne le contraignant à un abandon. Les vacances tombaient donc à pic pour le prodige monégasque ! Et alors qu’il profite de ses derniers jours de « quiétude » avant un rush jusqu’à début décembre, l’heure est au bilan.

Toujours pas de victoire mais…

Difficile de ne pas avoir d’amertume en repensant aux essais hivernaux en février, où les Ferrari semblaient survoler la concurrence. La chute a fait mal, tout comme le constat après 12 Grand Prix : la mythique écurie italienne n’est toujours pas montée sur la plus haute marche du podium cette saison. La dernière fois que cela lui était arrivé, c’était en 2016, année complètement blanche pour la Scuderia. Il faudra s’activer, du côté de Maranello, pour ne pas revivre pareil camouflet. Surtout que les occasions, certes rares tant Mercedes domine son sujet et Red Bull progresse, étaient là. Comment oublier la victoire promise à Charles Leclerc à Bahreïn, à l’issue de son deuxième week-end de course avec Ferrari ? Sa pole position brillamment acquise annonçait la naissance d’une étoile dans la nuit bahraïnie et sa domination était sans partage en course, jusqu’à qu’un problème moteur ruine ses rêves. Et quand ce n’est pas la mécanique qui lâche, c’est le Monégasque qui part à la faute. Azerbaïdjan, mi-avril. Étincelant lors des essais libres, Charles Leclerc s’encastre dans les bordures de sécurité au niveau du château en Q2, alors qu’une nouvelle pole position lui tendait les bras. Dur, ensuite, d’exister en course, où il arrachera tout de même le record de la piste et une cinquième place. Sept Grand Prix plus tard, en Allemagne, dans des conditions dantesques et alors qu’il est deuxième, l’ambassadeur de la Principauté termine dans le mur au 29e tour. Son plus grand regret de la saison reste Monaco, où Ferrari a commis une grossière et inhabituelle erreur, indigne de son rang, en empêchant son jeune pilote d’assurer son passage en Q2. Mais Charles Leclerc a montré à de multiples reprises qu’il possédait un mental de champion, apprenant de ses erreurs et évacuant la pression. Après sa désilusion monégasque, il a enchaîné quatre podiums d’affilée.

Jeu égal avec Sebastian Vettel

Une qualité qui plaît à Mattia Binotto, directeur de l’écurie.  » Parmi les nombreux aspects, celui qui nous a le plus surpris est l’amélioration continue qu’il réussit à faire au fil des courses, c’est incroyable de voir comment il apprend de ses erreurs. (…) Nous avons vu que ses week-ends sur piste devenaient de plus en plus solides et il a encore une marge de croissance. Il sait qu’il est un pilier important de notre écurie pour le présent et le futur », s’est-il épanché à Motorsport.com. S’il a révélé ne pas être « obsédé » par l’obtention de son premier succès en F1, Charles Leclerc doit impérativement remporter son duel face à Sebastian Vettel, son quadruple champion du monde de coéquipier. Le Monégasque a semblé marquer le pas après des débuts prometteurs. Entre son podium à Bahreïn et celui en France, il a terminé à quatre reprises derrière l’Allemand (n’est pas comptabilisé son abandon à Monaco). La situation s’est inversée jusqu’en Grande-Bretagne mais le bilan en course entre les deux pilotes est toujours à l’avantage du plus expérimenté (6-4). En revanche, c’est en qualification que Charles Leclerc a fait le plus de progrès cette saison. Il a signé deux pole position et fait jeu égal avec son coéquipier dans cet exercice (6-6). Une métamorphose entamée à la suite du Grand Prix du Canada, alors qu’il subissait la loi de Sebastian Vettel (6-1).

Une rivalité attendue avec Max Verstappen

Ils se connaissent depuis l’époque du karting, où leur rivalité faisait déjà rage sur la piste. Le passage de Charles Leclerc chez les Rouges a offert aux fans de Formule 1 la confrontation qu’ils attendaient ! Il suffit de revoir les Grand Prix d’Autriche et de Grande-Bretagne pour comprendre : des manœuvres impressionnantes, des contacts roues contre roues et des scénarios hitchcockiens… Tout ce qu’il faut pour relancer l’intérêt d’une saison de Formule 1 ultra dominée par les Mercedes, Lewis Hamilton en tête. Dans notre édition papier de novembre 2018, Franck Anfosso, qui dirige un site fan du pilote monégasque, établissait une comparaison qui prend tout son sens aujourd’hui : « Ils n’ont que 16 jours d’écart. Ces deux-là sont les meilleurs pilotes de la nouvelle génération. Verstappen, impulsif et instinctif, est le « Ayrton Senna » de l’époque. Plus réfléchi, Charles est plutôt la version « Alain Prost ». Voici le futur grand duel de la Formule 1. » Mieux équipé avec sa monoplace Red Bull, Max Verstappen est troisième du classement des pilotes (181 points). Charles Leclerc accuse 49 longueurs de retard et pointe en cinquième position. Le duel est attendu, d’autant plus que le Monégasque a tiré plusieurs enseignements de cet affrontement, comme le fait de « changer d’attitude » et d’être plus agressif. Ce qui laisse présager de belles batailles lors de la seconde partie de saison ! « Il est très intelligent et motivé, et je pense que ce début de saison aurait pu être bien plus difficile pour lui », notait Mattia Binotto, témoignant ainsi sa confiance à l’égard du jeune pilote. Lequel est « heureux » de ses 12 premiers Grand Prix pour Ferrari, comme il l’a signalé à Nextgen-auto.com : « J’ai beaucoup grandi en tant que pilote. (…) Il y a certainement des choses que je peux améliorer, et ce sera toujours le cas jusqu’à la fin de ma carrière. Cela viendra avec l’expérience. »

Jérémie Bernigole

© Scuderia Ferrari

A lire aussi...

  • Sport

F1 : regards tournés vers le premier Grand Prix

28 février 2020 - 16h50

La deuxième semaine d’essais de Formule 1 vient de toucher à sa fin. Avec six jours de tests dans les jambes, les écuries vont se tourner vers l’Australie et l’ouverture…

Lire la suite
  • Sport

Une école de pétanque au Club bouliste monégasque

28 février 2020 - 07h34

A partir du 11 mars, le Club bouliste monégasque (CBM) transforme tous les mercredis après-midi le boulodrome de la ZAC Saint-Antoine en école de pétanque. Pour attirer de nouveaux joueurs,…

Lire la suite
LIVE !
Présentation du livre « à Cour & à Jardin » à 11h à l’Ecole Supérieure d’Arts Plastiques - Pavillon Bosio
28 février 2020 - 10h29
Présentant les dix années de collaboration entre le Pavillon Bosio et les Ballets de Monte-Carlo. En présence de Jean-Christophe Maillot.
Le gala « U40-Genesis » qui était programmé le samedi 14 mars au Yacht Club de Monaco, a été reporté au samedi 17 octobre
28 février 2020 - 10h28
Football Ligue 1 - Monaco reçoit Reims demain à 20h au Stade Louis-II
28 février 2020 - 09h51
Vernissage de l'exposition « Jardin en cours » à 18h à la Salle d’Exposition du Quai Antoine 1er
28 février 2020 - 08h32
Projet développé dans le cadre d’un partenariat avec l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), l’Académie des Beaux-arts de Palerme, le Jardin d’Agronomie Tropicale de Nogent-sur-Marne, le Jardin Exotique de Monaco et le Jardin botanique de Palerme. Avec l’aimable concours de la Direction des Affaires Culturelles de la Principauté.
Vernissage de l'exposition « Jardin en cours » demain à 18h à la Salle d’Exposition du Quai Antoine 1er
27 février 2020 - 11h35
Projet développé dans le cadre d’un partenariat avec l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), l’Académie des Beaux-arts de Palerme, le Jardin d’Agronomie Tropicale de Nogent-sur-Marne, le Jardin Exotique de Monaco et le Jardin botanique de Palerme. Avec l’aimable concours de la Direction des Affaires Culturelles de la Principauté.
Présentation du livre « à Cour & à Jardin » demain à 11h à l’Ecole Supérieure d’Arts Plastiques - Pavillon Bosio
27 février 2020 - 10h33
Présentant les dix années de collaboration entre le Pavillon Bosio et les Ballets de Monte-Carlo. En présence de Jean-Christophe Maillot.
Récital "Diva on Detour" à 20h à la Salle Garnier de l’Opéra de Monte-Carlo
27 février 2020 - 09h47
Par Patricia Racette, soprano avec Craig Terry, piano, organisé par l'Opéra de Monte-Carlo. Au programme : chansons de Cole Porter, Stephen Sondheim, George Gershwin et Edith Piaf.
Conférence sur le thème « Réincarnation et karma : mythe ou réalité ? » par Philippe Deschamp à 19h30 à la Maison des Associations
27 février 2020 - 08h55
Conférence organisée par l'Association Amorc Monoecis.
VIDEOS

Retour en images sur l’édition 2019 du Monaco Yacht Show

1 octobre 2019 - 16h13

La Gazette de Monaco Immo