• Immobilier

Espen Oeino, l’architecte naval qui marche sur l’eau

20 septembre 2018 - 16h19

Incontournable dans sa profession, Espen Oeino a bâti sa réputation avec Skat, un superyacht de 71 mètres. Installé à Monaco depuis 2006, avec des bureaux quai Lucciana et au sein de la résidence Le Castellara, ce Norvégien au contact chaleureux a signé une cinquantaine de bateaux grands luxe. S’il travaille actuellement sur REV, un mégayacht de 183 mètres, réalisé dans son fief à Oslo et dont la livraison est prévue pour 2020, il prend tout le temps de nous recevoir pour évoquer son parcours avec franchise et humilité.

Moins de trois heures d’avion séparent la côte azuréenne des fjords norvégiens. C’est là, dans la banlieue d’Oslo qu’Espen Oeino a grandi au sein d’une famille dont le métier coule dans les veines depuis plusieurs générations. « Du côté de mon père, nous avons construit des bateaux pendant des générations, du côté de ma mère, c’était plutôt les moteurs de bateaux. Mon arrière-grand-père maternel était un des premiers à réaliser un moteur diesel en Norvège », relate-t-il. Passionné de dessin, ses parents lui proposent d’étudier l’architecture navale. Son voyage débute alors, direction l’Ecosse. « Après le bac, je suis parti à Strachclyde Glasgow University où j’ai passé un diplôme d’ingénieur en génie maritime et offshore engineering. J’ai ensuite trouvé un travail chez Martin Francis à Antibes qui ne faisait que des voiliers. Il a eu une demande pour un premier bateau à moteur. J’étais le seul diplômé et nous avons remporté le concours ». Le yacht en question n’est autre que l’actuel Enigma, initialement Eco puis Katana. « Il a changé de main plusieurs fois et à nouveau l’an dernier. Celui qui l’a racheté est une connaissance rencontrée à Monaco lors de notre arrivée commune en Principauté, il y a une dizaine d’années ».

L’aventure monégasque

Espen Oeino ne s’en cache pas. Centre de gravité de l’activité yachting, Monaco est l’endroit idéal pour installer son activité en 2006, Espen Oino International. Ses bureaux, situés tout au bout de la jetée Lucciana comme flottants sur l’eau, lui permettent de surveiller le ballet des entrées et sorties des yachts et tenders du port. Dans la salle de réunion, deux de ses maquettes trônent avec fierté. Celle du Dilbar, qui suscite l’admiration dans le milieu du yachting. Ce monstre de 156 mètres de long, « le plus grand en termes de volume au monde », commente l’intéressé, et au-dessus, celle d’une barque en bois construite par ses ancêtres. Une réalisation aux antipodes du mastodonte précité et dont les traits sont presque risibles en comparaison. La scène cocasse arrache un léger rire à Espen Oeino dont les yeux bleus brillent de passion. S’il a pu avoir des demandes sporadiques pour dessiner montres et mobilier, il l’assure : « Je suis un fou des bateaux ». 

Bientôt 50 yachts signés

« L’an prochain, cela fera 25 ans que j’ai lancé mon activité et je livrerai mon 50ème yacht. Cela fait en moyenne deux bateaux par an, nous n’avons pas chômé ! », souligne-t-il. Alors forcément, avec autant de projets, il y en a bien un ou deux qui sortent du lot… « La question piège ! Quel est votre bateau préféré ? (Il marque une pause.) Quel est votre enfant préféré ? Difficile ! » Il évoque alors Skat, réalisé pour le compte de Charles Simonyi, ingénieur informatique Microsoft : « C’est celui avec lequel j’ai bâti ma réputation car il était différent à l’époque et qu’il l’est toujours aujourd’hui d’ailleurs. Soit on le détestait, soit on l’adorait, et c’est un point positif. Quand on est créateur, on est heureux lorsque les gens ne sont pas indifférents mais ont un avis sur la chose. Ce yacht a une place un peu particulière dans mon cœur », finit-il enfin par admettre avant de conter cette anecdote. « Fin juillet, j’y étais invité pour déjeuner à bord à Saint-Tropez ». Du service après-vente, comme il ironise. « Sérieusement, dessiner un bateau est un travail qui peut durer de trois à six ans ! Pour nos clients, ce sont des projets plaisants, souvent des liens se nouent, ce qui est le cas avec le propriétaire de ce bateau », explique-t-il évoquant les souvenirs de construction et de conception. « Pour faire un bateau intéressant, il faut un client exceptionnel. Il souhaitait un bateau qui reflète les matériaux tels qu’ils sont à l’état brut. Quatre semaines après la commande, je l’ai revu à Monaco pour lui présenter les esquisses et il m’a dit « c’est parfait, on y va », alors que je pensais que cela serait plus difficile ! », reconnaît l’architecte naval. Quant à l’Octopus réalisé pour le compte de Paul Allen, cofondateur de la société Microsoft, qui héberge un sous-marin, Espen Oeino explique : « Comme Skat, il fait partie des dix bateaux les plus iconiques et des plus connus. Nous sommes actuellement en train de travailler sur un autre projet qui inclut également un sous-marin et un moon pool », révèle-t-il presque énigmatique.

REV, le yacht le plus long du monde

Il s’agit du REV, pour Research Expedition Vessel, le futur yacht le plus long du monde avec 183 mètres de long qui devrait être livré à Oslo en 2020. Avec 100 jours de totale autonomie, provisions, nourritures, déchets, carburant, il est capable de réaliser le tour du monde sans escale, assure l’architecte naval. « C’est un projet fascinant que l’on réalise avec un client norvégien (Kjell Inge Røkke, homme d’affaires qui détient près de 67% du groupe Aker, un conglomérat de transport maritime et de forage offshore, NDLR) qui a décidé d’être totalement public avec ce projet qui est un yacht de science offrant des facilités pour les chercheurs à bord grâce à ce moon pool. Il s’agit d’une ouverture au fond de la coque qui remonte jusqu’au pont et permet de lancer le sous-marin dans un environnement intérieur. Il n’y a quasiment pas de vagues comme en extérieur, ce qui peut parfois rendre la mise à l’eau difficile. C’est la première fois que l’on en réalise un à bord d’un yacht ». Outre le yacht, le projet prévoit également la construction d’une tour pour héberger le siège social ainsi que la mise en ligne d’une plateforme open data. Et alors qu’Espen Oeino joint le geste à la parole en naviguant sur le site web, il s’exclame soudain : « C’est mon ami d’enfance ! Quelle histoire de fou ! » Magne Furuholmen, connu avec le groupe A-ha pour son tube des années 1980 Take on me, s’occupe en effet de la partie artistique du projet REV. Espen Oeino se remémore : « On jouait tous les deux dans l’orchestre de l’école ! C’est une belle histoire de se retrouver dans ce contexte ». Autant d’anecdotes et de tranches de vie qui font qu’Espen Oeino est une de ces personnes au contact enrichissant, dont on ne se lasse pas de boire les paroles.

Changement

Interrogé sur l’évolution des yachts, notamment avec les nouvelles réglementations environnementales, il analyse avec lucidité : « Une grande partie de la consommation d’énergie d’un navire est la propulsion, le fait de faire avancer le bateau donc le poids est forcément important. Les matériaux légers sont à l’ordre du jour. L’autre partie concerne la création d’un système de vague pour ne pas qu’un bateau puisse déjauger. Ce sont les deux grands axes de travail. Il faut être à la fois léger et étroit. On voit ainsi souvent des multicoques, ce sont des silveryachts. Je pense que l’on doit les considérer pour l’avenir, mais on a dû mal à les faire accepter par la clientèle, car ils ne tombent pas dans les codes esthétiques. Même si les coques sont fines, elles sont reliées par un pont, donc cela reste large. Une place de port, par exemple, reviendra plus coûteuse pour un bateau de même longueur ». Et si Espen Oeino a dessiné des dizaines de yachts, l’architecte naval admet ne pas encore avoir une embarcation à son nom. Plus pour longtemps. Il avoue ainsi avoir esquissé quelques croquis sur ce projet personnel, un bateau de 15 mètres. Mais nous n’en saurons pas plus, il anticipe déjà la prochaine question, tout sourire : « Je ne vous les montrerai pas ! ».

Délia Dupouy 

Photo ©D.D.

A lire aussi...

  • Immobilier
  • Technologie

Avec FGWRS, rien ne se perd, tout se transforme

9 septembre 2019 - 14h14

Nouveau projet intégré au sein de MonacoTech en mai dernier et porté par le Toulousain Pierre Magnes ainsi que le résident Alexandre Fakih, FGWRS (Firmus Grey Water Recycling System) vise…

Lire la suite
  • Immobilier

Ronan et Erwan Bouroullec : « Tout projet que l’on fait doit être reproduit »

1 septembre 2019 - 08h40

Ce duo fraternel de designers, dont le travail a déjà été exposé en Principauté, compte une multitude de réalisations dont le rayon d’action balaye aussi bien des projets d’aménagement urbain…

Lire la suite
LIVE !
Numéro d’information pour les victimes de violences
20 septembre 2019 - 16h20
Un nouveau numéro d’information vient d’être mis en place pour les victimes de violences, qui pourront disposer de renseignements gratuitement en composant le 0 800 91 90 10 depuis un téléphone fixe ou mobile sur le territoire monégasque.
Nolwenn Leroy en concert ce samedi
19 septembre 2019 - 10h11
L’auteure-compositrice-interprète et multi-instrumentiste française enchantera la scène de l’Espace Léo Ferré ce week-end. Un interview avec l’artiste sera disponible prochainement.
Présentation de la rentrée culturelle de la Médiathèque à 18h30
19 septembre 2019 - 10h10
J-1 Concert de chants corses par Jean Menconi au Jardin exotique
19 septembre 2019 - 09h10
Cet évènement a été organisé dans le cadre du dixième anniversaire du jumelage entre Monaco et Lucciana. D’autres manifestations auront lieu jusqu’au 21 septembre.
Démontage de la fontaine de Guy Lartigue au Larvotto
18 septembre 2019 - 11h38
Intitulée « Hommage à la Princesse Grace », cette fontaine fait partie des collections du NMNM et est actuellement en cours de démontage. Le chantier mené par Brice Lartigue, fils de l’artiste, a démarré au mois de juin 2019. Cette semaine ont lieu le découpage et la dépose des grandes colonnes d’eau, qui seront mises en caisses et transportées vers un atelier spécialisé de restauration. « Hommage à la Princesse Grace » sera intégralement restaurée, dans l'optique de sa future réinstallation en Principauté.
Le corps des Sapeurs-Pompiers reçoit la visite du général commandant la brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris
18 septembre 2019 - 10h00
A l'ordre du jour de ce déplacement : un échange sur de nombreux sujets opérationnels d'actualité et sur le recrutement, une démonstration statique de matériels d'intervention spécifiques au sein des deux centres de secours, une présentation du concept d'emploi et d'engagement des moyens en Principauté, un bilan sur la convention de partenariat opérationnel signée le 19 juillet 2017 entre les deux unités.
Atelier ludique et éducatif « Lego Technic » à 16h à la Bibliothèque Caroline
18 septembre 2019 - 09h15
Animation musicale « Chantons ! » à 14h à la Bibliothèque Caroline
18 septembre 2019 - 09h00
VIDEOS

Pouce La Vie #2

RetourEnImages Le concert #PouceLaVie2 a rassemblé plus de 200 personnes 🥁 Une belle réussite pour la Fondation Flavien qui a levé à ce jour 500 000 ...

2 avril 2019 - 16h05

La Gazette de Monaco Immo