• Sport

Du Rocher monégasque à la montagne NBA

19 avril 2019 - 16h27

Avant d’intégrer le bureau londonien de la célèbre National Basketball Association en 2008, où il est aujourd’hui en charge des partenariats média pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, Nicolas Bermond a longtemps cultivé sa passion pour la ligue américaine à travers cassettes VHS et posters, dans sa Principauté natale.

« Lorsque la Dream Team est venue à Monaco pour préparer les Jeux olympiques de Barcelone, c’était exceptionnel. Je me souviens avoir vu Magic Johnson au Larvotto et l’avoir suivi jusqu’au port, sans lui parler, accompagné d’autres enfants. » Vingt-sept ans plus tard, Nicolas Bermond n’a rien oublié de ce vent d’Amérique qui a déferlé dans sa Principauté natale à l’été 1992. Les meilleurs éléments de la NBA, réunis au sein de la Team USA pour la première fois, disputent un match amical face à la France, le 21 juillet, dans une salle Gaston-Médecin prise d’assaut. Epris de basket, il est présent dans les gradins, comme plus de 2 000 passionnés et curieux. A neuf ans, il se retrouve face aux joueurs qui décoraient les murs de sa chambre : « Ce match marque le début de la mode NBA. A la rentrée, des filles avaient des trousses des Charlotte Hornets* sans savoir ce qu’était le basket, les gens achetaient et consommaient NBA. » Nicolas Bermond, lui, n’a pas attendu cet évènement pour s’intéresser au basket et plus précisément à la ligue américaine. Licencié à l’AS Monaco Basket dès l’âge de six ans, il assouvit sa passion en assistant aux récitals de Robert Smith**, tout en rêvassant devant les VHS et autres retransmissions de matches disputés outre-Atlantique. A la fin des années 80 début 90, Canal+ diffuse une rencontre en différé chaque semaine. Seules les finales sont retransmises en direct. A des heures tardives, donc, décalage horaire oblige. « J’essayais de me lever discrètement la nuit et de ne pas trop avoir les yeux cernés le lendemain matin, même si cela ne plaisait pas forcément à mes parents, se remémore-t-il dans un éclat de rire. C’était un peu dur de suivre la NBA. Mais comme toute passion, j’essayais de la vivre à fond. »

« J’ai toujours les yeux qui brillent »

Moins contraignantes pour son sommeil, les cassettes échangées avec ses amis ont un autre atout : les commentaires en anglais habituent son oreille à la langue de Shakespeare. Ce qui s’avère utile lorsqu’il rallie Liverpool puis Londres dans le cadre du programme Erasmus de son école de commerce niçoise, après avoir effectué toute sa scolarité en Principauté. « A la fin de mes études, je n’ai eu qu’une envie, retourner en Angleterre poursuivre ma propre aventure », relate-t-il par téléphone, depuis son bureau situé près de Covent Garden. Car même si « (s)on cœur est rouge et blanc », Nicolas Bermond n’a plus quitté la capitale anglaise où il vit un rêve éveillé depuis avril 2008, à la grâce d’un coup de pouce du destin : « Un an et demi après mon arrivée, j’ai appris que les bureaux de la NBA déménageaient de Paris à Londres. J’ai immédiatement postulé, puis enchaîné plusieurs CDD. Cela fait maintenant dix ans que je travaille pour la NBA. » Il se sait chanceux d’allier travail et passion, malgré le rythme soutenu imposé par son poste. « Lorsque je rentre dans une salle ou que je discute avec des joueurs, j’ai toujours les yeux qui brillent et le cœur qui bat », assure-t-il, n’hésitant pas à partager plusieurs anecdotes. Comme cette fois où, après un match organisé à Barcelone il y a neuf ans, il se retrouve en boîte dans le carré VIP destiné aux joueurs, entre Kobe Bryant et Pau Gasol. Le vigile, trompé par ses 2,07m, l’avait pris pour un joueur ! De même, à chaque fois qu’il foule le parquet du Madison Square Garden, antre de son équipe favorite, les New York Knicks, Nicolas Bermond ne peut s’empêcher de penser à sa première dans ce lieu mythique, en 1999, avec ses parents.

Un fan au service des fans

Œuvrant dorénavant au département média dans un bureau en charge de la distribution des programmes pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, il manage les huit plus gros marchés européens, dont la France. Lui-même confronté aux problématiques rencontrées par les fans européens, il met donc en place, avec son bureau, plusieurs initiatives afin de développer la marque NBA. Diffusion dans des cinémas en collaboration avec TrashTalk, développement sur tous les supports numériques, programmation de rencontres en prime-time européen les week-ends… Chaque année, un match est même délocalisé en Europe ! Alors, le 28 mars dernier, Nicolas Bermond était dans les locaux de beINsport à Paris pour annoncer une excellente nouvelle aux fans français : la tenue d’un match entre les Milwaukee Bucks et les Charlotte Hornets à l’AccorHotel Arena le 24 janvier 2020. Un sujet qu’il avait abordé lors de l’entretien téléphonique quelques jours plus tôt, s’épanchant également sur l’un de ses souhaits : « Avec les Jeux olympiques à Paris en 2024, pourquoi ne pas faire venir la Team USA à Monaco comme en 1992 ? J’adorerais organiser cela en Principauté ! »

Jérémie Bernigole

© DR

* Franchise NBA.

** Meneur de jeu américain aux 229 matches en NBA, qui a évolué à Monaco de 1985 à 1989.

A lire aussi...

  • Sport

Décès de Niki Lauda, triple champion du monde de Formule 1

21 mai 2019 - 17h26

Le pilote autrichien s’en est allé « paisiblement », hier, a annoncé sa famille dans un communiqué. Il s’était illustré en Formule 1 en remportant trois titres de champion du monde et…

Lire la suite
  • Société
  • Sport

Des gobelets écologiques à 2€ en pole position du Grand Prix de Monaco

21 mai 2019 - 15h16

A six jours du Grand Prix 2019, Monacup’Green va créer pour la première fois des gobelets écologiques, recyclables, réutilisables et lavables customisés pour cette occasion et proposés à tous les…

Lire la suite
LIVE !
Projection du film "Sweetie" à 20h au Théâtre des Variétés
21 mai 2019 - 15h23
Psychologiquement et affectivement perturbée, Kay éprouve de profondes angoisses dans la vie. Son mariage avec Louis n’arrange que momentanément les choses. Le retour de sa sœur aînée, Sweetie, va bousculer l’existence du couple.
27e édition du World Stars Football Match à 19h au Stade Louis II
21 mai 2019 - 11h46
L’A.S. Star Team MC composée d’importantes personnalités du monde, dont le prince Albert II, président d’honneur de l’association mais aussi capitaine, rencontrera les pilotes de F1 de la Nazionale Piloti pour le traditionnel rendez-vous. Les bénéfices récoltés à cette occasion permettront d’aider des enfants en difficulté dans le monde.
Ciné-Club « Love, Simon » à 19h à l’Agora Maison Diocésaine
20 mai 2019 - 15h16
Simon a une vie normale. Mais il garde pour lui un grand secret : personne ne sait qu’il est gay. Alors que son secret est menacé d’être révélé, la vie de Simon bascule dans une aventure aussi drôle que bouleversante...
Monaco participe à la 129e session du Comité des ministres à Helsinki
20 mai 2019 - 10h45
Cette réunion s’est déroulée les 16 et 17 mai et a rassemblé les ministres des Affaires étrangères des 47 états membres du Conseil de l’Europe. A son issue, les ministres ont adopté une décision politique réaffirmant les droits et obligations de chaque Etat, dont la nécessité de mettre en place un dispositif d'action permettant de pouvoir réagir lorsqu’un état ne respecte pas ses obligations ou les principes fondamentaux défendus par le Conseil de l'Europe.
Concert par l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo à 18h
19 mai 2019 - 07h00
Evènement au profit de l’AMADE. Rendez-vous à l’Auditorium Rainier III.
17e Soirée des Artistes Associés
18 mai 2019 - 15h30
Un concert est organisé à 20h15 au Théâtre des Variétés.
L’ASM Basket termine sa saison régulière à Antibes
18 mai 2019 - 14h02
Déjà assurée de disputer les play-offs grâce à l’incroyable remontée orchestrée par Sasa Obradovic, l’ASM Basket se déplace chez le voisin antibois à 20h pour clôturer sa saison régulière. L’objectif pour les Monégasques est de garder cette 2e place, également dans le viseur de Nanterre.
L’AS Monaco n’a pas le droit à l’erreur, ce soir face à Amiens
18 mai 2019 - 10h37
C’est le match de la peur pour l’AS Monaco, qui reçoit Amiens à 21h au stade Louis-II. Les hommes de Leonardo Jardim ne parviennent pas à sortir de leur spirale négative et la victoire est obligatoire face aux Amiénois, 16es avec deux points d’avance sur les Monégasques. Caen et Dijon, adversaires directs pour le maintien en L1, se déplacent respectivement à Lyon et Paris.
VIDEOS

Pouce La Vie #2

RetourEnImages Le concert #PouceLaVie2 a rassemblé plus de 200 personnes 🥁 Une belle réussite pour la Fondation Flavien qui a levé à ce jour 500 000 ...

2 avril 2019 - 16h05

La Gazette de Monaco Immo