• Extension en mer

Des entrailles de la Terre à celles de la mer, le long parcours des « cailloux »

16 février 2018 - 17h36

Près d’un million et demi de tonnes de granulats sont nécessaires à la seule phase de réalisation du remblai d’assise des futurs caissons. Produits à Châteauneuf-les-Martigues, ils sont acheminés par la mer au rythme d’une rotation toutes les 71 heures pour un total d’une cinquantaine de ces rotations.

Tout débute au bout d’une petite route sinueuse, tout en haut d’une colline. C’est ici, dans la carrière Jean Lefebvre que sont préparés, depuis le 6 avril dernier, les matériaux de blocométrie 20/180, c’est-àdire d’une longueur comprise entre 20 et 180mm. Inaugurée en 1973 et atteignant une superficie de 156 hectares, cette carrière s’affiche comme l’une des plus grandes de la région pour la production de roches calcaires massives. Pourtant, avec l’arrivée de la commande monégasque, c’est tout l’ensemble du fonctionnement qui a été revu. Travaillant pour le groupe Arcelormittal, pour des centrales à béton, d’importantes industries de travaux publics ou du bâtiment et bien d’autres encore, la carrière offre une capacité de production moyenne annuelle de 1,5 à 2 millions de tonnes. C’est dire si le supplément généré par les besoins monégasques, 1 450 000 tonnes, suppose un surplus sensible d’activité ! De nombreuses installations ont été spécifiquement aménagées, des investissements alloués, des personnels recrutés.

Première partie : la production

Direction le ventre de cette colline, où retentit un grondement sourd. Comme chaque jour désormais, un tir de mine vient d’être effectué, fragmentant la roche en milliers de morceaux inégaux. Une pelleteuse prend alors le relais pour déverser ces blocs régurgités par la Terre dans un concasseur. Des chargeurs emplissent des engins spécifiques, les tombereaux, qui vont aller stocker les blocs d’une taille désormais réduite dans une zone dédiée. Vient ensuite le temps du débourbage consistant à retirer l’argile des granulats, du lavage, du criblage (séparation du matériau selon la taille) et du chargement des camions. Les tombereaux, de nouveau chargés, acheminent ainsi le matériau vers une forme de tapis roulant baptisé convoyeur, qui conduit les blocs dans un innovant tambour géant, façon machine à laver, le débourbeur, d’où les « cailloux » ressortent dépourvus d’argile. Le matériau transite ensuite dans un crible laveur avant de gagner un nouveau convoyeur qui le dirige vers un silo géant de 250 tonnes. Sans discontinuer, les camions de type semi- remorques alimentent un curieux balai. Arrivés sous le silo, ils sont pesés automatiquement à vide. Puis emplis de 30 tonnes chacun de matériau, toujours de manière automatisée et en moins d’une minute, avant de laisser la place à un autre chargement. Plus de 50 000 camions sortiront ainsi de la carrière en quelque dix mois…

Puis le temps de l’acheminement…

A une quarantaine de kilomètres de la carrière Jean Lefebvre, le port de Fos-sur-Mer. Dès l’entrée du terminal minéralier s’ouvre un vaste espace, pour partie dédié au projet monégasque d’extension du territoire sur la mer. Ici, tout est méticuleusement organisé. Sur la gauche, un immense « tas ». Il s’agit de 30 000 tonnes de matériau déversées par les camions venus de Châteauneuf-les-Martigues. 30 000, un nombre que nous allons retrouver plus tard… Car il ne s’agit pas d’une coïncidence si la capacité de chargement du gigantesque Simon Stevin et de ses 200 mètres de longueur affiche, elle aussi… 30 000 tonnes. Ce premier tas de granulats est qualifié de stock de sécurité. Il ne devrait être embarqué à bord du mastodonte d’acier qu’au cours du dernier voyage pour Monaco. En effet, dans un cadre logistique, il a été envisagé une paralysie de l’acheminement du matériau entre Châteauneuf et Fos. Une grève impactant les accès routiers, par exemple. Afin de ne pas immobiliser le Simon Stevin et se donner une forme de bulle d’oxygène, ce stock de sécurité permet d’effectuer une rotation du navire sans intervention extérieure, explique Guillaume Robe, chef de service adjoint chez Bouygues TP.

… et du chargement

En cette mi-janvier, à quelques mètres du stock de sécurité, un autre « tas » prend un embonpoint considérable. En effet, pendant que le navire effectue une rotation, les camions continuent à acheminer le matériau. Un rapide calcul façon leçon de mathématique de primaire : le Simon Stevin embarque 30 000 tonnes de matériau. Chaque camion transportant 30tonnes de ce même matériau, il faut un millier de rotations entre Châteauneuf et Fos pour permettre le remplissage du Simon Stevin. Encore un petit calcul, pas bien compliqué non plus. Maintenant que l’on connaît la capacité de chargement du navire et que l’on précise le rythme de chargement, 1 500 tonnes par heure, l’on aboutit à un total d’une vingtaine d’heures pour un chargement complet du Simon Stevin. Un rythme que n’arriveraient pas à suivre les camions, d’où le fait que les rotations se poursuivent pendant que le navire est entre Fos et Monaco et que grossit le stock dit d’avance. Et puisqu’il est question du Simon Stevin, le voici qui pointe le bout de son étrave. Prévu à quai pour 15 heures, il affiche un léger retard en raison des conditions météo particulièrement venteuses en ce 17 janvier, rafales à plus de 100km/h. A 16 heures, il entame sa manœuvre d’accostage. Tout va très vite, selon un processus bien rodé. Les deux trémies situées à proximité du stock d’avance reçoivent le matériau acheminé dudit stock d’avance par d’énormes chargeurs de l’ordre de 600cv et dont le volume du godet pourrait embarquer plusieurs Renault Twingo (voir images), mais aussi des semi remorques arrivant sans discontinuer de la carrière. Via deux convoyeurs parallèles, le matériau rejoint des cribles laveurs. Deux opérations s’y déroulent. Un, le lavage par jets sous haute pression (voir plus bas), mais aussi la séparation du matériau de type 4/20. Plus loin, le passage par un dessableur permet d’extraire le 0/4 (qualifié de sable). A l’issue de cette phase ne subsiste donc plus que le 20/180 recherché qui prend alors le chemin, toujours par le biais de convoyeurs, de nouvelles trémies qui vont déposer le matériau dans deux « sauterelles » (convoyeurs obliques). A 16h51, ces sauterelles déversent leurs premiers cailloux dans l’estomac du colosse flottant. L’opération ne s’achèvera que le lendemain en début d’après-midi. Pendant ces vingt heures de chargement, à l’intérieur de chacune des deux cales du navire, des pelleteuses oeuvrent sans cesse à la répartition des masses.

Un navire unique

Conçu spécifiquement pour ce type d’activité, le Simon Stevin est équipé en son centre d’un puits dans lequel viennent prendre place des tronçons de tube d’un mètre de diamètre. D’une longueur de dix mètres, ces tubes sont assemblés à la demande, selon la profondeur des fonds afin de pouvoir déposer les 20/180 au plus près des fonds marins et ainsi, en complément des précédents lavages du matériau, limiter au maximum la turbidité générée.

Georges-Olivier Kalifa

Photos © GOK


A lire aussi...

  • Extension en mer
  • Urbanisme

Les entreprises JB Pastor & Fils arrêtent leurs chantiers sauf trois priorités

19 mars 2020 - 15h39

Demain, les entreprises JB Pastor & Fils vont stopper toutes leurs opérations publiques ou privées à l’exception de trois opérations privées proritaires. Toutes les opérations publiques du groupe vont être…

Lire la suite
  • Extension en mer

Une opération spectaculaire : l’enlèvement des obturateurs

18 mars 2020 - 07h01

Convoyés depuis Marseille par la mer, les 18 caissons de la ceinture constituant le futur quartier Mareterra sis sur la nouvelle extension du territoire monégasque sur la mer, ont été…

Lire la suite
LIVE !
Travailleurs indépendants : l'Etat met en œuvre le Revenu Minimum Extraordinaire dès aujourd'hui 
1 avril 2020 - 15h21
Dans cette situation économique sans précédent, il s'agit d'octroyer un Revenu Minimum Extraordinaire (RME) d’un montant forfaitaire de 1 800 euros aux travailleurs indépendants en activité en nom propre, qui se retrouveraient sans ressources et qui en feraient la demande selon les conditions prévues dans les textes. Pour faciliter les démarches des personnes concernées, une page dédiée à ce dispositif est mise en ligne, dès aujourd’hui, rubrique Covid-19. La demande complète devra être adressée exclusivement par email à covid19rme@gouv.mc au Welcome Office - Cellule Covid-19 Entreprises, qui informera alors le requérant de son éligibilité.     
Une cellule d'écoute anonyme et de parole pour les résidents de Monaco
1 avril 2020 - 13h52
Il s'agit d'une nouvelle plateforme téléphonique déployée aujourd'hui au sein du Centre d'appel COVID-19. L'objectif est d'organiser une écoute visant à apporter aux Monégasques et aux résidents des réponses et du réconfort face aux préoccupations et aux inquiétudes liés à la pandémie. Elle est accessible en composant le 92 05 55 00 tous les jours de 10h à 20h.
Les Ballets de Monte-Carlo diffuse "Lac" de Jean-Christophe Maillot ce soir à 17h sur Monaco Info
1 avril 2020 - 11h45
EasyJet immobilise sa flotte commerciale
30 mars 2020 - 14h29
Alors que la situation sanitaire continue de se développer dans le monde, les transports aériens sont particulièrement touchés par les mesures de confinement prises dans les différents pays. Plusieurs aéroports, dont celui de Nice, ont déjà fermé des terminaux. L’aéroport de Paris Orly va quant à lui être fermé aux vols commerciaux à partir de demain. Les compagnies ne sont pas épargnées et EasyJet a annoncé ce lundi l’immobilisation au sol de ses 344 avions pour une durée indéterminée. La compagnie continue toutefois à opérer des vols de sauvetage, permettant le rapatriement de personnes à l'étranger. Le dernier en date ayant été effectué dimanche. Depuis le début de la crise, 650 vols de sauvetage ont été organisés et 45 000 personnes ont pu rentrer chez elles. 
Prime mensuelle pour les personnels soignants ?
28 mars 2020 - 16h28
Dans un communiqué qui vient d’être publié, le Conseil national approuve la décision du gouvernement d’accorder une prime exceptionnelle de 1 000 euros pour tous les fonctionnaires et agents de l’Etat et de la Commune qui travaillent à leur poste. Pour les Conseillers nationaux, tout personnel public qui est tenu de rompre le confinement mérite cette prime, qui doit bien évidemment être étendue aux agents de la Sûreté publique, à ceux du corps des Sapeurs-Pompiers. Le Conseil national demande qu’elle soit attribuée aussi aux personnels administratifs du pôle santé de la Principauté (CHPG, IM2S, Centre Cardio-Thoracique, Centre Privé d’Hémodialyse). Pour les personnels soignants, qui évoluent au CHPG au cœur de la lutte contre le Covid-19, le Conseil national veut aller plus loin et souhaite que cette prime de 1 000 euros soit versée tous les mois, jusqu’à la fin de la crise. Cette prime devra par extension être versée aux personnels soignants des trois autres établissements mobilisés. Le Conseil national demande également à toutes les sociétés concessionnaires de service public qui sont mobilisées dans le cadre de cette crise, d’attribuer une gratification similaire aux personnels qui s’exposent et qui participent eux aussi activement au maintien du bien-être de la population.
Un service de bus ZOU spécial pendant la pandémie entre Beaulieu-sur-Mer, Monaco et Menton
27 mars 2020 - 16h44
Depuis ce matin, le service de bus ZOU a mis en place une ligne entre le port de Beaulieu-sur-Mer, Monaco, Menton et inversement. Opérationnelle du lundi au dimanche, toutes les demi-heures de 6h00 à 19h30 dans le sens Menton-Beaulieu et de 6h30 à 19h30 dans le sens Beaulieu-Menton. Dans le sens Beaulieu-Monaco, ce bus desservira les arrêts de la ligne 100 en Principauté : Cimetière ; Place d’Armes (Serravalle) ; Princesse Antoinette (gare) ; Monte-Carlo tourisme ; Place des Moulins ; Saint Roman et dans le sens Monaco-Beaulieu, les arrêts desservis sont : Saint Roman ; Place des Moulins ; Monte-Carlo casino ; Place Sainte Dévote ; Place d’Armes.
Gratuité sur les transports régionaux pour les personnels soignants
26 mars 2020 - 15h44
Les personnels soignants peuvent voyager gratuitement sur tous les transports régionaux pendant toute la durée du confinement. Cette mesure s’applique, a précisé le président de la région PACA, sur présentation d’une carte professionnelle ou attestation de l’employeur. Le cas échéant, les abonnements leur seront remboursés.
La ligne 100 suspendue
26 mars 2020 - 14h42
Dans le cadre des mesures liées à la crise du coronavirus, les lignes de bus 100 et 100X sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. En revanche, la ligne 112 qui assure la liaison Nice-Monaco par Eze fonctionne encore ainsi que la 110 Nice Aéroport-Monaco-Menton (horaires à vérifier). Tous renseignements peuvent être obtenus au 0 809 400 013 ou sur le site zou.maregionsud.fr
VIDEOS
La Gazette de Monaco Immo