• Immobilier

Dante Oscar Benini : « Un projet a changé ma vie »

2 mai 2019 - 14h01

L’architecte italien s’est installé en tant que designer depuis quelques années au Patio Palace et depuis un an plus exactement dans les bureaux de la société de conseil Altiqa, dont il a réalisé l’aménagement intérieur. D’un naturel loquace, Dante Oscar Benini ne s’est pas fait prier pour s’exprimer sur ses plus belles réalisations et évoquer un destin, le sien, consacré à l’architecture.

Au deuxième étage du Patio Palace, les bureaux en déclinaison de gris de la société Altiqa laissent une impression futuriste. Il est 15h en cette journée printanière et Dante Oscar Benini est ponctuel. Il incarne l’Italien dans toute sa splendeur : costume gris élégant, visage souriant et gestes chaleureux… Dans un français approximatif où se glisse parfois quelques mots d’anglais, il débute le conte de sa vie à renfort d’idiomes italiennes « Ma ! » et d’anecdotes savoureuses. Le langage cosmopolite s’explique aussi par les nombreux voyages et rencontres qui ont émaillé sa vie. S’il a eu des bureaux à Londres pendant cinq ans, puis à Istanbul pendant 15 ans, c’est à Milan, où il naît en 1947, que son siège principal a toujours été. Né d’une mère napolitaine et d’un père vénitien, Dante Oscar Benini se retrouve orphelin à l’âge de neuf ans. « J’ai grandi avec ma grand-mère à Venise, dans un espace aussi grand que cette salle de réunion », explique-t-il, joignant le geste à la parole et désignant les 15 mètres carrés de la pièce. Et puis, comme si c’était écrit, l’architecture lui ouvre les bras.

Tournant d’une carrière

Sa rencontre avec l’illustre Carlo Scarpa à l’adolescence fait preuve d’entrée en matière. A la fin des années 1960, il entame alors des études à l’Université, qui seront avortées dans un contexte de crise politique nationale et d’émergence de mouvements révolutionnaires. Et puis, « un jour, le directeur d’une grande société brésilienne, Copersucar, a rendu visite à Carlo. Il était également orphelin et a eu beaucoup d’empathie envers moi ». Cette nouvelle rencontre le pousse à 23 ans à quitter son Italie natale pour le Brésil, où il restera neuf ans. Il collabore avec nul autre qu’Oscar Niemeyer, qui lui apporte « sa plus grande expérience en architecture ». Dante Oscar Benini se remémore d’ailleurs le centenaire de l’architecte brésilien, décédé en 2012 à l’âge de 105 ans : « J’avais commandé un gâteau de un mètre de diamètre avec 100 bougies en Italie et j’ai pris l’avion pour aller célébrer son anniversaire à ses côtés ! ». Durant ses années en Amérique latine, l’Italien obtient aussi son diplôme à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, en 1979. Durant vingt ans, il fréquente tour à tour Frank Gehry dans le cadre d’un projet commun, puis Richard Meier… « J’ai rencontré trois Prix Pritzker ! Dieu voulait que je fasse de l’architecture », plaisante-t-il. En 1997, l’architecte fonde enfin son atelier, Dante O. Benini and Partners Architects, à Milan.

Reconnaissance

Parmi la pléthore de ses œuvres, certaines ont un goût plus particulier. « Il y a un projet professionnel qui a changé ma vie professionnelle et m’a ouvert les portes du monde », confie Dante Oscar Benini avec une lueur de malice dans le regard. Il s’agit de Prélios, un projet de trois gratte-ciels avec une couverture en inox, réalisé dans les années 2000 à Milan. Un autre, toujours dans la capitale du design, débute trois ans plus tard. « A l’époque, les tours jumelles venaient de s’effondrer et l’on voyait ces images terribles de personnes se jeter par les fenêtres. Je me suis dit que pour un architecte, cela devait être terrible. J’y ai donc pensé pour la conception de la tour Abdi Ibrahim, qui mesure 160 mètres de hauteur. J’ai réalisé un filet en acier avec une sorte d’escalier central extérieur. L’idée étant qu’en cas de scénario similaire, les personnes auraient une option pour s’échapper. Si une seule personne pouvait survivre grâce à cette architecture, cela serait une victoire », relate l’architecte.

Expériences russes

Mais l’architecte, récompensé pour le meilleur plan urbanistique en 2008 pour Globe Town, la ville de Novgorod, est aussi novateur. Il y a plus de dix ans, il imagine un système de climatisation basé sur le principe des pompes à chaleur. L’eau serait puisée dans la Volga, passerait dans des tuyaux traversant une galerie de béton, remplie de neige compactée, avant d’alimenter les systèmes de climatisation. L’énergie utilisée serait naturelle et surtout, la température serait maintenue au plus bas le long de la boucle. Un projet qu’il a eu l’occasion de présenter à Vladimir Poutine en personne ! « Je me souviens que je me suis levé un peu brusquement pour lui donner des explications sur la brochure qu’il avait entre les mains. Ses gardes du corps se sont mis en alerte ! », se remémore-t-il avec stupeur. L’incident est heureusement vite dissipé. En Russie, il a également réalisé une belle opération sociale avec Pavshino Living Art Towers : cinq gratte-ciels aux façades peintes, par l’artiste Mario Arlatti, de couleurs différentes et accueillant chacun une soixantaine d’appartements de 50 mètres carrés. « Ma plus grande fierté a été de recevoir la lettre d’un père qui me remerciait d’avoir donné de la dignité à sa famille. Son fils, enthousiaste, pouvait enfin montrer son immeuble de loin à ses camarades car il se démarquait des autres barres d’immeubles grâce à sa peinture. »

Design à Monaco

Aujourd’hui, Dante Oscar Benini, récompensé entre autres par la médaille RIBA et la médaille d’or d’architecture en Italie, se consacre davantage au design et à l’agencement intérieur, qu’il s’agisse d’appartements privés ou de yachts. Pour ces derniers, il travaille avec « le meilleur » de la place, Espen Oeino. « Actuellement, nous réalisons deux bateaux, un de 65 mètres et un autre de 74 mètres. » Il semble que l’architecte ne manque pas d’énergie. « J’aime la mer et Monaco, parmi toutes les villes du monde, est ma préférée », glisse-t-il songeur. Soudain distrait par son smartphone qu’il commence à parcourir, il commente avec fierté les photos prises avec ses amis, qui défilent sur l’écran. Une liste de grands noms parmi lesquels figurent Tadao Ando, David Chipperfield, Daniel Libeskind, Jean Nouvel, Philippe Starck… « Voilà, c’est ma vie ! », réalise-il presque, avec émotion dans la voix.

Délia Kriel

© DR

A lire aussi...

  • Immobilier
  • Société

Ordre des Architectes : un nouveau bureau élu

15 février 2020 - 11h21

L’annonce a été officialisée dans le Journal de Monaco n° 8471, en date du 31 janvier 2020. La présidence du nouveau bureau élu pour la période 2020-2022 est assurée par…

Lire la suite
  • Immobilier

Le marché monégasque confirme son dynamisme

14 février 2020 - 14h27

Un volume global proche de 3 Mds d’euros, un prix moyen pour les reventes supérieur à 48 000 euros, de nombreux programmes en cours de commercialisation à des niveaux élevés, le…

Lire la suite
LIVE !
Coronavirus : la Croix-Rouge monégasque lance un appel aux dons
19 février 2020 - 09h53
La Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge a lancé un appel de 32 millions de francs suisses destiné à financer des mesures de prévention contre le coronavirus. La Croix-Rouge monégasque a déjà remis 70 000 euros à la FICR et elle propose de réaliser des dons (en précisant coronavirus) adressés à son siège 27, boulevard de Suisse ou sur son site internet www.croix-rouge.mc
Thé littéraire : « Coups de cœur des lecteurs » à 17h à la Bibliothèque Louis Notari
19 février 2020 - 09h45
Opéra « Street Scene » vendredi 21 (gala), mardi 25 février à 20h et dimanche 23 février à 15h à la Salle Garnier de l’Opéra Monte-Carlo
18 février 2020 - 10h45
De Kurt Weill avec Geoffrey Dolton, Jeni Bern, Scott Wilde, Lucy Schaufer, Harriet Williams, Mandisinde Mbuyazwe, Patricia Racette, Joel Prieto, Tyler Clarke, Paulo Szot, Gerardo Bullon, Pierre Emmanuel Roubet, Marta Fontanals-Simmons, Richard Burkhard, Mary Bevan, le Choeur de l’Opéra de Monte-Carlo, le Chœur d’enfants de l’Académie Rainier III et l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Lee Reynolds, organisé par l'Opéra de Monte-Carlo.
Thé littéraire : « Coups de cœur des lecteurs » demain à 17h à la Bibliothèque Louis Notari
18 février 2020 - 10h38
Jeudi 20 février, au Méridien Hôtel à 18h30, se tiendra une présentation « Vroom Spotlight and Networking » présentée par Integius, une entreprise autrichienne de technologie immobilière spécialisée dans la maison intelligente.
18 février 2020 - 10h07
Ciné club : « Les faussaires » de Frédéric Blum (1994), présenté par Jean-Christophe Gay à 19h à la Bibliothèque Louis Notari
18 février 2020 - 09h12
Conférence sur le thème « Les Grimaldi, une grande lignée Francophone au cœur de l’Europe dynastique » à 18h30 au Méridien Beach Plaza
17 février 2020 - 08h05
Par Jean des Cars organisée par le Comité d’Entraide des Français de Monaco et l’Union de la Presse Francophone.
Exposition d'Icônes Brodées jusqu’au 3 avril à la Cathédrale de Monaco
16 février 2020 - 10h27
Exposition d'Icônes Brodées de l’Atelier Prikosnovenie de Moscou en collaboration avec le Consulat de Russie.
VIDEOS

Retour en images sur l’édition 2019 du Monaco Yacht Show

1 octobre 2019 - 16h13

La Gazette de Monaco Immo