• Sport

Daniela Ryf : « Quoi qu’il arrive, je ferai de mon mieux et je rebondirai »

18 février 2019 - 16h57

La triathlète suisse quadruple championne du monde d’Ironman et d’Ironman 70.3 ou Half Ironman, Daniela Ryf, se confie sur ses performances lors du championnat du monde 2018 ainsi que sur ses objectifs pour 2019.

Une chambre de l’hôtel Méridien Monaco s’est transformée, le temps d’une journée, en salle d’interview à l’occasion des Laureus World Sports Awards. Elle attendait, visage apaisé et sourire aux lèvres. Prête à répondre aux questions.

 

Vous avez établi un nouveau record du monde en septembre 2018 lors des championnats du monde d’Ironman à Kona (Hawaï). Quel a été votre sentiment lorsque vous avez franchi la ligne d’arrivée ?

C’était une course particulière puisque j’ai eu un départ mitigé, et honnêtement, j’ai même pensé que je n’arriverai pas à la finir. Lorsque j’ai franchi la ligne, c’était incroyable, c’était super. Malgré la difficulté, j’avais gagné. Aujourd’hui, c’est probablement la course la plus problématique que j’ai connu.

 

Qu’avez-vous appris de cette course ?

Quand vous êtes face à une situation pareille, il est nécessaire de continuer à se battre et de ne pas abandonner. Il n’est jamais trop tard pour changer et avancer, même si nous avons le sentiment que nous sommes face à une impasse et que rien ne va se passer comme prévu. A ce moment précis, il faut changer de voie, et souvent ce n’est pas une question qu’on se pose lorsqu’on est en pleine course. Tout le monde peut se reprendre au lieu d’abandonner.

 

Sur quels Ironman allez-vous vous aligner ? Quels sont ceux que vous appréciez le plus et ceux que vous appréhendez davantage ?

Je ne l’ai pas encore annoncé officiellement, mais je ferai sûrement l’Ironman 70.3 de Klagenfurt, en Autriche en juillet ainsi que celui de Nice (qui a récemment été nommée comme ville hôte pour le championnat du monde Ironman 70.3 le 30 juin 2019 N.D.L.R.).

Je n’ai pas vraiment de course préférée, mais je dois avouer que j’attends avec impatience l’Ironman de Nice ! (Elle sourit) C’est une course technique, et en ce qui concerne la partie à vélo, ce sera un nouveau challenge pour moi.  J’adore les défis, cela me motive énormément.

Concernant les courses que j’appréhende… (silence) Il n’y en a pas, ou alors je ne les ferais pas.  J’aime toutes les courses auxquelles je participe. Tout dépend bien sûr du contexte, de la manière dont je me sens, de mon entraînement, de la météo. Par exemple, j’ai fait une course à Francfort il y a des années, le temps était horrible, je n’ai pas vraiment apprécié. Je suis retournée deux ans après et j’ai eu un moment fantastique. Il n’y a pas de mauvaise course, tout dépend des facteurs extérieurs.

 

Avez-vous déjà eu peur de faire une compétition ?

Non. Une des courses les plus difficiles est celle de Kona qui nécessite plus de préparation, plus d’entraînement. Je la respecte mais je n’en ai pas peur.  

 

Quelle a été la course la plus difficile de votre carrière et pourquoi ?

C’était en Afrique du Sud, j’étais blessée et je devais absolument me qualifier pour la course de Kona.  Deux semaines avant, je ne pouvais pas nager à cause de ma blessure et dans ma tête je me disais que je ne pourrais peut-être pas rouler ou courir.  Douze jours avant la course, je m’entraînais peu. C’était émotionnellement dur. L’Ironman n’est pas une épreuve facile, et je n’étais pas totalement prête pour participer, je savais que cela serait dur et je me demandais si je pouvais la faire.  C’était l’inconnu. Et je l’appréhendais beaucoup. Finalement, la course fut géniale. J’ai appris à avoir confiance en moi. Je sais que quoi qu’il arrive, je ferai de mon mieux, et je rebondirai.

 

Que faites-vous dès que vous avez du temps libre ?

Je dors beaucoup ! J’adore dormir et j’en ai besoin. Ce sport demande beaucoup d’investissement, donc dès que j’ai un peu de temps libre, je me détends. J’aime la normalité, les sorties entre amis, voir ma famille. Être entourée des personnes que j’aime est vraiment important pour moi.

Si je dois me comparer avec une personne qui a des horaires de bureau, j’ai beaucoup de temps libre, mais mes entraînements sont exigeants, donc j’ai besoin de me reposer et c’est dur d’avoir un équilibre car je suis souvent fatiguée. Le plus compliqué ce n’est pas d’avoir du temps libre, c’est savoir l’équilibrer.

Propos recueillis par Daniela Guerra

@Media Interviews – 2019 Laureus World Sports Awards – Monaco

A lire aussi...

  • Sport

Les premiers engagés du Meeting Herculis EBS 2019 sont connus

19 mai 2019 - 16h21

Le 12 juillet prochain, à partir de 19h, le stade Louis II ouvrira ses portes pour le Meeting Herculis EBS 2019, élu meilleur meeting du monde en 2018. Les organisateurs…

Lire la suite
  • Société
  • Sport

Pétanque : des tournois pour les entreprises monégasques

19 mai 2019 - 15h30

Le club bouliste monégasque organise, un mercredi sur deux, un tournoi « de boules » pour les entreprises monégasques. Une expérience conviviale et créatrice de lien entre les joueurs. « Ces challenges sont…

Lire la suite
LIVE !
Concert par l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo à 18h
19 mai 2019 - 07h00
Evènement au profit de l’AMADE. Rendez-vous à l’Auditorium Rainier III.
17e Soirée des Artistes Associés
18 mai 2019 - 15h30
Un concert est organisé à 20h15 au Théâtre des Variétés.
L’ASM Basket termine sa saison régulière à Antibes
18 mai 2019 - 14h02
Déjà assurée de disputer les play-offs grâce à l’incroyable remontée orchestrée par Sasa Obradovic, l’ASM Basket se déplace chez le voisin antibois à 20h pour clôturer sa saison régulière. L’objectif pour les Monégasques est de garder cette 2e place, également dans le viseur de Nanterre.
L’AS Monaco n’a pas le droit à l’erreur, ce soir face à Amiens
18 mai 2019 - 10h37
C’est le match de la peur pour l’AS Monaco, qui reçoit Amiens à 21h au stade Louis-II. Les hommes de Leonardo Jardim ne parviennent pas à sortir de leur spirale négative et la victoire est obligatoire face aux Amiénois, 16es avec deux points d’avance sur les Monégasques. Caen et Dijon, adversaires directs pour le maintien en L1, se déplacent respectivement à Lyon et Paris.
Monte-Carlo Fashion Week : programme du jour
18 mai 2019 - 09h16
Pour l’avant-dernier jour de la manifestation, le Fashion Market Place est organisé à 14h au Chapiteau de Fontvieille, puis Alberta Ferretti proposera un défilé à 19h au Yacht Club. A la même heure, un autre évènement, le défilé « Présent Ancestral », se tiendra au Meridien Beach Plaza Hotel, au profit de l’association mexicaine « Kaalàn Neék ».
Monte-Carlo Fashion Week : programme du jour
17 mai 2019 - 12h36
La journée débutera par le Fashion Show, de 14h à 18h au Chapiteau de Fontvieille, avec notamment Jiri Kalfar, Beach & Cashmere Monaco ou encore Carlotta Roma. La Fashio Awards Ceremony prendra le relai à 19h30 au Musée océanographique, avant de laisser place à un after programmé au Jimmy’z à partir de 23h.
Jules et Marcel, ce soir à 20h30 au Théâtre des Muses
17 mai 2019 - 09h14
Pièce d’environ 1h20, d’après les correspondances entre Marcel Pagnol et Jules Muraire, alias « Raimu ».
« Et pendant ce temps, Simone Veille » à 20h30 au Théâtre des Variétés
16 mai 2019 - 13h56
Cette pièce relate l’évolution de la condition féminine en France, au travers de trois lignées de femmes sur quatre générations, des années 1950 à nos jours, sous le regard historico-comique d’une Simone qui veille au pays de la Femme…
VIDEOS

Pouce La Vie #2

RetourEnImages Le concert #PouceLaVie2 a rassemblé plus de 200 personnes 🥁 Une belle réussite pour la Fondation Flavien qui a levé à ce jour 500 000 ...

2 avril 2019 - 16h05

La Gazette de Monaco Immo