• Sport

Daniela Ryf : « Quoi qu’il arrive, je ferai de mon mieux et je rebondirai »

18 février 2019 - 16h57

La triathlète suisse quadruple championne du monde d’Ironman et d’Ironman 70.3 ou Half Ironman, Daniela Ryf, se confie sur ses performances lors du championnat du monde 2018 ainsi que sur ses objectifs pour 2019.

Une chambre de l’hôtel Méridien Monaco s’est transformée, le temps d’une journée, en salle d’interview à l’occasion des Laureus World Sports Awards. Elle attendait, visage apaisé et sourire aux lèvres. Prête à répondre aux questions.

 

Vous avez établi un nouveau record du monde en septembre 2018 lors des championnats du monde d’Ironman à Kona (Hawaï). Quel a été votre sentiment lorsque vous avez franchi la ligne d’arrivée ?

C’était une course particulière puisque j’ai eu un départ mitigé, et honnêtement, j’ai même pensé que je n’arriverai pas à la finir. Lorsque j’ai franchi la ligne, c’était incroyable, c’était super. Malgré la difficulté, j’avais gagné. Aujourd’hui, c’est probablement la course la plus problématique que j’ai connu.

 

Qu’avez-vous appris de cette course ?

Quand vous êtes face à une situation pareille, il est nécessaire de continuer à se battre et de ne pas abandonner. Il n’est jamais trop tard pour changer et avancer, même si nous avons le sentiment que nous sommes face à une impasse et que rien ne va se passer comme prévu. A ce moment précis, il faut changer de voie, et souvent ce n’est pas une question qu’on se pose lorsqu’on est en pleine course. Tout le monde peut se reprendre au lieu d’abandonner.

 

Sur quels Ironman allez-vous vous aligner ? Quels sont ceux que vous appréciez le plus et ceux que vous appréhendez davantage ?

Je ne l’ai pas encore annoncé officiellement, mais je ferai sûrement l’Ironman 70.3 de Klagenfurt, en Autriche en juillet ainsi que celui de Nice (qui a récemment été nommée comme ville hôte pour le championnat du monde Ironman 70.3 le 30 juin 2019 N.D.L.R.).

Je n’ai pas vraiment de course préférée, mais je dois avouer que j’attends avec impatience l’Ironman de Nice ! (Elle sourit) C’est une course technique, et en ce qui concerne la partie à vélo, ce sera un nouveau challenge pour moi.  J’adore les défis, cela me motive énormément.

Concernant les courses que j’appréhende… (silence) Il n’y en a pas, ou alors je ne les ferais pas.  J’aime toutes les courses auxquelles je participe. Tout dépend bien sûr du contexte, de la manière dont je me sens, de mon entraînement, de la météo. Par exemple, j’ai fait une course à Francfort il y a des années, le temps était horrible, je n’ai pas vraiment apprécié. Je suis retournée deux ans après et j’ai eu un moment fantastique. Il n’y a pas de mauvaise course, tout dépend des facteurs extérieurs.

 

Avez-vous déjà eu peur de faire une compétition ?

Non. Une des courses les plus difficiles est celle de Kona qui nécessite plus de préparation, plus d’entraînement. Je la respecte mais je n’en ai pas peur.  

 

Quelle a été la course la plus difficile de votre carrière et pourquoi ?

C’était en Afrique du Sud, j’étais blessée et je devais absolument me qualifier pour la course de Kona.  Deux semaines avant, je ne pouvais pas nager à cause de ma blessure et dans ma tête je me disais que je ne pourrais peut-être pas rouler ou courir.  Douze jours avant la course, je m’entraînais peu. C’était émotionnellement dur. L’Ironman n’est pas une épreuve facile, et je n’étais pas totalement prête pour participer, je savais que cela serait dur et je me demandais si je pouvais la faire.  C’était l’inconnu. Et je l’appréhendais beaucoup. Finalement, la course fut géniale. J’ai appris à avoir confiance en moi. Je sais que quoi qu’il arrive, je ferai de mon mieux, et je rebondirai.

 

Que faites-vous dès que vous avez du temps libre ?

Je dors beaucoup ! J’adore dormir et j’en ai besoin. Ce sport demande beaucoup d’investissement, donc dès que j’ai un peu de temps libre, je me détends. J’aime la normalité, les sorties entre amis, voir ma famille. Être entourée des personnes que j’aime est vraiment important pour moi.

Si je dois me comparer avec une personne qui a des horaires de bureau, j’ai beaucoup de temps libre, mais mes entraînements sont exigeants, donc j’ai besoin de me reposer et c’est dur d’avoir un équilibre car je suis souvent fatiguée. Le plus compliqué ce n’est pas d’avoir du temps libre, c’est savoir l’équilibrer.

Propos recueillis par Daniela Guerra

@Media Interviews – 2019 Laureus World Sports Awards – Monaco

A lire aussi...

  • Sport

Monaco Run : Raphaël Montoya est devenu le triathlète le plus rapide au monde sur 5km route

20 février 2020 - 07h30

Le sportif de 24 ans, vainqueur de la course monégasque U Giru de Natale en décembre 2019 et de la Prom Classic de Nice en début d’année (dont il a…

Lire la suite
  • Sport

La saison 2020 de F1 est lancée !

19 février 2020 - 16h48

A un peu moins d’un mois du premier Grand Prix de la saison 2020 de Formule 1, les écuries ont rendez-vous en Espagne pour trois jours d’essais. La première journée a…

Lire la suite
LIVE !
Récital "Diva on Detour" à 20h à la Salle Garnier de l’Opéra de Monte-Carlo
27 février 2020 - 09h47
Par Patricia Racette, soprano avec Craig Terry, piano, organisé par l'Opéra de Monte-Carlo. Au programme : chansons de Cole Porter, Stephen Sondheim, George Gershwin et Edith Piaf.
Conférence sur le thème « Réincarnation et karma : mythe ou réalité ? » par Philippe Deschamp à 19h30 à la Maison des Associations
27 février 2020 - 08h55
Conférence organisée par l'Association Amorc Monoecis.
Thursday Live Session avec The Limboos à 18h30 à l’Espace Indigo du Grimaldi Forum
27 février 2020 - 07h53
Conférence sur le thème « Réincarnation et karma : mythe ou réalité ? » par Philippe Deschamp demain à 19h30 à la Maison des Associations
26 février 2020 - 10h52
Conférence organisée par l'Association Amorc Monoecis.
Thursday Live Session avec The Limboos demain à 18h30 à l’Espace Indigo du Grimaldi Forum
26 février 2020 - 08h43
Ciné bla bla « Les extra-terrestres », analyse filmique animée par Jérémy Belando à 16h à la Sonothèque José Notari
26 février 2020 - 07h58
M.N. Lemieux : récital annulé
25 février 2020 - 11h49
En raison de circonstances familiales, Marie-Nicole Lemieux est contrainte d’annuler le récital « De Goethe à Baudelaire » du dimanche 1er mars à la salle Garnier. Les clients sont invités à se rapprocher du service billetterie pour le remboursement de leurs billets à l’Atrium du Casino de Monte-Carlo, Place du Casino ou au +377 98 06 28 28, ouvert du mardi au samedi et les jours de concert de 10h à 17h30.
Coronavirus : tests négatifs
25 février 2020 - 11h14
Les tests de détection du coronavirus réalisés sur 4 personnes présentant des symptômes suspects à Monaco se sont tous révélés négatifs. A cette heure, aucun cas n’est donc avéré en Principauté dont les autorités restent très vigilantes.
VIDEOS

Retour en images sur l’édition 2019 du Monaco Yacht Show

1 octobre 2019 - 16h13

La Gazette de Monaco Immo