• Santé

CHPG : Cancer de la prostate, le sujet tabou

6 février 2019 - 15h55

A l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre le cancer, le lundi 4 février, le Centre hospitalier Princesse Grace (CHPG) a organisé deux conférences : la première sur le cancer du sein, et la seconde sur le cancer de la prostate programmée hier soir au Lycée Technique et Hôtelier de Monaco. L’objectif ? Lever le voile sur ce sujet, souvent appréhendé par les hommes.

Hier soir, les premiers rangs de l’auditorium du Lycée Technique et Hôtelier étaient presque au complet. Une quarantaine de personnes attendait avec impatience la conférence. Six experts dans des domaines spécifiques ont débattu avec un public attentif. « Pourquoi parler de ce cancer ? demande le docteur Georges Garnier, cancérologue, C’est le cancer le plus fréquent chez l’homme, qui concerne notamment les plus de 50 ans ». Il y a eu environ 48 000 nouveaux cancers de la prostate par an en France, dont environ 8 300 décès. Pour Georges Garnier : « Malgré les progrès de la cancérologie, il reste encore beaucoup de décès. »

Connaissons-nous réellement la prostate ?

Organe tabou dans la conscience masculine, la prostate a une fonctionnalité mécanique sur la continence et le confort urinaire, ainsi qu’un rôle essentiel dans la sexualité « 40% du volumen de l’éjaculation viennent de la prostate » constate le docteur Xavier Carpentier, urologue, avant d’affirmer que « sans prostate on n’existerait pas ! ».

Tout commence avec une prise de sang. Les médecins cherchent un marqueur d’activité : L’antigène prostatique spécifique ou PSA. Cette substance est fabriquée naturellement par la prostate, et est présente dans le sang de tous les hommes. Lorsque la glande est anormale, la concentration (le taux) de PSA s’élève dans le sang. Le dosage du PSA permet donc de révéler une éventuelle anomalie de la prostate. Mais cette anomalie ne signifie pas forcément l’existence d’un cancer, car d’autres facteurs peuvent faire varier ce dosage. Pour Xavier Carpentier : « II n’y a pas de test unique pour ce cancer. Pour établir un diagnostic le médecin doit procéder à un toucher prostatique. » 

Le toucher prostatique : Pudeur et angoisse

Clé de voute de la détention du cancer, le toucher prostatique ou toucher rectal est souvent appréhendé par la gente masculine mais demeure indispensable pour le dépistage du cancer. « C’est un examen très simple, avec un intérêt majeur pour le dépistage, car malgré les avancées techniques de l’imagerie, la sensibilité du doigt reste le meilleur moyen de définir l’élasticité du tissu prostatique », affirme Xavier Carpentier.  En effet, grâce à cette méthode, des nodules ainsi que l’évolution du tissu de la prostate peuvent être constatés, ce qui permet de faire un diagnostic.

Quels traitements ?

Troisième pilier indispensable pour le diagnostic, l’IRM permet de guider les biopsies. Pour le docteur Jean Michel Cucchi, radiologue : « Grâce aux avancées technologiques en imagerie, nous pouvons éviter la chirurgie pour les petits nodules. » Autre moyen possible : la technique de médecine nucléaire TEP. Cette méthode permet de surveiller et d’anticiper l’évolution du cancer de la prostate. Elle est particulièrement recommandée pour détecter d’éventuelles récidives après un traitement, par exemple quand le taux de PSA augmente à nouveau de manière inexpliquée. « Grâce à la TEP, nous avons des images métaboliques de la lésion, nous pouvons observer des lésions qui demeurent invisibles pour l’IRM », explique le professeur Marc Faraggi.  Quant à la radiothérapie, technique qui utilise des rayonnements ionisants qui détruisent les cellules cancéreuses, le docteur Nicole Guiochet, radiologue explique « Nos machines sont tellement précises que nous réussissons aujourd’hui à éviter d’irradier les organes sains ! »

« On doit être capable de faire un traitement à la carte », pour le docteur Hervé Quintens, chirurgien-urologue, l’objectif des médecins n’est pas uniquement de traiter les patients, mais de garantir également une qualité de vie. Le CHPG dispose aujourd’hui de « robots chirurgicaux ». La précision des interventions permet de prévenir l’incontinence urinaire ainsi que le dysfonctionnement érectile.

Daniela Guerra

®Pixabay

A lire aussi...

  • Santé

Visite de Patrice Cellario et Didier Gamerdinger au CSM

16 février 2019 - 14h48

Hier, avant de prendre part à la marche organisée par la Fondation Flavien, les deux conseillers de gouvernement-ministres se sont rendus au Centre Scientifique de Monaco (CSM). Une Journée internationale…

Lire la suite
  • Santé
  • Société

Une marche pour les cancers pédiatriques : la lutte continue

16 février 2019 - 10h30

La journée des cancers pédiatriques et des maladies rares était hier. A cette occasion, la Fondation Flavien a organisé une marche symbolique. Retour sur cet événement riche en émotion. Ils…

Lire la suite
LIVE !
Oleg Petrov est le nouveau directeur général de l’AS Monaco FC
23 février 2019 - 12h15
Après avoir débarqué Vadim Vasilyev il y a une semaine, l’AS Monaco FC a annoncé, hier, la nomination de son remplaçant, Oleg Petrov, au poste de directeur général. Passé par divers secteurs d’activité comme l’électronique ou encore l’industrie du diamant, il maîtrise cinq langues (russe, anglais, grec, portugais et espagnol). « Nous nous connaissons depuis presque 20 ans. Dans tous les postes qu’il a occupés, Oleg a toujours obtenu d’excellents résultats », a notamment déclaré Dmitri Rybolovlev dans le communiqué du club.
Du tir à l’arc tout le week-end à l’Espace Saint-Antoine
23 février 2019 - 10h59
Gros week-end pour la Première Compagnie de Tir à l’Arc de Monaco, qui organise deux compétitions indoor. Le trophée départemental des mixtes se déroule cet après-midi à l’Espace Saint-Antoine, de 14h30 à 18h. Demain, au même endroit et de 9h à 17h30, plus d’une centaine d’archers, de Monaco ou de l’étranger, sont attendus pour disputer la XIIIe Coupe du Prince Albert II. Entrée libre et gratuite les deux jours (côté avenue Marquet, 2e étage).
Séance rencontre/dédicace avec Frédéric Laurent
22 février 2019 - 16h22
À l’occasion de la publication de son livre « Albert II, le destin d’un règne » (éd. Gilletta), l’écrivain Frédéric Laurent organise une séance rencontre/dédicace demain de 11h à 13h, au kiosque à journaux de la Place d’Armes à Monaco.
Formule 1 : Charles Leclerc attaque les essais pied au plancher
22 février 2019 - 13h55

À Barcelone (Espagne), Charles Leclerc a fait forte impression lors des essais d'avant-saison de F1 avec Ferrari. À bord de la nouvelle SF90, le pilote monégasque a réalisé le meilleur temps lors de la deuxième journée d'essais (1'18''247). En cumulé sur les quatre jours, Charles Leclerc pointe à la 8e position au niveau des chronos (1'18''046). Le retour sur les pistes est prévu pour le 26 janvier.

Le mini-golf du Parc Princesse Antoinette a été rénové
21 février 2019 - 17h14
Pendant trois mois, de nombreux travaux ont été effectués et ont permis la création d'un réseau de drainage pour l'évacuation des eaux de pluie, le terrassement de l’ensemble des aires de jeu, la remise en place de la sous-couche drainante, le damage ainsi que la remise en peinture des parties bétonnées.
Un exercice de simulation de catastrophe au CHPG dès aujourd’hui
21 février 2019 - 16h03
Du 21 au 24 février dans le cadre de l'IFSI au CHPG. Le MRMI (Medical Response to Major Incidents) est une méthode de simulation de catastrophe (attentats, accident de grande ampleur, catastrophe naturelle…). Cet exercice basé sur des magnets positionnables sur des tableaux blancs, permet aux différents acteurs (pompiers, secouristes, ambulanciers, médecins, infirmiers, directeurs d’hôpitaux…) de se rencontrer, de les faire travailler ensemble, de trouver des pistes d’améliorations de prise en charge et donne une méthodologie commune.
Happy Hour Musical ce soir
20 février 2019 - 15h38
Concert de musique de chambre aujourd’hui à 18h30 à l’Auditorium Rainier
Projection du film Stromboli ce soir
19 février 2019 - 12h24
Karen, une Lituanienne internée dans un camp de personnes déplacées en Italie, s’éprend d’un soldat. Grâce au mariage qui se célèbre peu après, Karen peut redevenir une femme libre. Dans l’île de Stromboli où Antonio est pêcheur, Karen est déçue. Tout la sépare de ceux qui l’entourent et même de son mari, depuis la langue qu’ils parlent jusqu’à la vie qu’ils mènent. Rendez-vous au Théâtre des Variétés à 20h.
VIDEOS

Simulation d'attentat au CHPG

Retour en images sur l'exercice qui s'est déroulé au CHPG, du jeudi 21 jusqu'au samedi 23 février, simulant divers incidents majeurs. Ici, plusieurs attaques ...

23 février 2019 - 17h02