• Immobilier

Ces façades coiffées de frises

26 janvier 2019 - 9h55

Ornementation esthétique remarquable, la frise habille les façades de diverses villas privées en Principauté, notamment au sein de quartiers historiques tels que La Condamine ou Le Rocher. D’origine italienne, cette décoration requiert un savoir-faire technique qui tend malheureusement à disparaître du patrimoine architectural.

Parmi les différents éléments de décoration des façades de bâtiments, la frise tient une place de choix. Pour preuve, elle en arbore de nombreuses en Principauté et notamment dans les rues pavées de quartiers clés. Si l’on se fie à sa définition, « une frise est une bande, souvent horizontale, dont la vocation est de recevoir un décor, généralement constitué par la répétition d’un motif ornemental ». Historiquement, les frises sous-toits ont vocation à ornementer les édifices et villas privées et non pas tellement les bâtiments publics, comme le rappelle Jean-Claude Champaux, peintre au sein de l’entreprise J. Tubino & Fils : « Elles sont apparues au XIXème siècle avec les migrations de familles piémontaises qui se sont installées dans le Comté de Nice. A Menton, les frises représentent des fruits et légumes, à Beausoleil et Monaco elles arborent davantage des motifs à fleurs et sur Nice, elles ont une architecture très variée. On en retrouve également quelques rares sur Antibes et Cannes ».

Déclinaisons diverses

De motifs divergents, les frises niçoises peuvent effectivement être florales, comme on les trouve majoritairement à Monaco (dahlia, acanthe, iris…), d’ornementation architecturale (entrelacs, motifs tournoyants) mais aussi représenter des bas-reliefs au thème mythologique (divinités ou quatre saisons à l’image de celles de la rue Terrazzani). En règle générale, si l’on a l’habitude de les observer symétriques parcourant le haut des façades, les frises peuvent être libres, c’est-à-dire pendantes depuis l’avant-toit et non délimitées. « Les frises viennent en appui des fenêtres pour les habiller. On peut trouver du scénique, des personnages et portraits », confirme Nicolas Gentelle, administrateur de J. Tubino & Fils. On les trouve enfin « encadrées », c’est-à-dire circonscrites par une moulure offrant un cartouche précis, représentant bien souvent lesdits portraits.

Tradition à la chaux

Les frises sont réalisées par le biais de deux techniques de peinture, basées sur les traditions à la chaux dites affresco et sgraffito. La première consiste à appliquer des couleurs diluées à l’eau sur un mortier de chaux encore frais, utilisé par les professionnels du bâtiment, et plus spécifiquement le maçon, comme enduit. Une fois séché, le pigment se retrouve pris dans la structure. La seconde, plus largement répandue dans la région est le sgraffite, qui signifie griffer. Pour cette technique, le stucateur – comme son nom l’indique spécialiste du stuc, un matériau qui imite le marbre, très utilisé dans l’art baroque – est sollicité, puisqu’elle consiste à apposer deux mortiers successifs de deux couleurs différentes et d’opérer une gravure. « C’est une méthode qui était très utilisée pendant la Renaissance et la période Art nouveau et dont on retrouve de nombreuses réalisations en Toscane », rapporte Jean-Claude Champaux.

Savoir-faire

« Nous réalisons aussi des peintures pures sans utiliser de chaux, cela va être soit de l’acrylique soit des résines, sur façades extérieures qui vont être protégées par des vernis », explique Nicolas Gentelle. En effet, cette réalisation plus moderne se veut forcément moins conforme aux origines. « L’ornementation moderne à l’acrylique n’est pas conventionnelle. Les frises sont aujourd’hui plus ou moins classées et répertoriées, c’est une véritable bataille pour le patrimoine menée par quelques amoureux, mais le métier se perd », se désole Jean-Claude Champaux. Des propos qui trouvent écho chez Nicolas Gentelle : « C’est généralement une bataille lors d’un ravalement de façade avec frises pour la maintenir. Il existe peu de compagnons qui possèdent le savoir-faire et cela a un coût. Les copropriétaires préfèrent ne pas la toucher ou repeindre par-dessus ». Ce qui n’est pas une option pour ce puriste. Il confie d’ailleurs que dans une société comme J. Tubino & Fils, qui regroupe plus d’une centaine de peintres, trois sont capables de redessiner une frise ou de réaliser du décor… et ajoute qu’une seule personne possède de réelles compétences de restauration !

Restauration et création

« Restaurer la frise signifie garder son caractère historique, la rénover en la respectant. Il faut la nettoyer, enlever la couche de protection pour la réparer si nécessaire, retrouver les pigments, restituer la couleur et refaire la protection… Concrètement, cela ne se trouve quasiment plus, il s’agit de techniques extrêmement particulières. Cela revient à un réel engagement vis-à-vis de son patrimoine, alors qu’il est plus facile aujourd’hui de rouler une couche de blanc, redessiner et repeindre le dessin d’origine avec des techniques actuelles », se navre Nicolas Gentelle. Si la restauration se veut complexe, la création de frises est d’autant moins d’actualité. « C’est excessivement rare que l’on soit appelé pour créer des frises. Cela s’explique aussi par le fait qu’elles sont souvent protégées par un avant-toit dans ce type d’architecture, un élément qui n’existe plus. Lorsque l’on voit des toitures en pente avec des tuiles, celles-ci ne débordent plus la façade », analyse Nicolas Gentelle, qui confie toutefois que la restauration de frises intérieures reste plus récurrente. « Nous travaillons actuellement sur la restauration des peintures et fresques de la salle Empire de l’Hôtel de Paris », conclut-il. A défaut de les observer dans la rue, les curieux devront donc bientôt pousser des portes s’ils veulent continuer à s’émerveiller devant ces ornementations, désormais en voie de disparition.

Délia Dupouy

®GOK

A lire aussi...

  • Immobilier
  • Technologie

Avec FGWRS, rien ne se perd, tout se transforme

9 septembre 2019 - 14h14

Nouveau projet intégré au sein de MonacoTech en mai dernier et porté par le Toulousain Pierre Magnes ainsi que le résident Alexandre Fakih, FGWRS (Firmus Grey Water Recycling System) vise…

Lire la suite
  • Immobilier

Ronan et Erwan Bouroullec : « Tout projet que l’on fait doit être reproduit »

1 septembre 2019 - 08h40

Ce duo fraternel de designers, dont le travail a déjà été exposé en Principauté, compte une multitude de réalisations dont le rayon d’action balaye aussi bien des projets d’aménagement urbain…

Lire la suite
LIVE !
4e e-Rallye de Monte-Carlo au départ de Valence mercredi
19 octobre 2019 - 15h00
Née en 1995 sous le nom Rallye Monte-Carlo des Véhicules Électriques, la version électrique de l’épreuve phare du WRC débutera mercredi 23 octobre. Pour la quatrième édition sous l’appellation e-Rallye de Monte-Carlo, les voitures propres s’élanceront de Valence avec un retour sur Monaco prévu en fin de journée vendredi. Au programme pour les concurrents, douze spéciales de régularité en Drôme, en Ardèche et dans les Alpes-Maritimes.
7e Munegu Dance Event, de 12h à 18h à l'Espace Léo Ferré
19 octobre 2019 - 10h49
Avec les chorégraphes américain et irlandais Scott Blevins et Gary O’Reilly.
Pétanque : 1ere édition du tournoi international de Monaco Challenge Prince Héréditaire Jacques, ce week-end
19 octobre 2019 - 08h50
Organisée par la Fédération monégasque de boules, la compétition se tiendra simultanément au Boulodrome Rainier III et au Chapiteau de Fontvieille aujourd'hui dès 9h, avant de se maintenir au Boulodrome demain dès 8h30.
Concert à l’église Sainte-Dévote à 20h30
19 octobre 2019 - 08h14
Programmée dans le cadre du Festival In Tempore Organi, la représentation rassemblera Carmelo Fede, trompette soliste de l’opéra de Catania, et Marco d’Avola, organiste titulaire de la cathédrale de Ragusa.
Conférence/diaporama de l’Association des cartophiles de Monaco
18 octobre 2019 - 15h57
A l’occasion de son 40e anniversaire, l’Association des cartophiles de Monaco propose une plongée dans l’histoire de la Principauté au Théâtre des Variétés à 20h30.
Conférence sur la Chine au Lycée Technique et Hôtelier à 19h30
18 octobre 2019 - 11h31
Michel-Henry Bouchet, spécialiste des questions économiques et financières de l’Asie, s’intéressera au thème « La Chine peut-elle maintenir son dynamisme économique ou bien son modèle de croissance est-il menacé ? »
Récital de piano par Nikolaï Lugansky à l’Auditorium Rainier III à 20h30
18 octobre 2019 - 09h47
Au programme : six préludes de piano de Claude Debussy et de Frédéric Chopin. Le concert s’achèvera sur des préludes de Sergeï Rachmaninov.
Le Café de Paris à l’heure bavaroise
18 octobre 2019 - 08h14
Du 18 au 27 octobre, le Café de Paris fait son Oktoberfest et propose diverses animations de Bavière. La 14e édition sera lancée ce soir à 20h en présence du Prince.
VIDEOS

Retour en images sur l’édition 2019 du Monaco Yacht Show

1 octobre 2019 - 14h13

La Gazette de Monaco Immo