• Immobilier

Ces façades coiffées de frises

26 janvier 2019 - 9h55

Ornementation esthétique remarquable, la frise habille les façades de diverses villas privées en Principauté, notamment au sein de quartiers historiques tels que La Condamine ou Le Rocher. D’origine italienne, cette décoration requiert un savoir-faire technique qui tend malheureusement à disparaître du patrimoine architectural.

Parmi les différents éléments de décoration des façades de bâtiments, la frise tient une place de choix. Pour preuve, elle en arbore de nombreuses en Principauté et notamment dans les rues pavées de quartiers clés. Si l’on se fie à sa définition, « une frise est une bande, souvent horizontale, dont la vocation est de recevoir un décor, généralement constitué par la répétition d’un motif ornemental ». Historiquement, les frises sous-toits ont vocation à ornementer les édifices et villas privées et non pas tellement les bâtiments publics, comme le rappelle Jean-Claude Champaux, peintre au sein de l’entreprise J. Tubino & Fils : « Elles sont apparues au XIXème siècle avec les migrations de familles piémontaises qui se sont installées dans le Comté de Nice. A Menton, les frises représentent des fruits et légumes, à Beausoleil et Monaco elles arborent davantage des motifs à fleurs et sur Nice, elles ont une architecture très variée. On en retrouve également quelques rares sur Antibes et Cannes ».

Déclinaisons diverses

De motifs divergents, les frises niçoises peuvent effectivement être florales, comme on les trouve majoritairement à Monaco (dahlia, acanthe, iris…), d’ornementation architecturale (entrelacs, motifs tournoyants) mais aussi représenter des bas-reliefs au thème mythologique (divinités ou quatre saisons à l’image de celles de la rue Terrazzani). En règle générale, si l’on a l’habitude de les observer symétriques parcourant le haut des façades, les frises peuvent être libres, c’est-à-dire pendantes depuis l’avant-toit et non délimitées. « Les frises viennent en appui des fenêtres pour les habiller. On peut trouver du scénique, des personnages et portraits », confirme Nicolas Gentelle, administrateur de J. Tubino & Fils. On les trouve enfin « encadrées », c’est-à-dire circonscrites par une moulure offrant un cartouche précis, représentant bien souvent lesdits portraits.

Tradition à la chaux

Les frises sont réalisées par le biais de deux techniques de peinture, basées sur les traditions à la chaux dites affresco et sgraffito. La première consiste à appliquer des couleurs diluées à l’eau sur un mortier de chaux encore frais, utilisé par les professionnels du bâtiment, et plus spécifiquement le maçon, comme enduit. Une fois séché, le pigment se retrouve pris dans la structure. La seconde, plus largement répandue dans la région est le sgraffite, qui signifie griffer. Pour cette technique, le stucateur – comme son nom l’indique spécialiste du stuc, un matériau qui imite le marbre, très utilisé dans l’art baroque – est sollicité, puisqu’elle consiste à apposer deux mortiers successifs de deux couleurs différentes et d’opérer une gravure. « C’est une méthode qui était très utilisée pendant la Renaissance et la période Art nouveau et dont on retrouve de nombreuses réalisations en Toscane », rapporte Jean-Claude Champaux.

Savoir-faire

« Nous réalisons aussi des peintures pures sans utiliser de chaux, cela va être soit de l’acrylique soit des résines, sur façades extérieures qui vont être protégées par des vernis », explique Nicolas Gentelle. En effet, cette réalisation plus moderne se veut forcément moins conforme aux origines. « L’ornementation moderne à l’acrylique n’est pas conventionnelle. Les frises sont aujourd’hui plus ou moins classées et répertoriées, c’est une véritable bataille pour le patrimoine menée par quelques amoureux, mais le métier se perd », se désole Jean-Claude Champaux. Des propos qui trouvent écho chez Nicolas Gentelle : « C’est généralement une bataille lors d’un ravalement de façade avec frises pour la maintenir. Il existe peu de compagnons qui possèdent le savoir-faire et cela a un coût. Les copropriétaires préfèrent ne pas la toucher ou repeindre par-dessus ». Ce qui n’est pas une option pour ce puriste. Il confie d’ailleurs que dans une société comme J. Tubino & Fils, qui regroupe plus d’une centaine de peintres, trois sont capables de redessiner une frise ou de réaliser du décor… et ajoute qu’une seule personne possède de réelles compétences de restauration !

Restauration et création

« Restaurer la frise signifie garder son caractère historique, la rénover en la respectant. Il faut la nettoyer, enlever la couche de protection pour la réparer si nécessaire, retrouver les pigments, restituer la couleur et refaire la protection… Concrètement, cela ne se trouve quasiment plus, il s’agit de techniques extrêmement particulières. Cela revient à un réel engagement vis-à-vis de son patrimoine, alors qu’il est plus facile aujourd’hui de rouler une couche de blanc, redessiner et repeindre le dessin d’origine avec des techniques actuelles », se navre Nicolas Gentelle. Si la restauration se veut complexe, la création de frises est d’autant moins d’actualité. « C’est excessivement rare que l’on soit appelé pour créer des frises. Cela s’explique aussi par le fait qu’elles sont souvent protégées par un avant-toit dans ce type d’architecture, un élément qui n’existe plus. Lorsque l’on voit des toitures en pente avec des tuiles, celles-ci ne débordent plus la façade », analyse Nicolas Gentelle, qui confie toutefois que la restauration de frises intérieures reste plus récurrente. « Nous travaillons actuellement sur la restauration des peintures et fresques de la salle Empire de l’Hôtel de Paris », conclut-il. A défaut de les observer dans la rue, les curieux devront donc bientôt pousser des portes s’ils veulent continuer à s’émerveiller devant ces ornementations, désormais en voie de disparition.

Délia Dupouy

®GOK

A lire aussi...

  • Immobilier

Rainier Boisson : « Espérer un classement auprès de l’UNESCO s’avère difficile »

21 avril 2019 - 11h31

Officiellement installé le 17 janvier dernier, le Conseil du Patrimoine est composé de dix membres issus de différentes instances sur leur proposition. A ne pas confondre avec l’Institut du Patrimoine,…

Lire la suite
  • Immobilier

Tania Maré Rodrigues :  « Réaliser un hôtel me tient à cœur »

13 avril 2019 - 14h10

Enfant du pays, Tania Maré Rodrigues a installé son agence d’architecture intérieure rue de la Turbie, depuis 2013. Si son studio, à la devanture pastelle, attire une clientèle cosmopolite, c’est…

Lire la suite
LIVE !
Changement d'adresse du Siège Social de l'A.C.H.M.
21 avril 2019 - 14h59
L’Association des Consuls Honoraires de Monaco déménage au 4 Boulevard des Moulins, c/o SMIR.
Concert Spirituel à l’Eglise Saint-Charles
21 avril 2019 - 09h17
Concert par l'Ensemble Voces 8 et des musiciens de l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo à 16h.
Otello de Giuseppe Verdi à l’opéra de Monte-Carlo à 15h
21 avril 2019 - 07h35
L'AS Monaco Rugby dispute la finale territoriale contre l'US Mourillon à 17h
20 avril 2019 - 16h55
A 17h, au stade Pierre-de-Coubertin de Châteaurenard (13), les joueurs de Luciano Orquera et de Sylvain Masson tenteront de décrocher le titre territoriale contre l'US Mourillon. L'équipe B monégasque a montré la voie, un peu plus tôt dans la journée, en battant la réserve du Mourillon (23-8), soulevant ainsi le trophée de sa catégorie !
RMCM : quatre joueurs pour deux places en finale !
20 avril 2019 - 12h10
Rafael Nadal, onze fois titré sur l'ocre monégasque, a lutté hier pour venir à bout de Guido Pella (7-6, 6-3). A partir de 15h30, l'Espagnol devra écarter Fabio Fognini s'il souhaite disputer sa 13e finale du Rolex Monte-Carlo Masters. S'il y parvient, il retrouvera Daniil Medvedev, tombeur de Novak Djokovic hier, ou Dusan Lajovic, qui croiseront le fer à 13h30.
Roca Team : poursuivre la série contre Chalon-sur-Saône à 18h
20 avril 2019 - 10h20
Yakuba Ouattara et les siens, actuels dauphins de l’ASVEL après dix victoires consécutives, se verraient bien battre Chalon-sur-Saône (11e), à 18h à la salle Gaston-Médecin, afin de garder l’avantage dans la course aux play offs.
27e Grande Nuit du Tennis, ce soir
19 avril 2019 - 15h38
Alors que les joueurs s’affrontent toujours sur les terrains pour déterminer lequel d’entre eux soulèvera le trophée monégasque, la célèbre soirée de gala se tiendra ce soir à 20h30 au Sporting, autour des membres de la famille princière.
Rencontres internationales de musique électroacoustique 2019
19 avril 2019 - 14h21
Depuis hier et jusqu’à demain, l’Académie Rainier III organise les rencontres internationales de musique électroacoustique (RIME). Auront lieu concerts, conférences, table rondes, ateliers ou encore concerts des étudiants. L’entrée est libre et gratuite, que ce soit au Théâtre des Variétés ou à l’Académie Rainier III. Toutes réservations au +377 93 15 28 91 et informations à www.mairie.mc.
VIDEOS

Pouce La Vie #2

RetourEnImages Le concert #PouceLaVie2 a rassemblé plus de 200 personnes 🥁 Une belle réussite pour la Fondation Flavien qui a levé à ce jour 500 000 ...

2 avril 2019 - 16h05

La Gazette de Monaco Immo