• Immobilier

Ces façades coiffées de frises

26 janvier 2019 - 9h55

Ornementation esthétique remarquable, la frise habille les façades de diverses villas privées en Principauté, notamment au sein de quartiers historiques tels que La Condamine ou Le Rocher. D’origine italienne, cette décoration requiert un savoir-faire technique qui tend malheureusement à disparaître du patrimoine architectural.

Parmi les différents éléments de décoration des façades de bâtiments, la frise tient une place de choix. Pour preuve, elle en arbore de nombreuses en Principauté et notamment dans les rues pavées de quartiers clés. Si l’on se fie à sa définition, « une frise est une bande, souvent horizontale, dont la vocation est de recevoir un décor, généralement constitué par la répétition d’un motif ornemental ». Historiquement, les frises sous-toits ont vocation à ornementer les édifices et villas privées et non pas tellement les bâtiments publics, comme le rappelle Jean-Claude Champaux, peintre au sein de l’entreprise J. Tubino & Fils : « Elles sont apparues au XIXème siècle avec les migrations de familles piémontaises qui se sont installées dans le Comté de Nice. A Menton, les frises représentent des fruits et légumes, à Beausoleil et Monaco elles arborent davantage des motifs à fleurs et sur Nice, elles ont une architecture très variée. On en retrouve également quelques rares sur Antibes et Cannes ».

Déclinaisons diverses

De motifs divergents, les frises niçoises peuvent effectivement être florales, comme on les trouve majoritairement à Monaco (dahlia, acanthe, iris…), d’ornementation architecturale (entrelacs, motifs tournoyants) mais aussi représenter des bas-reliefs au thème mythologique (divinités ou quatre saisons à l’image de celles de la rue Terrazzani). En règle générale, si l’on a l’habitude de les observer symétriques parcourant le haut des façades, les frises peuvent être libres, c’est-à-dire pendantes depuis l’avant-toit et non délimitées. « Les frises viennent en appui des fenêtres pour les habiller. On peut trouver du scénique, des personnages et portraits », confirme Nicolas Gentelle, administrateur de J. Tubino & Fils. On les trouve enfin « encadrées », c’est-à-dire circonscrites par une moulure offrant un cartouche précis, représentant bien souvent lesdits portraits.

Tradition à la chaux

Les frises sont réalisées par le biais de deux techniques de peinture, basées sur les traditions à la chaux dites affresco et sgraffito. La première consiste à appliquer des couleurs diluées à l’eau sur un mortier de chaux encore frais, utilisé par les professionnels du bâtiment, et plus spécifiquement le maçon, comme enduit. Une fois séché, le pigment se retrouve pris dans la structure. La seconde, plus largement répandue dans la région est le sgraffite, qui signifie griffer. Pour cette technique, le stucateur – comme son nom l’indique spécialiste du stuc, un matériau qui imite le marbre, très utilisé dans l’art baroque – est sollicité, puisqu’elle consiste à apposer deux mortiers successifs de deux couleurs différentes et d’opérer une gravure. « C’est une méthode qui était très utilisée pendant la Renaissance et la période Art nouveau et dont on retrouve de nombreuses réalisations en Toscane », rapporte Jean-Claude Champaux.

Savoir-faire

« Nous réalisons aussi des peintures pures sans utiliser de chaux, cela va être soit de l’acrylique soit des résines, sur façades extérieures qui vont être protégées par des vernis », explique Nicolas Gentelle. En effet, cette réalisation plus moderne se veut forcément moins conforme aux origines. « L’ornementation moderne à l’acrylique n’est pas conventionnelle. Les frises sont aujourd’hui plus ou moins classées et répertoriées, c’est une véritable bataille pour le patrimoine menée par quelques amoureux, mais le métier se perd », se désole Jean-Claude Champaux. Des propos qui trouvent écho chez Nicolas Gentelle : « C’est généralement une bataille lors d’un ravalement de façade avec frises pour la maintenir. Il existe peu de compagnons qui possèdent le savoir-faire et cela a un coût. Les copropriétaires préfèrent ne pas la toucher ou repeindre par-dessus ». Ce qui n’est pas une option pour ce puriste. Il confie d’ailleurs que dans une société comme J. Tubino & Fils, qui regroupe plus d’une centaine de peintres, trois sont capables de redessiner une frise ou de réaliser du décor… et ajoute qu’une seule personne possède de réelles compétences de restauration !

Restauration et création

« Restaurer la frise signifie garder son caractère historique, la rénover en la respectant. Il faut la nettoyer, enlever la couche de protection pour la réparer si nécessaire, retrouver les pigments, restituer la couleur et refaire la protection… Concrètement, cela ne se trouve quasiment plus, il s’agit de techniques extrêmement particulières. Cela revient à un réel engagement vis-à-vis de son patrimoine, alors qu’il est plus facile aujourd’hui de rouler une couche de blanc, redessiner et repeindre le dessin d’origine avec des techniques actuelles », se navre Nicolas Gentelle. Si la restauration se veut complexe, la création de frises est d’autant moins d’actualité. « C’est excessivement rare que l’on soit appelé pour créer des frises. Cela s’explique aussi par le fait qu’elles sont souvent protégées par un avant-toit dans ce type d’architecture, un élément qui n’existe plus. Lorsque l’on voit des toitures en pente avec des tuiles, celles-ci ne débordent plus la façade », analyse Nicolas Gentelle, qui confie toutefois que la restauration de frises intérieures reste plus récurrente. « Nous travaillons actuellement sur la restauration des peintures et fresques de la salle Empire de l’Hôtel de Paris », conclut-il. A défaut de les observer dans la rue, les curieux devront donc bientôt pousser des portes s’ils veulent continuer à s’émerveiller devant ces ornementations, désormais en voie de disparition.

Délia Dupouy

®GOK

A lire aussi...

  • Immobilier

Dante Oscar Benini : « Un projet a changé ma vie »

2 mai 2019 - 14h01

L’architecte italien s’est installé en tant que designer depuis quelques années au Patio Palace et depuis un an plus exactement dans les bureaux de la société de conseil Altiqa, dont…

Lire la suite
  • Immobilier

Czarina, 25 ans de règne

27 avril 2019 - 14h52

Fondée en 1994 et initialement installée au sein de l’ancien Sporting d’hiver, l’enseigne propose du mobilier antique, des objets de décoration uniques et des pièces insolites. Surnommée « le souk du…

Lire la suite
LIVE !
Monaco participe à la Réunion annuelle du conseil d’administration du Programme Alimentaire Mondial (PAM)
18 juin 2019 - 12h00
Au cours de cette session les actions et programmes d’aide que le PAM met en œuvre dans les différentes régions du monde où la sécurité alimentaire n’est pas assurée ont été étudiés. Monaco, engagé en faveur de l'Objectif de Développement Durable n°2 (Faim Zéro), a fait de la sécurité alimentaire une de ses quatre priorités d’intervention. Le PAM est ainsi devenu, en 2019, le premier partenaire multilatéral de la Coopération monégasque, avec six projets de développement soutenus par la Principauté au Sahel, à Madagascar et au Burundi, ainsi que de l'aide d'urgence. Près de 800 000€ ont déjà été alloués au cours de l'année 2019.
Festival de Télévision, programme du jour
18 juin 2019 - 08h30
La cérémonie des Nymphes d’Or aura lieu dès 19h, suivie par le dîner de gala à 21h.
Pique-nique Musical à 12h15 à la Médiathèque
18 juin 2019 - 07h00
Projection en avant-première mondiale du film documentaire « Apollo : Missions to the Moon »
17 juin 2019 - 14h30
Le film sera suivi d’un échange. Rendez-vous de 18h à 20h au Grimaldi Forum.
Cours de photographie à 18h30 à la Médiathèque
17 juin 2019 - 09h29
Adrien Rebaudo propose des cours ludiques pour apprendre ou réviser les techniques fondamentales de la photographie. Sans inscription.
Conférence à 19h30 à Princess Grace Irish Library
17 juin 2019 - 08h53
Conférence et signature du livre Une Amitié Vagabonde, between Monaco and Ireland de Pierre Joannon.
Pause écriture à 15h à la Médiathèque
17 juin 2019 - 07h00
Atelier animé par Eric Lafitte.
Festival de TV, programme du jour
16 juin 2019 - 12h25
Séance photo spéciale avec les comédiens de Plus belle la vie, rencontre avec les acteurs de The 100, Grey’s Anatomy, Demain nous appartient, Good Doctor, Amazon the Expanse, Magnun P.I., projection du premier épisode de Bob l’Eponge ainsi que du dernier sorti de la série et avant-première française de la série Summer of Rockets.
VIDEOS

Pouce La Vie #2

RetourEnImages Le concert #PouceLaVie2 a rassemblé plus de 200 personnes 🥁 Une belle réussite pour la Fondation Flavien qui a levé à ce jour 500 000 ...

2 avril 2019 - 16h05

La Gazette de Monaco Immo