• Immobilier

Ces façades coiffées de frises

26 janvier 2019 - 9h55

Ornementation esthétique remarquable, la frise habille les façades de diverses villas privées en Principauté, notamment au sein de quartiers historiques tels que La Condamine ou Le Rocher. D’origine italienne, cette décoration requiert un savoir-faire technique qui tend malheureusement à disparaître du patrimoine architectural.

Parmi les différents éléments de décoration des façades de bâtiments, la frise tient une place de choix. Pour preuve, elle en arbore de nombreuses en Principauté et notamment dans les rues pavées de quartiers clés. Si l’on se fie à sa définition, « une frise est une bande, souvent horizontale, dont la vocation est de recevoir un décor, généralement constitué par la répétition d’un motif ornemental ». Historiquement, les frises sous-toits ont vocation à ornementer les édifices et villas privées et non pas tellement les bâtiments publics, comme le rappelle Jean-Claude Champaux, peintre au sein de l’entreprise J. Tubino & Fils : « Elles sont apparues au XIXème siècle avec les migrations de familles piémontaises qui se sont installées dans le Comté de Nice. A Menton, les frises représentent des fruits et légumes, à Beausoleil et Monaco elles arborent davantage des motifs à fleurs et sur Nice, elles ont une architecture très variée. On en retrouve également quelques rares sur Antibes et Cannes ».

Déclinaisons diverses

De motifs divergents, les frises niçoises peuvent effectivement être florales, comme on les trouve majoritairement à Monaco (dahlia, acanthe, iris…), d’ornementation architecturale (entrelacs, motifs tournoyants) mais aussi représenter des bas-reliefs au thème mythologique (divinités ou quatre saisons à l’image de celles de la rue Terrazzani). En règle générale, si l’on a l’habitude de les observer symétriques parcourant le haut des façades, les frises peuvent être libres, c’est-à-dire pendantes depuis l’avant-toit et non délimitées. « Les frises viennent en appui des fenêtres pour les habiller. On peut trouver du scénique, des personnages et portraits », confirme Nicolas Gentelle, administrateur de J. Tubino & Fils. On les trouve enfin « encadrées », c’est-à-dire circonscrites par une moulure offrant un cartouche précis, représentant bien souvent lesdits portraits.

Tradition à la chaux

Les frises sont réalisées par le biais de deux techniques de peinture, basées sur les traditions à la chaux dites affresco et sgraffito. La première consiste à appliquer des couleurs diluées à l’eau sur un mortier de chaux encore frais, utilisé par les professionnels du bâtiment, et plus spécifiquement le maçon, comme enduit. Une fois séché, le pigment se retrouve pris dans la structure. La seconde, plus largement répandue dans la région est le sgraffite, qui signifie griffer. Pour cette technique, le stucateur – comme son nom l’indique spécialiste du stuc, un matériau qui imite le marbre, très utilisé dans l’art baroque – est sollicité, puisqu’elle consiste à apposer deux mortiers successifs de deux couleurs différentes et d’opérer une gravure. « C’est une méthode qui était très utilisée pendant la Renaissance et la période Art nouveau et dont on retrouve de nombreuses réalisations en Toscane », rapporte Jean-Claude Champaux.

Savoir-faire

« Nous réalisons aussi des peintures pures sans utiliser de chaux, cela va être soit de l’acrylique soit des résines, sur façades extérieures qui vont être protégées par des vernis », explique Nicolas Gentelle. En effet, cette réalisation plus moderne se veut forcément moins conforme aux origines. « L’ornementation moderne à l’acrylique n’est pas conventionnelle. Les frises sont aujourd’hui plus ou moins classées et répertoriées, c’est une véritable bataille pour le patrimoine menée par quelques amoureux, mais le métier se perd », se désole Jean-Claude Champaux. Des propos qui trouvent écho chez Nicolas Gentelle : « C’est généralement une bataille lors d’un ravalement de façade avec frises pour la maintenir. Il existe peu de compagnons qui possèdent le savoir-faire et cela a un coût. Les copropriétaires préfèrent ne pas la toucher ou repeindre par-dessus ». Ce qui n’est pas une option pour ce puriste. Il confie d’ailleurs que dans une société comme J. Tubino & Fils, qui regroupe plus d’une centaine de peintres, trois sont capables de redessiner une frise ou de réaliser du décor… et ajoute qu’une seule personne possède de réelles compétences de restauration !

Restauration et création

« Restaurer la frise signifie garder son caractère historique, la rénover en la respectant. Il faut la nettoyer, enlever la couche de protection pour la réparer si nécessaire, retrouver les pigments, restituer la couleur et refaire la protection… Concrètement, cela ne se trouve quasiment plus, il s’agit de techniques extrêmement particulières. Cela revient à un réel engagement vis-à-vis de son patrimoine, alors qu’il est plus facile aujourd’hui de rouler une couche de blanc, redessiner et repeindre le dessin d’origine avec des techniques actuelles », se navre Nicolas Gentelle. Si la restauration se veut complexe, la création de frises est d’autant moins d’actualité. « C’est excessivement rare que l’on soit appelé pour créer des frises. Cela s’explique aussi par le fait qu’elles sont souvent protégées par un avant-toit dans ce type d’architecture, un élément qui n’existe plus. Lorsque l’on voit des toitures en pente avec des tuiles, celles-ci ne débordent plus la façade », analyse Nicolas Gentelle, qui confie toutefois que la restauration de frises intérieures reste plus récurrente. « Nous travaillons actuellement sur la restauration des peintures et fresques de la salle Empire de l’Hôtel de Paris », conclut-il. A défaut de les observer dans la rue, les curieux devront donc bientôt pousser des portes s’ils veulent continuer à s’émerveiller devant ces ornementations, désormais en voie de disparition.

Délia Dupouy

®GOK

A lire aussi...

  • Immobilier

Le 26 Carré Or, le nec plus ultra à Monaco

19 juin 2020 - 07h38

Cette opération immobilière mixte made in Monaco du Groupe Segond - les travaux ont été confiés à Vinci Construction Monaco, la réalisation à l’architecte Alexandre Giraldi et les intérieurs au…

Lire la suite
  • Immobilier

Le Winch, « un hôtel particulier familial »

16 juin 2020 - 15h48

Commercialisée par l’agence immobilière Rey & Nouvion, cette opération mixte située à l’angle du boulevard Albert Ier et de la rue Princesse Antoinette a été conçue par le cabinet d’architecte…

Lire la suite
LIVE !
La MTE signe un partenariat avec l’institut Efficacity
1 juillet 2020 - 15h49
La Mission pour la Transition Energétique vient de signer un partenariat avec l’Institut de Recherche & Développement Efficacity. Créé en 2014 sous l’égide du programme d’investissements d’avenir (PIA) soutenu par le gouvernement français, cet institut est dédié à la transition énergétique et écologique des villes. Il fédère une trentaine d’acteurs de tous horizons - publics et privés, industriels et académiques - et rassemble plus de 100 chercheurs et experts.
Le restaurant Joël Robuchon de l’hôtel Métropole Monte-Carlo rouvre ce jeudi 2 juillet tous les soirs du jeudi au dimanche inclus, uniquement pour les dîners
30 juin 2020 - 11h19
L’association Les Enfants de Frankie suspend sa campagne annuelle « Fourchette Solidaire »
29 juin 2020 - 11h45
En soutien avec les restaurateurs de la Principauté, impactés par la covid 19, l’association monégasque a décidé d’annuler la manifestation qui aurait dû débuter le 1er juillet pour une durée de deux mois. En effet, chaque année, un euro est collecté sur chaque addition des restaurants solidaires pour être reversé à l’association au profit des enfants malades et démunis de la région. La 3e édition de cette action se déroulera l’an prochain.
Demain de 8h30 à 18h, les Monégasques, résidents, scolaires et salariés de Monaco sont conviés à la session de rattrapage de dépistage à la covid 19, organisée à l’Espace Léo Ferré
29 juin 2020 - 09h17
Le concert de Simple Minds reporté à l’été 2021
25 juin 2020 - 15h55
Programmé le 7 août prochain à la Salle des Etoiles, le concert de Simple Minds a été reporté, comme de nombreuses dates de la tournée #SimpleMinds « 40 Years Of Hits ». Il aura lieu le 23 juillet 2021. Le groupe a précisé sur son site internet que les billets achetés demeurent valables pour la nouvelle date. 
Un joueur de l’AS Monaco positif à la covid 19
25 juin 2020 - 15h54
Cet après-midi, le club de football monégasque a présenté un bilan des tests entamés depuis lundi. Les joueurs ont suivi toute une batterie d’examens physiques et médicaux afin « d’évaluer avec précision l’état de forme et de santé de chacun ». Des dépistages sérologiques et PCR ont été effectués sur les footballeurs et le staff de l’équipe, afin de déterminer une éventuelle présence de la covid 19 au sein de l’effectif. Deux joueurs ont été porteurs du virus antérieurement et ne sont aujourd’hui plus contagieux. Un autre joueur a été testé positif et est asymptomatique. Le club précise que « l’état de santé du joueur ne présente aucune inquiétude » et qu’il a été placé en quatorzaine chez lui, conformément aux protocoles sanitaires en vigueur. 
Le Coup de Cœur des lycéens
24 juin 2020 - 16h54
Le jury d’élèves de seconde du Coup de Cœur des lycéens, décerné dans le cadre des Prix de la Fondation Prince Pierre, a sélectionné les ouvrages retenus. Ils se sont prononcés cette année par voie électronique. Nous y reviendrons dans une prochaine édition.
Accident mortel sur le chantier du centre d’entraînement de l’AS Monaco
22 juin 2020 - 16h26
Un éboulement d’une partie de la falaise a eu lieu ce lundi sur le chantier du centre d’entraînement de l’AS Monaco, à La Turbie. Un ouvrier a perdu la vie dans cet accident et plusieurs personnes auraient été blessées. 
La Gazette de Monaco Immo