• Sport

Au Canada, la Société nautique n’a pas ramé

10 novembre 2018 - 17h12

Quinze rameurs de la Société nautique de Monaco se sont déplacés à Sidney, du 9 au 16 octobre, pour disputer les championnats du monde d’aviron de mer. Avec deux médailles (argent et bronze) et de belles performances, la compétition a été une réussite. La Gazette de Monaco avait fait le déplacement au Canada. Récit d’une semaine, entre pression des courses et aventure humaine.

Le décor sort tout droit d’une toile de Claude Monet. Les feuilles aux couleurs automnales, qui peuplent les arbres, habillent peu à peu les rues. Au bord de mer, le temps semble s’être arrêté. Seuls les aller-retours quotidiens du ferry trahissent cette relative quiétude. Quant aux températures en cette mi-octobre, elles tutoient les 15°C. L’été indien se poursuit au Canada. « A cette période de l’année, il ne fait d’habitude pas plus de 10°C et la pluie est constante », certifient les commerçants de Sidney. La Société nautique de Monaco a pris ses quartiers dans cette bourgade d’un peu plus de 11 000 âmes, située sur l’Île de Vancouver en Colombie-Britannique. Très précisément au 2306 Beacon Avenue, à dix minutes à pied de Tulista Park. C’est sur cette longue plage, où se côtoient galets en pente et morceaux de bois, que les 15 rameurs de la SNM, accompagnés par Daniel Fauché et Xavier Girard, leurs entraîneurs, prendront le départ de la 12ème édition des championnats du monde d’aviron de mer. Une nouveauté. À la veille de son entrée en compétition, Gaëtan Delhon (quatre de couple homme), assis sur le canapé du hall de l’hôtel, appréhendait : « Le départ sur la plage apporte un stress supplémentaire. L’on peut perdre la course en cinq secondes, dès la moindre erreur. »

Mais bien avant d’humer la brise du Pacifique, il a fallu composer avec trois vols pour rallier le Canada. 18 heures au total, entre les escales et les trajets. Un périple durant lequel décontraction était le maître-mot, même si la compétition était déjà dans les têtes à l’aéroport de Nice. Profitant des splendides paysages du Groenland depuis les hublots de l’avion ralliant Amsterdam à Seattle, certains finissent par s’endormir devant des films, quand d’autres, comme Giuseppe Alberti, se livrent à une partie de poker par écrans interposés. Une tranquillité perturbée dès l’arrivée sur le sol américain, lorsque Daniel Fauché se fait « embarquer » en salle d’isolement pour avoir pris une photo dans la file d’attente des douanes… Récupérant l’entraîneur une dizaine de minutes plus tard, la délégation s’envole finalement vers Victoria avec deux heures de retard, non sans mal, après une incompréhension au sujet des bagages !

Des qualifications presque parfaites

Le décalage horaire de neuf heures est vite absorbé. Le mercredi matin, après une nuit réparatrice et un petit-déjeuner copieux (moment convivial et important pour l’esprit de groupe, répété chaque jour passé au Canada), le groupe prend la direction de Tulista Park. Repérage des lieux, appréhension d’un océan très (trop) pacifique, retrouvailles avec d’autres rameurs, préparation du matériel… Tout au long de la journée, sous le regard avisé des deux entraîneurs qui donnent de leur personne, les Monégasques répètent leurs gammes. Et passent inévitablement par la case « simulations de départ ». Genoux dans une eau à 10°C, les rameurs doivent, dès la sirène, grimper dans le bateau, se préparer et partir. « Attention à la coulisse, en montant », prévient Xavier Girard. Il ne croit pas si bien dire…

Clara Stefanelli et Ludovic Dubuis (double mixte) sont au point, tout comme Vincent Noirot et Paul Mosser (double homme). Premier bateau de la SNM à entrer en compétition, le double mixte n’aura aucun mal à se qualifier pour la Finale A, le lendemain. « Nous avons senti les Espagnols revenir fort, on a préféré jouer la sécurité en les laissant passer », débriefent Clara et Ludovic. Le « sportif » laisse ensuite la place à la fête, avec la cérémonie d’ouverture. Une heure de rassemblement sur les lieux de la compétition, entre chants et danses, là même où, le lendemain, la boule au ventre mais l’envie d’en découdre, plus de 400 rameurs venus du monde entier se disputeront de rares places en Finale A.

Il est neuf heures, le vendredi matin, lorsque les enceintes, crachant habituellement les dernières musiques à la mode, font écho d’un retard d’une heure à cause du brouillard. Et, comme un signe, la perspective d’une qualification en finale principale s’assombrit pour le double féminin monégasque. Une coulisse cède dès le départ. Malgré une belle remontée, Coline Caussin et Mélanie Delval finissent 9ème et sont reversées en Finale B. La seule ombre au tableau d’une journée parfaite pour la SNM, puisque tous les autres bateaux se sont brillamment qualifiés. La satisfaction se lit sur le visage des rameurs de la Principauté. Décision est même prise d’aller dîner dans un restaurant du bord de mer. Et si des rires se font entendre à table, le retour à l’hôtel peu avant 21h démontre la concentration d’athlètes ayant posé des congés ou loupant des cours durant une semaine afin de représenter fièrement Monaco en se mesurant à l’élite mondiale.

Et les notifications WhatsApp explosèrent…

Samedi matin. Jour J. Le pari est déjà réussi. La SNM est en finale A de cinq des sept catégories proposées aux championnats du monde. Seules le double féminin -qui, la déception passée, décrochera au lever du soleil la 18ème place du général- et le solo féminin (pas d’équipage présenté), manquent à l’appel. Un tour de force qui interpelle les commentateurs, ces derniers parlant même « d’école monégasque ». La reconnaissance est certes plaisante, mais les rameurs de la Principauté sont venus pour les précieux métaux.

Les regards se tournent alors vers le quatre de couple masculin. Depuis la médaille d’or obtenue en 2015 à Lima, ce bateau n’est plus monté sur un podium mondial (4ème en 2016, 6ème en 2017). Alors quand l’équipage composé de Maxime Maillet, William Ader, Gaëtan Delhon, Mathieu Monfort et Clara Stefanelli, franchit la ligne d’arrivée en deuxième position, c’est l’explosion de joie. Le premier nommé se jette même à l’eau ! Le groupe WhatsApp réunissant les sélectionnés et des membres de la SNM, dont le président Jean-Marc Giraldi, tourne à plein régime. Impossible d’échapper aux dizaines de messages qui affluent quelques minutes après la course. La bonne nouvelle se répand comme une traînée de poudre alors que la Principauté plonge lentement dans la nuit.

Après cette breloque d’argent, la besace monégasque récupère une seconde médaille grâce au quatre de couple féminin. Complétant le trio de tête à la première bouée du parcours, les rameuses monégasques empruntent l’autoroute du bonheur lorsque le quatrième équipage se trompe de trajectoire et provoque un carambolage. Dans l’embarcation Presse, c’est la stupeur. Certains photographes ont le réflexe de faire crépiter leurs appareils. « Nous n’en revenions pas, s’exclame Magali Albin. On a très vite compris que si l’on continuait à bien ramer, le podium ne pouvait plus nous échapper ». Sous le soleil canadien, Carla Maillet, Kristina Fortuna, Helena Hehlke, Magali Albin et Coline Caussin repartent bronzées.

Les belles images se multiplient dans l’après-midi. Vincent et Paul se tombent dans les bras après une 5ème place obtenue malgré la lutte imposée par les Espagnols, Giuseppe se bat comme un beau diable pour devenir n°9 mondial en solo puis Clara et Ludovic, au terme d’une course maîtrisée, arrivent en 5ème position. « Hormis le double féminin, tous les bateaux sont à leur place, se félicite Daniel Fauché. J’aurais signé pour de tels résultats avant la compétition. Le comportement de nos rameurs et rameuses a été exemplaire ». Retour express à l’hôtel, avant de se rendre à la cérémonie de remise des médailles, puis la délégation monégasque s’octroie une virée nocturne pour fêter la fin d’une belle aventure sportive et humaine. L’occasion d’apprendre, par exemple, que le titre de Michel Sardou, Les lacs du Connemara, a toute sa place dans la playlist d’un DJ canadien, un samedi soir, dans un bar bondé…

Baleines et lancer de haches

Mais les rameurs de la SNM ne sont pas au bout de leurs surprises. Pour leur dernier jour sur l’Île de Vancouver, ils se rendent à Victoria, capitale provinciale de la Colombie-Britannique située à une trentaine de kilomètres de leur camp de base. Une étape incontournable. L’influence britannique se ressent dans l’architecture et personne ne manque les majestueux bâtiments du Parlement. Mais la majorité du groupe va délaisser les lieux touristiques pour prendre le large et aller au plus près des baleines. Durant plus de trois heures, le ballet majestueux des Cétacés -à quelques mètres des embarcations-, impressionne et émerveille. Une dernière balade dans les quartiers très colorés de Victoria, puis la délégation s’offre une dernière folie. L’entrée d’immeuble est, en apparence, banale mais, en bas d’un escalier, se cache une salle assez particulière. En guise de décoration ? Des cibles en bois. Bienvenue à Axe&Grind, un espace dédié au lancer de haches ! L’apprentissage dure quelques minutes, le temps de se familiariser à ce sport assez prisé en Amérique du Nord. A ce petit jeu, c’est Clara Stefanelli qui se montre la plus précise et fait mouche à de nombreuses reprises, félicitée par ses équipiers. « On a vécu en vase clos durant une semaine. Les médaillés se rappelleront bien sûr de leurs performances, mais tout le monde gardera en mémoire ce type d’anecdotes. On a la chance d’avoir un collectif très sympathique », saluera Daniel Fauché, peu avant de rejoindre l’aéroport.

Les valises sont bouclées. Le départ approche. Sur la route, les arbres aux feuilles couleur d’automne défilent aussi vite que la semaine en terre canadienne. C’était beau, c’était bien. Alors, une dernière fois, les téléphones capturent ces splendides décors. En une microseconde, la photographie est prise, le temps se fige pour l’éternité. Là où Claude Monet passait des heures et des heures, inlassablement, à transposer fidèlement sur sa toile la nature qui l’entourait.

 

A Sidney, Jérémie Bernigole

Photo ©Jérémie Bernigole

A lire aussi...

  • Sport

La Société nautique sur tous les fronts

20 mars 2019 - 15h31

Les rameurs et rameuses monégasques ont participé à deux compétitions, l’une à Marignane, l’autre à Marseille, dimanche. Dimanche, 30 rameurs et rameuses ont représenté la Société nautique en compétition. La…

Lire la suite
  • Sport

Toujours aussi sérieux, l’AS Monaco Rugby s’offre le derby

17 mars 2019 - 18h48

Assurés d’une montée sportive en Fédérale 3 depuis la semaine dernière, les joueurs de Luciano Orquera et de Sylvain Masson n’ont pas fauté contre le Stade Laurentin (39-13), cet après-midi.…

Lire la suite
LIVE !
Montage de la première tribune du circuit F1 aujourd’hui par l’Automobile Club de Monaco
20 mars 2019 - 15h31
Film « Les aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin »
20 mars 2019 - 12h12
Jack Burton accompagne son ami Wang Chi à l'aéroport de San Francisco afin d'accueillir Miao Yin, la fiancée de ce dernier. Mais Miao Yin est convoitée par Lo Pan, un puissant sorcier désincarné qui pense pouvoir récupérer son enveloppe charnelle en épousant une chinoise aux yeux verts. Jack, simple camionneur, se retrouve au cœur de Chinatown, au beau milieu d'une lutte surnaturelle entre les puissances du Bien et du Mal orientales. Rendez-vous à 19h à la Sonothèque José Notari.
BNP Paribas sensibilise ses équipes à la transition énergétique
20 mars 2019 - 11h45
La banque BNP Paribas Wealth Management Monaco organisait hier en présence de la Mission pour la transition énergétique (MTE), devant plus de 90 salariés, une présentation sur ses engagements en la matière. Depuis plusieurs années, l’établissement développe de nombreuses actions dans cette perspective, notamment via la signature du Pacte National de la transition énergétique en 2018. Plusieurs membres de la MTE ont répondu aux différentes questions des salariés et recueilli de nouvelles signatures du Pacte National.
Conférence « Avec Voix et Éloquences » à la Maison de France
20 mars 2019 - 10h12
Cycle Culture et Francophonie 2019 : Conférence sur le thème "Avec Voix et Éloquences" par Jean-Philippe Lafont. Rendez-vous à 18h30.
La mission permanente de Monaco à l’ONU accueille Marc Rosen
20 mars 2019 - 09h26
Le mois de mars est traditionnellement celui de la femme à l’ONU, pendant lequel se déroule la commission de la condition de la femme. A cette occasion, Marc Rosen, designer de flacons de parfum iconiques a été invité. Le comité d’accueil des délégations onusiennes a pu découvrir le travail de conception des flacons de parfum. Marc Rosen a été vainqueur de septs Prix FIFI, équivalent des Oscars pour l’industrie du parfum. Il est le président chaque année du Luxe Pack.
Un guide pour la protection des tortues marines
20 mars 2019 - 08h10
Plongeurs, associations de plaisanciers, pêcheurs, capitaineries et autres pratiquants réguliers des eaux monégasques étaient présents hier au Musée océanographique pour acquérir les bons réflexes en cas de rencontre avec une tortue de mer. Retrouvez le guide ici.
Film « Free Zone » au Théâtre des Variétés ce soir
19 mars 2019 - 14h38
Projection organisée par l’Institut audiovisuel de Monaco à 20h.
Nouveaux horaires à la Bibliothèque Princesse Caroline et à la Ludothèque
18 mars 2019 - 14h09
A compter dès aujourd’hui : - Lundi :14h à 18h30 - Mardi, jeudi et vendredi : 10h à 12h – 14h à 18h30 - Mercredi : 10h à 12h – 13h à 18h30
VIDEOS

Simulation d'attentat au CHPG

Retour en images sur l'exercice qui s'est déroulé au CHPG, du jeudi 21 jusqu'au samedi 23 février, simulant divers incidents majeurs. Ici, plusieurs attaques ...

23 février 2019 - 17h02